21/01/2017

GAMBIE: LE SENEGAL A TOUT A Y GAGNER

Transition en Gambie: quels enjeux pour le Sénégal?

2017-01-20t195710z_1982277033_rc16cc4ccf60_rtrmadp_3_gambia-politics_0.jpg

Parmi les pays ayant déployé des soldats en Gambie, figurent le Nigeria, mais aussi et surtout le Sénégal, qui est en première ligne et a servi de locomotive dans l'opération en cours. La Gambie est en effet enclavée à l'intérieur du Sénégal. Et Dakar a beaucoup à gagner avec le départ de Yahya Jammeh et l'instauration d'une Gambie démocratique.
Au-delà du désenclavement de la Casamance (lire encadré), il y a l'espoir de mieux lutter contre les trafics : la drogue mais aussi le bois des forêts de Casamance qui embarque pour la Chine, via la Gambie.
Mais pour le Sénégal, c'est surtout l'occasion de mettre un point final à la rébellion casamançaise du MFDC. Yahya Jammeh a en effet offert à la branche de Salif Sadio une base arrière. C'était pour lui un moyen permanent de pression sur Dakar. Le président Macky Sall en était d'ailleurs convaincu, lui qui a réservé sa première visite de chef d'Etat en 2012 à l'homme fort de Banjul.
« Mais Yahya Jammeh parle de paix le jour et arme le MDFC la nuit », explique le politogue sénégalais Yoro Dia. Rétablir Adama Barrow et la démocratie, c'est donc l'occasion rêvée de faire partir ce voisin inamical et, selon Yoro Dia, « tourner la page de notre crise nationale la plus grave ».
Ce faisant, Dakar prend aussi des risques : celui de réanimer le conflit casamançais, en situation actuellement de « ni paix, ni guerre ». Des irréductibles pourraient être tentés par le baroud d'honneur, question de survie pour eux.
Autre risque, celui de saper l'autorité d'Adama Barrow, qui pourrait apparaître comme un président sous influence sénégalaise. Yahya Jammeh a d'ailleurs joué sur cette fibre nationaliste, accusant le Sénégal d'ingérence.
A la frontière sénégalo-gambienne, en Casamance, des soldats solidement armés sont visibles et les patrouilles se multiplient. Malgré tout, de nombreux soldats gambiens quittent leur unité pour se rendre aux forces d’attente de la Cédéao.
Au poste frontière de Selity, quelques dizaines de réfugiés gambiens suivent l’actualité l’oreille collée au poste radio. Mais personne n’envisage de rentrer de sitôt. Le cantonnement militaire installé dans ce poste-frontière reste en alerte.
Les accrochages signalés jeudi dans le secteur de Diaboudior expliquent le rythme élevé des patrouilles le long de la frontière gambienne, base de repli des éléments des Forces démocratiques de Casamance (MFDC).
Les défections au sein des forces armées gambiennes se sont multipliées ces derniers jours avec parfois des officiers de haut rang, qui se rendent aux forces de la Cédéao. Mais le commandement des forces d’attente basé à Diouloulou est peu bavard. Vendredi, quatre véhicules tout-terrain remplis de soldats gambiens ont eux aussi fait faux bond à leurs unités.
RFI

Commentaires

Yaya Jammeh est bien parti en Guinée avec le Président guinéen Condé. La foule gambienne est enfin sortie et elle a envahi les rues pour crier sa joie et le retour de la liberté.
Le Sénégal a tout à gagner avec le Président Adama Barrow, qui protégé sous ordre de la CEDEAO au Sénégal, a prêté serment dans l'Ambassade de Gambie au Sénégal.
Les réfugiés et les exilés gambiens peuvent rentrer dans leur pays. Le commerce sénégalo-gambien pourra reprendre et le passage des chauffeurs de camions sénégalais aussi.
Seul le problème des rebelles de Casamance persiste et reste à traiter intelligemment par Macky Sall.
Vive la Gambie libre !

Écrit par : issa gibb | 22/01/2017

Répondre à ce commentaire

Le "probléme" des rebelles ou des trafiquants peut se résoudre avec le PDT A .BARROW dans la mesure ou ce dernier n'accepte plus de servir de base de retrait comme du temps de YAYA.
Macky SALL est assez habile pour trouver une solution qui renforce à la fois son autorité ,et, bien sur celui du nouveau président bref deux gagnants !

Écrit par : oyster | 22/01/2017

Répondre à ce commentaire

Regardez le découpage de la GAMBIE "dans " le SENEGAL il s'agit d'un non sens économique pour les deux pays !
Reste que la langue officielle n'est pas identique et que la "guerre de 100 ans entre FRANCAIS et ANGLAIS doit continuer en AFRIQUE ?
Dans un avenir plus ou moins lointain l'une des deux langues devrait prendre le pas ...............
Dans l'immédiat un début de dialogue est nécessaire pour l'essor des deux pays et plus si affinité ...
Mais en AFRIQUE pays des palabres ,il faut beaucoup de temps au temps pour respecter les traditions .,coutumes ,ect......
YAYA est loin de son reve de rattacher la CASAMANCE à la .....GAMBIE.

Écrit par : oyster | 24/01/2017

Répondre à ce commentaire

Si je comprends bien : le suppositoire dans le derrière du Sénégal, n'a pas fini de lui faire mal et il va lui falloir du temps pour qu'il passe ou qu'il fonde ?

Écrit par : issa gibb | 25/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire