17/11/2016

SALY SAUVEE DES EAUX

17 milliards pour lutter contre l'érosion côtière à Saly

saly plage 8.jpg

Le projet est piloté par l’Apix pour le compte du ministère du Tourisme. La Sapco, membre du comité technique, en est le maître d’ouvrage. Les travaux qui vont démarrer en juin 2017, dureront 14 mois. L’appel d’offre va être lancé en janvier.
Bientôt, l’érosion côtière ne sera plus qu’un vieux souvenir à Saly. La Banque mondiale ayant mis 17 milliards FCfa à la disposition de l’Etat pour lutter contre ce phénomène qui a porté un grand coup à la Destination Sénégal. Les travaux débuteront en juin prochain et dureront 14 mois. Pour le moment, les études techniques sont confiées à un cabinet franco-hollandais, «EGIS». Les études d’impact et environnementales seront menées par deux groupements conduits par la Royal Haskoning, un cabinet français et HPR, un cabinet sénégalais. Lors d’une réunion présidée par le gouverneur de Thiès, Hamadou Sy, le projet a été validé et une audience publique autour du préfet de Mbour, Saër Ndao, a été organisée devant les populations de Saly où, la représentante de la Banque mondiale, Mme Alexandra Bezeridi, chargée de veiller aux intérêts des personnes impactées par les travaux, était de passage, vendredi dernier.
Les travaux partiront de l’hôtel Lamantin Beach pour se terminer à l’hôtel Cocotier. Il est prévu des brise-lames et des épis et les techniciens ont déjà identifié le lieu où le sable de la plage a été déposé en mer sur une distance de 25 km. Au large de la côte, un bateau aura en charge le dragage pour recharger le sable. A 2 kilomètres de la plage, les techniciens utiliseront une conduite de refoulement de sable pour l’envoyer sur la plage et pour cela, 500 M3 de sable seront nécessaires.
Récupération de 50 mètres de plage en 3 ans
Selon les études, les épis et les brise-lames seront distants de 300 mètres de la plage et les techniciens misent sur la récupération de 50 mètres de plage dans les 3 ans à venir. L’installation des épis et brise-lames concernera trois secteurs : Le premier prévoit 3 épis et 3 brise-lames, le deuxième, 6 brise-lames et le troisième 2 épis, sans compter rechargement de sable sur tous les trois secteurs et un enrochement.
Impacts négatifs de l’érosion sur la destination Sénégal
Selon le Syndicat des entreprises des tours opérators (Seto), si la destination Sénégal n’a pas fait l’objet d’un grand rush, c’est du fait de l’érosion côtière qui a le plus nui au tourisme, particulièrement à Saly où plusieurs réceptifs ont mis la clé sous le paillasson. «Une station balnéaire sans plage ni soleil ne l’est pas. C’est comme une station de ski sans glace», ironisait le président du comité de station, Ibrahima Sarr. Des milliers de travailleurs ont été envoyés au chômage à cause de l’érosion côtière. Selon le Seto, 238 129 touristes ont fait leur entrée au Sénégal à la période du mois de novembre à octobre 2015. Depuis 2003, le tourisme avait connu une période faste, grâce à la Coupe du monde à laquelle l’Équipe du Sénégal avait participé.
IGFM/ALIOUNE DIOP

Commentaires

propriétaire d une villa à la palmeraie (pres de l hotel royam)il faut preciser que tous les travaux effectués (digues .appeort de cailloux etc )ont jusquà présent été payés par les propriétaires .lasapco ne s occupe de rien et l a promesse de remboursement par l état fait bien sourire !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : jouan | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

à quoi on servit les quelques milliards dépensés il y a 2 ou 3 ans, à rien sinon à démolir la plage entre Safari et Paradis et partout tout au long de Saly Où sont les neuf digues annoncées et les milliards reçus

Écrit par : jacobus | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour, si vraiment les travaux envisagés peuvent se faire ce sera un bonheur pour tous les hôtels qui pourront recommencer à respirer et peut être attirer de nouveau les touristes .... avec un peu de pub et de belles plages alors tout peut recommencer, nous y allons tout de même 2 fois par an mais c'est vrai que sans plage cela ne ressemble plus au " paradis " d'antan ! !
alors espérons que ces travaux puissent se réaliser ...

Écrit par : LAMY | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Saly en 1980 Nous organisions des courses d anes à marée haute 100 m de plage devant le Savana le probleme est survenue après la construction du port et le ramassage du sable pour les constructions des résidences ; le non entretien par la sapco ou les dirigeants pensaient à s'enrichir au lieu de gérer le gagne pain du tourisme désolé que mon commentaire
déplaise

Écrit par : Simon | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

C'est çà. On pollue la planète avec sa course folle à l’aliénation de la surconsommation et puis on vient se plaindre chez les pays pauvres des conséquences d'irresponsabilités de riches.
L'état du Sénégal n'est qu'une victime, et ne doit rien dépenser AUCUN sou pour sauver quelques lopins de plages que ce soit, d'autant plus que cela ne sert à rien, on arrête pas la mer avec les bras mais en polluant moins dans les pays dits industrialisés, faut pas de tromper de coupable.

Écrit par : Ndiaye | 17/11/2016

Répondre à ce commentaire

Facile de toujours rendre responsable le méchant colonisateur ,sauf que celui que vous considérez comme l'éternel coupable se pose la question que l'on ne peut en effet stopper la mer en particulier sans le concours de la population en pensant à ceux qui veulent essayer !.....
Pas les bras cassés .............

Écrit par : oyster | 18/11/2016

De toutes façons ce n'est pas vos ¨¨sous¨¨ c'est le sale argent des colonisateurs ,alors vous avez bien raison ,aucun sous pour redonner de l'éclat a Saly!!!!!

Écrit par : chees | 24/11/2016

Nous vous inquiétez pas, la Sapco va s'occuper de ne rien dépenser pour sauver quelques lopins de plages et faire disparaître en fumée les 17 milliards annoncés, comme chaque année !
Puis, on va voir de nouvelles grosses voitures neuves à Saly et au Casino. La Sapco est même capable de faire revenir Youssou en concert pour lui filer une grosse enveloppe bien remplie avec ce fric des plages. Donc, la Sapco reconnue incompétente et inutile est encore un très mauvais choix comme maître d'ouvrage. Pas bon. Pas bon du tout, le maître d'ouvrage.
Avec un peu de mémoire, ces annonces d'enveloppes de milliards pour l'érosion côtière se répètent d'années en années, à chaque période du début de la saison touristique et puis plus rien. L'argent disparait chaque année et on recommence les annonces et les promesses pour enfumer la population incrédule, éviter les révoltes des professionnels du secteur touristique et reculer l'échéance du rien faire à l'année suivante. Jusqu'à quand ???
Quand à la pollution, responsable de la fonte des pôles, de la montée des eaux et de l'érosion côtière, les pays riches ont effectivement des responsabilités. Les Etats Unis et la Chine, nouvelle amie sénégalaise en tête de liste. La victimisation par les pays pollueurs riches du Sénégal qui vient chercher du fric à la COP21 à Paris pour faire une politique écologique inexistante avec le développement des centrales de charbon, son laxisme pour la déforestation de la Casamance et la vente des eaux territoriales et des réserves halieutiques aux bateaux tankers russes et chinois, fait que le Sénégal a aussi sa part d'irresponsabilité. On parlera donc de responsabilité partagé, suivant les niveaux de ressources, de richesses et de consommation. En fait de mondialisation destructrice.
Vivement le gaz et le pétrole pour lutter contre la pollution et l'érosion côtière au Sénégal et pourquoi pas du nucléaire pour couronner le tout et se faire péter une centrale nucléaire dans la gueule comme en Ukraine ou au Japon. Ou encore polluer la Mer de Mourmansk comme les vieux sous-marins atomiques russes à la retraite qui se désagrègent dans la baie de Mourmansk.
Au Sénégal, l'océan n'est pas polluée de radioactivité, mais de plastiques, de détritus de toutes sortes jusqu'aux viscères des moutons de la tabaski, jetés dans l'océan. C'est aussi une forme d'irresponsabilité !

Écrit par : issa gibb | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

Je cite : "A 2 kilomètres de la plage, les techniciens utiliseront une conduite de refoulement de sable pour l’envoyer sur la plage et pour cela, 500 M3 de sable seront nécessaires."
Le rédacteur de l'article doit être novice : Avec 500 M3 de sable on ne comblera surement pas le déficit en plages..... Hahaha......

Écrit par : Luc | 18/11/2016

Répondre à ce commentaire

Ils vont vous répondre qu'ils ont oubliés quelques ...0 ,faute de frappe

Écrit par : Eva-Bettina | 18/11/2016

oui effectivement 500 m3 de la rigolade ... il faut rajouter 2 zéro mais a la fin ,,,,,
c a d 500 000 m3 la on est juste ...
pas comme ici un zéro avant un chiffre isolé c'est nul .. ( 01 .... 02.. etc ) pfuuuu

Écrit par : mamdou toubab | 18/11/2016

le marchand de sable est en grève ,,car la grève manque de sable ....................

Écrit par : oyster | 18/11/2016

J'ai remarqué les 500M3 de sable, mais je ne l'ai pas relevé pour répondre à l'irresponsabilité des pays riches sur les pauvres pays victimes de ce connard haineux qui repointe sa bile raciste.
Ces 500 mètres cubes de sable du Lamantin aux Cocotiers, cela est un peu faible pour ré-ensabler 2 kilomètres de plage sur une largeur de 50 mètres avec un seul bateau de dragage. Ou remplacer le M3 par un t pour 500 tonnes de sable pour être crédible et redonner un peu d'espoir à ce projet attendu depuis 2012.
Mais avec la Sapco comme maître d'ouvrage, il ne faut pas trop y compter, le fric va partir en fumée comme chaque fois. Ce n'est qu'un enfumage annuel supplémentaire au début de la saison touristique pour faire croire que çà va changer l'année prochaine. Mais avec une peu de mémoire, cela fait 4 ans, qu'on entend les mêmes promesses, seuls les bailleurs de milliards changent de nom et pendant temps, ils ne font rien, ils détournent le fric et ils laissent le peuple rêver à des jours heureux qui ne viendront jamais. Un cirque répété d'année en année, sans résultat. Jusqu'à quand ?

Écrit par : issa gibb | 18/11/2016

A Issa Gibb : De quel connard haineux parles tu ?
A titre indicatif : 500 Tonnes de sable c'est environ 300 M3 (sable sec) à 350 M3 (sable mouillé)

Écrit par : Luc | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

toi aussi tu ne vois pas, normal personne ne sait, il voit du racisme partout

Écrit par : Ndiaye | 20/11/2016

Calcul de volume minimum de sable à mettre en oeuvre : 2000 mètres de plage x 100 mètres de largeur de plage x 2,50 m de hauteur = 500 Mille M3 de sable.

Écrit par : Luc | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

Il n'y a aucun intérêt pour un raciste de fréquenter ce site et le Sénégal...... Le sujet est la restauration des plages de Saly, pour le bienêtre des Sénégalais, des Sénégaulois, des Toubabs, des marabouts, des imams, des talibés, etc...

Écrit par : Luc | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

Le raciste haineux est celui qui accuse en permanence les occidentaux, les colonialistes, les toubabs, les blancs que tous les maux passés et actuels du Sénégal et en plus d'être les seuls responsables du dérèglement climatique, responsables de l'érosion côtière à Saly. Il se connait et il s'est reconnu et il a répondu à côté du sujet comme d'habitude!
Puis, la restauration des plages de Saly pour le bien être des talibés ??? Là tu dors debout ! L'utopique sauvetage (de 500M3 ou plutôt 500 Mille M3 de sable pour ceux qui savent compter) des plages de Saly ne sortira pas les enfants talibés de l'esclavage de la mendicité forcée. Insensé !

Écrit par : issa gibb | 20/11/2016

Ce n'était qu'une image mon bon Gibb

Écrit par : Luc | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

Une image car les marabouts et les imams se foutent complètement de l'état des plages du Sénégal....

Écrit par : Luc | 20/11/2016

Répondre à ce commentaire

Je suis pour la restauration des plages de Saly, mon bon Luc. Même si je doute d'une énième annonce répétitive d'un projet de sauvegarde des plages de Saly, chaque année, en début de saison touristique avec en plus, en chef de chantier, la Sapco endormie, inutile et incompétente qui ne réalise jamais rien depuis des lustres et fait disparaître le fric des aides et des projets en fumée, chaque fois.
L'année dernière, dans un commentaire, j'ai écris qu'il fallait construire des brises-lames en biais et parallèles entre eux pour le passage des bateaux des pêcheurs. J'ai parlé aussi des bateaux de dragage qui rejettent toutes les nuits, du sable sur les plages belges pour sauver le littoral et le tourisme en Belgique. Et çà marche !
Pourquoi pas à Saly ! Oui, je souhaite que les plages de Saly soient sauvées pour que Saly revive, pour que les parents des 30 enfants que je scolarise retrouvent du travail, pour que leurs grands frères aient du travail et qu'à leur tour, mes anciens élèves aient du travail quand ils seront grands. Saly doit être sauvé et Pointe Sarène protégé en réserve naturelle.
Mon autre souhait, que les marabouts apprennent aux talibés à nager, cela leur sera plus utile que le seul apprentissage du Coran.

Écrit par : issa gibb | 21/11/2016

Écrire un commentaire