01/12/2016

TOURISME AU SENEGAL VIA TUI

Tui vend la destination Sénégal

70acdcd7c1b05929d28209b105a4d663_L.jpg

Casser les clichés sur le Sénégal. C’est l’objectif que se sont fixés Tui France, Corsair et Nouvelles Frontières. A travers un voyage de presse au Sénégal, du 21 au 25 novembre, des journalistes français et belges ont visité autrement Dakar et Saint-Louis à travers un parcours touristiques inédit pour mieux vendre la destination Sénégal.
« Le Sénégal est une destination historique au sein du groupe. Nous avons, depuis quelques années, des rencontres avec les autorités en l’occurrence le ministre du Tourisme », a d’emblée noté Alain Noël, Directeur de Nouvelles Sénégal, filiale de Tui France. Il existe une charte avec le Sénégal. Le groupe français s’engageait alors à faire des actions de promotion du tourisme (des voyages d’études pour des professionnels du tourisme, de la presse...). Pour cette première expérience, l’accent a été mis sur l’angle de l’art et de la culture notamment dans les villes de Dakar et de Saint-Louis.
En plus d’Alain Noël, la délégation française est composée de journalistes (Michèle Sani - Tourmag (presse professionnelle), Théodore Terschlusen, la Voix du nord, Hervé Ducruet pour Pagtour (Belgique), Jean-Paul Calvet Waeva - Litza Georgopoulos Biba - Céline Baussay et Ludovic Moisant Version Femina Audrey Avesque - La Provence) mais aussi Sandrine Guillemin, la responsable de la communication de Corsair Internationale. Pour cette dernière, il faut faire découvrir autrement le Sénégal. « C’est un parcours orienté vers l’art et la culture. Pour le street art, par exemple, nous avons rencontré des artistes à la maison des cultures urbaines de Ouakam ».
Des domaines à améliorer
Tui va lancer une collection Citybreak au printemps 2017 qui permettra à ses clients de venir passer un week-end à Dakar et de visiter la capitale sénégalaise autrement. « Nous voulons montrer que le Sénégal peut être branché », reprend Alain Noël. C’est dans cette perspective que le groupe a visité l’Hôtel Sokhamon construit comme un véritable musée. Le groupe de journalistes s’est montré enthousiaste comme ce fut le cas de Théodore Terschlusen, journaliste de La voix du Nord. « Gorée a été un choc pour moi. C’est beau mais l’île porte une cicatrice terrible avec l’esclavage. Cela n’a pas été rédhibitoire car les Sénégalais ne sont pas dans l’accusation ».
Le journaliste français pense que les Sénégalais ont « une manière apaisée et gracieuse de vivre ensemble ». Dans ce flot de louanges, il y a quelques bémols. « Il faut faire correspondre le maximum d’hôtels aux normes internationales », pense Michelle Sani, selon qui « voir des bagages sans surveillance à l’aéroport de Dakar est chose impensable en Europe pour des raisons de sécurité alors que dans ce secteur, le dispositif mis en place rassure ».Toujours à l’aéroport de Dakar, qui est le premier contact des touristes avec le Sénégal, « il y a des problèmes de livraison de bagages », souligne Alain Noël. Il n’y a que deux tapis bagages. Quand plusieurs vols arrivent en même temps, c’est un souci, la climatisation ne marche pas toujours. Cela ternit un peu la première impression du pays ».
Au delà de ces points à améliorer, ce voyage de presse devrait avoir des effets immédiats dans les réservations de la destination Sénégal. Ce fut le cas des deux pages spéciales sorties, en novembre, par le Magazine français « Femme Actuelle » qui a 4 millions de lecteurs par numéro. « On a des appels et des propositions pour avoir le même circuit que le journaliste », informe Alain Noel. « Tui, Corsair et le Sénégal, c’est déjà une longue histoire d’amour. Nous entendons la pérenniser et apporter un soutien concret à un pays émergent déjà extrêmement dynamique », conclut Sandrine Guillemin.
Moussa DIOP/Lesoleil
http://www.lesoleil.sn/2016-03-22-23-21-32/item/58435-tou...

Commentaires

Bonne idée la " fin de semaine " à DAKAR ,mais depuis NANTES ou PARIS il faudrait que le billon d'avion soit acceptable pour que cela ne devienne pas un reve inaccessible ?

Écrit par : oyster | 01/12/2016

Répondre à ce commentaire

Quand vous déciderez-vous ã enfin promouvoir la Casamance qui est tellement magnifique? Et sans faute si possible: il faut "s" à tu vend.

Écrit par : Escarmelle | 01/12/2016

Répondre à ce commentaire

Escarmouche !!!

Écrit par : Fatou | 01/12/2016

c est TUI qui vend pas tu vends

Écrit par : lppfr | 01/12/2016

Répondre à ce commentaire

Non, c'est trop ! Il vont nous envahir, arrêtez SVP !

Écrit par : rico | 01/12/2016

Répondre à ce commentaire

Voyage tout frais payé!!!il serait mal venu de critiquer,maintenant si ils doivent sortir l'argent de leur poche pour un week-end c'est a voir!! prix du billet d'avion beaucoup trop cher...

Écrit par : eddy | 02/12/2016

Répondre à ce commentaire

Estou em Lougue Nodi, interiorzão do Senegal perto das fronteiras com o Mali e com a Mauritânia. A minha pick-up traz um súbito, ilustre e fugaz visitante. A vastidão quase desabitada é nivelada, solo pobre, vegetação parca, mas altiva sobrevivente à inclemência do semi-deserto. Assim são as pessoas que vieram ao meu encontro. Crianças, umas 30, todas como todos negros sorridentes e surpresos. Uma mesquita é maior que a vila desolada na imensidão. Tudo simplíssimo ligado às coisas diretas da terra e do meio martirizado em solo batido quase desnudo. Eu poderia escrever um livro na erupção do meu coração ao vagar por aquelas ermas e quase ignotas regiões do mundo. Mas este mesmo meu coração me leva a olhar para o cosmos e confirmar mais uma vez que o céu de Lougue Nodi é igualzinho ao céu de Paris!...:)

Écrit par : Pedro | 11/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire