17/01/2017

LES CHANTIERS AVANCENT

Chantiers des autoroutes Aibd-Thiès et Thiès-Touba : Un bon niveau d’exécution des travaux noté

1404924181a6f1146e7520d38d819bb9_XL.jpg

Le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Elimane Kane, a effectué, hier, une visite des deux chantiers autoroutiers : «Aibd-Thiès et Thiès-Touba (Ila Touba)», en compagnie de ses collègues de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouye Ndiaye et du ministre auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye. Il a noté le bon niveau d’exécution des travaux des chantiers.
Accompagné de son collègue de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouye Ndiaye et du ministre auprès du Premier ministre et porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye, Mansour Elimane Kane a constaté de visu le niveau d’évolution des travaux. Ces deux projets, a-t-il indiqué, « devraient être livrés clés en main en fin d’année 2018 avec un système de vidéosurveillance. Mieux, d’ici le prochain Magal de Touba, les usagers pourraient emprunter l’autoroute jusqu’à l’aéroport de Diass et continuer vers Thiès sur une dizaine de kilomètres avant de reprendre la route nationale N°3 ».
En tout cas, la délégation ministérielle a reçu des assurances fermes des responsables des entreprises en charge de l’exécution des travaux qui sont à un taux de 30% d’avancement physique au niveau de l’autoroute Aibd-Thiès (16km). Mais, comme l’a expliqué le directeur de travaux de l’entreprise chinoise CWE, Zhixiang Song, en charge du projet, « c’est compte tenu de la nature du tracé couvert par une zone de rochers qu’il faut déblayer par des explosifs sur 800 mètres pour 800.000 de m3 que nous avons accusé ce léger retard. Une entreprise a été choisie pour exécuter ce travail et nous pensons pouvoir achever le plus rapidement possible les terrassements et le reste des ouvrages ».
C’est à partir de l’échangeur de Thiambokh, un des villages constituant un nœud important de cet axe autoroutier d’une dizaine de kilomètres qui va être relié à la ville de Thiès, que le ministre et sa délégation ont entamé la visite, en présence du gouverneur de Thiès, Amadou Sy et du préfet Alioune Badara Samb. Et, à ce niveau-là, la fonctionnalité de l’échangeur, qui devrait assurer en même temps la jonction entre les différents axes autoroutiers, a nécessité la modification de la conception initiale, a fait savoir un technicien de l’Ageroute. Ceci, pour être en phase avec la nouvelle configuration préconisée de deux voies par sens.
L’autoroute Ila Touba livrée en fin 2018
La délégation a ensuite fait une halte au PK0 de l’autoroute Thiès-Touba d’une centaine de kilomètres. « Ici, les travaux de terrassements ont atteint un taux d’avancement de 84% et plus de 40% pour les ouvrages hydrauliques et d’art avec des impacts positifs pour les populations qui sont dotées par l’entreprise chinoise de bornes fontaines », a souligné le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Elimane Kane. L’autre impact positif, a-t-il noté. C’est « l’octroi de bourses d’études à des étudiants sénégalais qui vont séjourner pendant 5 ans en Chine pour devenir des ingénieurs de conception, mais aussi la construction en perspective d’un laboratoire d’études ». Pour le ministre porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye, « cette visite a offert l’occasion de constater par les actes ce qui est en train de se faire dans le domaine des infrastructures routières qui occupent une place centrale dans la construction de notre pays. « A ce rythme, a-t-il souligné, cela va nous mener en 2019 avec un réseau autoroutier de 230 kilomètres ». « Mais, poursuit-il, notre préoccupation reste la qualité des routes qui, avec le programme d’infrastructures communautaires à travers le Pudc, le désenclavement de nos terroirs sera assuré au grand bonheur de nos populations rurales ».
A Bambey, le ministre des infrastructures et du désenclavement a été accueilli par le gouverneur de la région de Diourbel, Mouhamadou Moustapha Ndao, sur le site où est en train d’être édifié l’échangeur. Mais, au total, les tracés des deux projets sont visibles partout, bulldozers, techniciens et ouvriers s’y activent tous les jours. Les autorités ont fixé des objectifs et c’est une véritable course contre la montre qui est engagée par les entreprises.
Pour Aibd-Thiès, la section de 10 kilomètres qui va relier l’autoroute devrait pouvoir être livrée avant le prochain Magal, comme l’ont indiqué les responsables de l’entreprise. Au niveau des 3 sections de l’autoroute Thiès-Touba à savoir : Thiès-Bambey, Bambey-Diourbel et Diourbel-Touba, la date de livraison de l’ensemble des travaux est fixée en fin 2018. Une bonne partie des ouvrages d’art (ponts) a été réalisée par l’entreprise chinoise qui ne veut pas être surprise par le prochain hivernage. Il en est de même pour les emprises qui ont été aussi libérées depuis plusieurs mois.
Gestion des peages : Toutes les possibilités seront offertes
La gestion des autoroutes a été évoquée par le ministre, Mansour Elimane Kane, en réponse à une question posée par la presse. Il a indiqué que toutes les possibilités peuvent être offertes. Selon lui, « soit on continue dans la dynamique actuelle en confiant la concession à la société Eiffage, soit on explore d’autres pistes avec la direction des autoroutes qui pourra s’occuper des péages ». Mais, le ministre a précisé que l’autoroute à péage n’est pas une option et que chaque usager aura la latitude d’emprunter le chemin qu’il veut d’autant plus que les routes nationales continueront d’exister.
Mohamadou SAGNE/Lesoleil

Écrire un commentaire