17/11/2016

MUTILATIONS GENITALES FEMININES AU SENEGAL

Une femme sur quatre a subi l’excision-Les journalistes invités à sensibiliser sur l’abandon de ces pratiques néfastes

téléchargement-2-8.jpg
Une session de renforcement des capacités des réseaux de journalistes et des animateurs de radios communautaires sur les mutilations génitales féminines, les mariages d’enfants, et approche droits humains, s’est ouverte depuis hier à Saly. Le but de cette rencontre qui dure trois jours, est de contribuer à la sensibilisation sur l’abandon de ces pratiques néfastes.
Au Sénégal, près d’une femme sur quatre (4) âgées entre 14 et 49 ans, a déclaré avoir subi l’excision. L’annonce a été hier, à Saly, lors de l’ouverture d’une session de renforcement des capacités des réseaux de journalistes et des animateurs de radio communautaires. S’exprimant par la même occasion, Coumba Thiam, Directrice de la famille, a soutenu que ces hommes de média constituent des alliés sûrs pour l’abandon de ces pratiques néfastes. “ Le ministère en charge de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, à travers la direction de la famille, mène des activités diverses telles que le plaidoyer, la sensibilisation, des cessions de formations, des descentes sur le terrain. Aujourd’hui (hier), nous avons réuni les journalistes et les animateurs de radios communautaires pour en faire des alliés sûrs, des alliés stratégiques”, a-t-elle dit. Avant de poursuivre : “nous savons que pour communiquer sur des valeurs qui sont des normes sociales comme l’excision, comme les mariages d’enfants, il faut vraiment faire attention sur la communication. Il faut prêter à la communication une touche particulière. Alors nous sommes là pour les encourager davantage, pour partager avec eux les résolutions et les différents traités et engagements internationaux auxquels le Sénégal a souscrit”.
Le Nord et le Sud, les régions les plus ‘’mutilées’’
Toutefois, l’Etat rencontre des difficultés pour abolir ce fléau car, selon la directrice, certaines communautés pensent que c’est une recommandation de la religion, tandis que d’autres estiment que pour être pure, il faut que la femme subisse cette pratique. En effet, les régions les plus touchées par ce phénomène sont les régions du nord et du sud. “ C’est des régions de forte prévalence et vous voyez, la trajectoire des mariages d’enfants suit celle de l’excision. C’est la raison pour laquelle, depuis très longtemps, le gouvernement a manifesté une volonté politique en élaborant des plans d’action nationaux. Deux plans d’action ont été élaborés et à côté de ces plans d’action, il y a une loi 99 05”, a dit Mme Coumba Thiam, selon qui les officiers de police judiciaire et autres agents de la justice ne peuvent pas du tout agir s’ils ne sont pas au courant de ce qui se passe.
Cheikh Moussa SARR/Rewmi

Commentaires

La justice,la police n'ignorent rien ,ils sont d'accords sur ses coutumes du moyen age,c'est comme pour les cérémonies religieuses,les gendarmes devraient sévir d'après la loi ,et bien essayez de les appeler la nuit quand les baye fall enquiquine les gens ,et c'est vous qu'on envois promener!!!! ils sont tous d'accords avec ses coutumes ancestrales

Écrit par : eddy | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Ce peuple se plaint à juste titre des chaînes de l'esclavage d'antan (l'esclavage Atlantique, cela va de soi, l'esclavage Arabe -bien plus ancien- étant évidemment une vue de l'esprit).
Mais ce même peuple accepte sans broncher des pratiques barbares ancestrales au motif que la femme n'est pas pure... au nom de fallacieux préceptes ou prétextes religieux.
Ce même peuple accepte que des enfants talibés, mineurs, sans défense, et démunis de tout, y compris de l'amour parental, mendient dans les rues de l'aurore jusqu'à la nuit. Ce même peuple ne dit mot quand ces gosses sont maltraités, frappés, violés, tués...
Eh ! Ho ! peuple sénégalais, réveille-toi !!! Il est grand temps !!!

Écrit par : Xx | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

L'excision des filles et l'esclavage des talibés ne sont pas les deux mamelles du Sénégal. Mais les deux hontes du Sénégal !
Avec ces éternelles références hypocrites au culturel et à la religion (musulmane). Mensonges et Mensonges.
L'Islam et le Prophète Mahomet interdisent les mutilations des enfants et interdisent la mendicité des enfants.
Ceux sont des escrocs religieux qui ont inventé ses rites pour soumettre les populations ignorantes et incrédules.
Au XXIème siècle, il serait temps que le Sénégal se sorte et interdise la pratique des ces conneries obscurantistes.
Quand on parle d'émergence, on commence par émerger en virant les rites et les dérives de l'obscurantisme !

Écrit par : issa gibb | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

Honte au peuple qui accepte cette torture de jeunes filles /garçons
Dans une main ce peuple tient leur téléphone portable dernière modèle, ( même les analphabètes) pour se prendre en SELFIE et dans l'autre main le couteau pour creuser encore plus profondément le trou des TRADITIONS. ..Cette tradition est nourrit par des gens INCULTE
Chaque jour une soixantaine de jeunes garçons passent devant ma maison avant 6h le matin,des jeunes de 4/5 ans - 10/12 ans avec leurs boites .
Ils passent par une maisons : logement de gendarmes ,par une école publique et 2 mosquées .
OU SONT LES ADULTES ??
OU SONT LES ÉDUCATEURS ?LES PARENTS,INCULTES .......PRISONIERS EUX MÊMES DES IDÉES DIGNES D'UN AUTRE MONDE
Ce sont de LÂCHES,le COURAGE CIVILE leur manque pour dénoncer ,intervenir et s'opposer à ces pratiques : mandiance ou excision !
Ils achètent pour 300cfa quelques morceaux de sucre et de petits gâteaux secs à données aux garçons de passage,qui eux les jettent en suite,qui veulent seulement leur PIÈCE DE 100 CFA

Écrit par : Eva-Bettina | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

Aussi révoltant que cela ,nous ne pouvons ignorer la démission des parents et .....de l'état.

Écrit par : oyster | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Mr G.O,
Je suis Ok pour la démission de l'état sénégalais pour l'excision des fillettes et l'exploitation des talibés. Etat incapable de faire appliquer ses propres lois, incapable de condamner et d'emprisonner les responsables des ces ignominies, excision et esclavage d'enfants. Pour ce laxisme, cet état devrait être banni des institutions internationales et il devrait être condamner par la cours internationale de La Haye pour crime contre l'Humanité, une fois pour toutes. L'hypocrisie dure depuis trop longtemps, des enfants souffrent dans leurs corps et leurs esprits, impunément.
Quand à la démission des parents, elle est à double tranchant, sans tomber dans le cas P. Sevran, les africains qui font trop d'enfants qui est un autre sujet.
- Il y a des parents inhumains et malhonnêtes qui se débarrassent de leurs progénitures dans les daaras esclavagistes pour ne plus s'occuper d'eux et certains parents sont de connivence avec le marabout pour toucher un petit pécule sur la mendicité de leurs gosses, ceux sont les parents pourris.
- D'autres livrent leurs enfants dans les daaras en croyant que l'aprentissage est une bonne chose pour eux, les marabouts s'occupent d'éloigner les enfants et de les couper de toutes relations avec leurs familles pendant des années, c'est le groupe des parents irresponsables.
- Il y a aussi le trafic négrier des 36 % des enfants étrangers de Guinée et Conacry, de Guinée Bissau, de Sierra Leone, de Mauritanie et du Mali, ramassés par des recruteurs à la solde des réseaux de marabouts sénégalais véreux pour grossir leurs revenus. Généralement, ces enfants livrés à la mendicité forcée ne reverront plus leurs parents ignorants de leurs sorts.
Mais quelque soit le niveau de responsabilité ou d'irresponsabilité, d'ignorance ou de misère des parents des enfants talibés. Les sataniques de ces pratiques, de l'exploitation, du trafic, de la traite, de la mendicité forcée, des maltraitances, de l'esclavage des enfants talibés : c'est la mafia maraboutique sénégalaise. Il ne faut pas se tromper de responsables !
Je ne parle pas, bien sur, des 10 % de talibés qui sont dans les daaras propres et dignes, en uniformes, bien nourris, pas maltraités et qui ne mendient jamais. Ils n'apprennent pas le Coran et des chants religieux sous les coups quotidiens, participent à des concours de chants avec des félicitations et des récompenses car ceux sont les enfants des élites religieuses et des marabouts véreux.
C'est l'arbre qui cache la forêt des exploiteurs des 90 % autres enfants talibés qui souffrent dans leurs daaras pourries et nauséabondes. Des pauvres gosses noirs innocents, exploités, maltraités, battus, humiliés, enchainés, violés et parfois assassinés. Des enfants noirs esclaves au XXIème siècle, qui ont perdu tous leurs droits, abandonnés par leurs familles, oubliés et non-protégés par l'Etat, sa police, sa justice et par la population sénégalaise. La honte du Sénégal.
L'industrie esclavagiste des enfants talibés cachée derrière le mensonge de l'apprentissage du Coran n'a rien à voir avec l'Islam et les valeurs de la religion musulmane.

Écrit par : issa gibb | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

Pour revenir sur l'excision des filles, au contraire du phénomène talibé, je ne connais pas les sources de ce rituel inhumain. Je pense que c'est un vieux fou religieux qui a pondu cet acte barbare pour soumettre les populations. J'ai entendu dire que c'est pour que la femme n'est pas trop de plaisir en faisant l'amour, on pourrait dire qu'elle aime pas trop çà et qu'elle ne devienne pas une pute. Seul, l'homme a le droit au plaisir ???
Autre discours farfelu, la femme serait impure de naissance et l'excision la rendrait pure pour expliquer cette pratique obscurantiste ??? On s'approche de la folie d'un grand guide religieux saoudien, assez âgé et presque aveugle qui a déclaré : "Que l'homme pouvait manger sa femme en ca de nécessité (famine) et que c'était pour la femme, un acte d'obéissance, d'amour et de soumission consentie." ??? Comment de telles conneries peuvent être dites par des guides religieux et surtout suivies dans le cas de l'excision, au XXIème siècle ???
Sur le terrain, l'Association Toscan fait un travail remarquable dans plus de 15 pays africains pour la lutte contre l'excision. Ils font des réunions avec les femmes des villages reculés pour expliquer les risques et l'absurdité de la l'excision. Ils créent des micros-entreprises agricoles, textiles ou autres pour donner du travail aux femmes et en particulier aux exciseuses pour qu'elles aient un revenu en contrepartie de l'abandon de la pratique de l'excision. Les actions de Toscan depuis une vingtaine d'années ont fait reculé la pratique de l'excision dans tous les pays africains. Sauf au Sénégal. Pourquoi ???
Malgré tous ses efforts et les milliards dépensés depuis des années, l'Association Toscan avoue son échec au Sénégal. Car après leur passage, les religieux et les marabouts arriérés reprennent la main sur les villageois et exigent que les fillettes soient excisées sous peine de punition divine sur le village ou les récoltes. Toujours le haut niveau d'escroquerie religieuse !
Autre cas, des organisations humanitaires font des discrètes campagnes de sensibilisation contre l'excision et envoie des personnalités ou des artistes dans les écoles pour parler aux enfants, futures générations, de l'inutilité de l'excision des filles. En réponse, les imams et les marabouts du coin, envoient leurs grands talibés perturber les réunions, avec actes de violence et les interlocuteurs sont généralement évacues et repartent pour Dakar. Tout cela, en toute impunité pour les responsables arriérés et sans aucune sanction de l'état démocratique trop faible, voire laxiste.
On a lu que l'excision était en recrudescence de 8 % à Dakar. Ce phénomène s'explique pour la migration des populations vers la capitale pour cause de misère, des populations pratiquantes de l'excision citées ci-dessus. Et encouragé par le khalife omarien Madani Tall Mountaga de Dakar, dixit : "L'excision des petites filles est permise par l'Islam."
Comme la loi contre la mendicité votée en 2005, la loi contre l'excision a été voté en 1999 et pourtant ces 2 lois ne sont jamais appliquées et il n'y a jamais de sanctions pour les coupables. de ces mutilations abjectes de petites filles sénégalaises innocents.
Les leaders responsables, on les connait ! Quel gouvernement responsable, ignorant la lâcheté sera capable d'arrêter tous ces fous religieux déjantés et les enfermer dans des couvents coraniques, entre eux, derrière des barreaux, pour les empêcher de nuire et de mutiler inutilement des fillettes, encore et encore sous le couvert d'un imaginaire islam dévoyé à leurs seuls pouvoirs.

Écrit par : issa gibb | 19/11/2016

Répondre à ce commentaire

Il faut reconnaitre,qu'au XXI eme siècle les marabouts,imams ,sont les plus grands esclavagistes et avec laval d'un gouvernement laique ,voilà une 10 d'années que le Sénégal régresse au lieu d'avancer!!!les petits talibés sont des marchandises dont ils usent et abusent avec l'accord du gouvernement et de la population,pourquoi arrivent on dans d'autres pays africains,a faire évoluer les choses et pas ici, quand on se pensent aussi intelligents on va de l'avant ,et les coutumes ancestrales comme l'excision on met ça au placard!!!!Comme la dote d'ailleurs,qui est humiliante les femmes sont des marchandises...pauvre Sénégal qui se réfugie dans des pratiques d'un autre temps et qui s'y complet ...

Écrit par : eddy | 22/11/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.