11/12/2016

GAMBIE ATTENTION DANGER

Volte-face de Jammeh: Le Sénégal doit être en alerte maximale…

8542159-13446105.jpg

Coup de tonnerre en Gambie. Le président sortant, Yaya Jammeh, contre toute attente, vient de rejeter ce vendredi le verdict des urnes. Refusant ainsi la légitimité de Adama Barrow sorti vainqueur du scrutin du jeudi 1er décembre dernier.
Apeuré sans doute par les menaces de prison, Yaya Jammeh compte confisquer le pouvoir ou s’éterniser au pouvoir. Une douche froide et pour le Sénégal et pour la communauté internationale.
Face à cette nouvelle donne, quel serait le comportement du voisin le plus proche, le Sénégal? Qui du reste ne serait pas à l’abri avec le retour de Jammeh. Puisque le Sénégal, qui a été le premier pays à féliciter Adama Barrow, comptabilise en Gambie de milliers de Sénégalais.
Donc, au nom du droit de protection de nos compatriotes et au nom du droit d’ingérence communautaire, comme disait Dr Aliou Sow, le Sénégal doit être en alerte maximale pour qu’ en cas de besoin faire ce qu’il doit faire.
Aujourd’hui, la seule réponse à cette forfaiture pour Dakar, c’est de prendre ses responsabilités en dénonçant d’abord publiquement ce volte-face au niveau des Nations-Unies d’abord.
Notre pays ne sera pas seul dans ce combat. Il sera soutenu par la communauté internationale qui reconnaîtra sa légitime défense.
A l’instar de la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo qui a avait nié à Ouattara sa légitimité, une intervention énergique de la communauté internationale serait attendue pour remettre Jammeh à l’endroit. Une intervention soit au niveau de la Cdeao, soit au niveau de l’Union africaine ou encore de l’Onu.
Aujourd’hui, la lutte contre l’impunité s’internationalise. Hélas, l’ex-homme fort de Gambie, qui a raté le coche d’une sortie honorable, ne comprend pas cette nouvelle donne. Tant pis pour lui!
Mangoné KA/Senego

Commentaires

M. Oyster a écrit le 03/12/2016 : "Mais ne croyez pas qu'un homme président depuis 22 ans accepte de partir sans garder la main". Un autre internaute a écrit : " Yaya Jammeh a 40 jours pour reprendre la main avec l'aide de l'armée" après que Y. Jammeh est reconnu sa défaite face à Adama Barrow. Chapeau bas pour ces 2 pros de la géopolitique !
Car, on y est ! Y. Jammeh fait volte-face et conteste sa défaite. Il ne veut aucune manifestation dans les rues. Il a monté en grades avec des salaires alléchants, 250 chefs militaires pour le soutenir. Le commandant en chef des armées gambiennes lui a fait allégeance au lieu de s'occuper de la transition avec le Président A. Barrow.
Y. Jammeh s'en prend directement au Premier Juge de la Cour Suprême de Justice gambienne qu'il accuse d'avoir truqué les résultats et il veut le destituer. Il demande une nouvelle élection non-conforme à la constitution. Il interdit l'atterrissage des avions contenant des personnes hostiles à sa personne et à sa politique à l'aéroport de Banjul, comme une délégation de la CEDEAO. Il ignore ou ironise sur les menaces internationales....
Ce dictateur fou s'accroche au pouvoir. Il est entrain de nous refaire un deuxième coup d'état après 22 ans.. Mais, il est surtout capable d'entrainer la Gambie dans une guerre civile !
Le Sénégal a raison d'être en alerte maximun. Sans une intervention rapide des troupes onusiennes, son arrestation et sa présentation à la Cour Suprême de Justice de La Haye, on peut craindre le pire pour la Gambie, les gambiens et la sous région.
A part que les multinationales internationales, vendeuses d'armes aient prévu le contraire et préparaient une nouvelle guerre en Afrique.

Écrit par : issa gibb | 11/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire