08/02/2017

DOING BUSINESS : LE SÉNÉGAL GAGNE 30 PLACES EN 4 ANS

Le Sénégal a gagné en quatre ans 30 places dans le classement Doing Business, a révélé, lundi à Dakar, le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye.

international2.jpg

‘’Je signale qu’en quatre ans, le Sénégal a gagné 30 places, ce qui n’est pas rien. Et nous voulons continuer cette tendance du gain de places, en s’engageant de plus en plus dans les réformes’’, a-t-il dit, au sortir d’une réunion ministérielle sur la validation de la feuille de route Doing Business 2018.
Il a affirmé que ‘’les réformes que fait l’Etat du Sénégal sont encore plus significatives et plus structurantes du point de vue du développement économique’’.
Selon le porte-parole du gouvernement, le Doing Business est important, car étant un indicateur du climat des affaires dans un pays.
‘’On sait de notoriété publique que certains pays qui sont devant le Sénégal, ne sont pas forcément des pays où les situations permettent de faire des affaires mieux qu’au Sénégal’’, a-t-il relativisé.
Il a rappelé que le ‘’Sénégal a engagé bien avant le cycle du Doing Business, un programme de réformes très important dans le cadre du Programme triennal de réformes de l’environnement des affaires et de la compétitivité (PREAC), dont la première phase s’est déroulée entre 2013 et 2015".
De son point de vue, un programme de réforme de l’environnement des affaires est beaucoup plus large. ‘’Dans le cadre de ce PREAC, nous avons travaillé autour de quatre axes d’automatisation des procédures’’, a-t-il expliqué.
Il s’agit du renforcement de la compétitivité des facteurs de productions, du coaching et de la communication pour les administrations et de la promotion des investissements à fort impact social qui place le Sénégal parmi les pays les plus réformateurs du monde.
Cependant, il souligne que ‘’ces réformes très importantes faites dans ce cadre ne sont pas prises en compte dans le Doing Business, comme l’adoption des lois sur les zones économiques intégrées, les reformes dans le cadre du foncier, la baisse du prix de l’électricité".
Il porte plutôt sur des aspects micro de la vie économique. Il s’agit de voir si pour construire un immeuble dans un espace, on perd ou on gagne du temps.
APS/Mamadou Ndiaye/Dakarposte

Commentaires

Si Doing Business n'a pas pris en compte les lois sur les zones économiques, les réformes dans le cadre du foncier et la baisse du prix de l'électricité.? Cela équivaut à dire que le Sénégal est haut que les 30 places gagnés en quatre ans dans ce classement Doing Business ??? Mais le porte-parole Seydou Gueye est content de cette montée de 30 places, ne gâchons pas sa joie !
J'ai découvert grâce à lui, les 4 axes d'automatisation des procédures : 1 - le renforcement de la compétitivité des facteurs de productions. 2 - Du coaching pour les administrations. 3 - La communication pour les administrations. 4 - La promotion des investissements à fort impact social .
Ce mec auto-satisfait, va bien sa câme, mais je ne pense pas qu'il soit voir un jour, travailler un paysan sénégalais dans un champ, contrôler l'accueil administratif dans commissariat ou inspecter un pénitencier, vérifier la situation du chômage des jeunes.
Savoir pour construire un immeuble dans un espace, si on perd ou on gagne du temps (et du fric), cet aspect micro économique doit l'intéresser plus surement.
Quand à affirmer que des pays placés devant le Sénégal dans le classement, ne font pas de meilleures affaires que ce dernier??? et que le Sénégal est parmi les pays les réformateurs du Monde ??? Là, il faut pas déconner non plus : pays déclaré économiquement faible par les Nations Unies, 90% de la population sous le seuil de la pauvreté, 70% d'analphabétisme, autosuffisance alimentaire pas atteinte, chape de plomb religieuse et radicalisation inquiétante, premier pays esclavagiste d'enfants avec 200 000 enfants talibés esclaves dans les rues.
Le côté "Réformateur" n'est pas de bon aloi. Le Sénégal, coincé entre la religion confrérique et les traditions, n'a rien de réformateur. Il faut sortir plus souvent voir le bas peuple, Guèye !

Écrit par : issa gibb | 09/02/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.