18/02/2017

12 MILLIARDS POUR LUTTER CONTRE LA SALINISATION

Lutte contre la salinisation des terres et accès à l’eau : L’Union européenne débloque 12 milliards de FCfa pour 5 régions

2a8253131e79e0f89cdd23747bdd3147_XL.jpg

Les résultats du projet Bassin de rétention et valorisation des forages ruraux (Barvafor) ont été positifs dans tous les domaines. C’est ce qui est ressorti du bilan des six ans d’activités du projet fait à Saly hier. Selon le représentant de la Coopération technique belge (Ctb), le Barvafor a permis d’obtenir un autre projet, le Parerba, financé par l’Union européenne à hauteur de 18 millions d’euros, soit un peu près de 12 milliards de FCfa, pour renforcer les acquis.
La phase de clôture du projet Barvafor (2011-2016), fruit d’une coopération entre le Sénégal et le royaume de la Belgique, a réuni hier toutes les parties prenantes pour faire le bilan des activités déroulées sur six ans. Un bilan jugé satisfaisant par les différents acteurs des zones d’intervention, à savoir les régions de Thiès, Fatick, Diourbel, Kaolack et Kaffrine. Que ce soit pour la réalisation de bassins de rétention, la construction de digues anti-sel, le rééquipement de Forages ou encore pour la régénération de la mangrove, les résultats ont été salués. Nicolas Widmer, co-responsable du projet Barvafor, a relevé toute la satisfaction de la Coopération technique belge (Ctb) au point même d’envisager de discuter d’un deuxième projet qui prendra la suite du Barvafor. « Ce sera à l’occasion d’une commission mixte Sénégal-Belgique prévue en octobre 2017. Il y a encore certains préalables à examiner, mais c’est en bonne voie », a assuré M. Widmer. Selon lui, le Barvafor a permis d’obtenir un autre projet, le Parerba, qui sera sous maîtrise d’œuvre de la Coopération technique belge sur financement de l’Union européenne pour un montant de 18 millions d’euros. Ce projet, a-t-il noté, va permettre l’aménagement de tout le potentiel agricole dégagé par le projet Barvafor et va créer environ 10.000 emplois dans les régions de Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack et Thiès.
De l’avis du responsable national du projet, le bilan est positif. Selon Aly Sané Niang, les cibles sont très satisfaites des réalisations et demandent même le prolongement du projet à travers une deuxième phase. À en croire M. Niang, la production agro-sylvo-pastorale a été renforcée par l’accès durable à l’eau productive dans les zones rurales de Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack et Thiès. « Par la mobilisation des ressources en eau, nous avons réussi à développer le maraîchage après la saison des pluies, mais aussi des activités piscicoles et à augmenter les revenus des populations des zones ciblées », a-t-il indiqué. Le maire de Soum, commune située dans le département de Foundiougne, dans la région de Fatick, a magnifié l’approche participative du projet. « Tous les acteurs ont été associés du début à la fin. C’est ce qui a fait qu’on a eu d’excellents résultats à tous les niveaux », a laissé entendre Moustapha Ngor Léon Diop, qui a invité les bénéficiaires à valoriser et à pérenniser les ouvrages réalisés dans le cadre de ce projet qui a été lancé en octobre 2011.
Samba Oumar FALL/Lesoleil

Commentaires

Bravo le BARVAFOR! Bravo Nicolas ! ;)

Écrit par : WIDMER | 18/02/2017

Répondre à ce commentaire

Qui débloque le fric de la désalinisation ? C'est encore l'Union Européenne, l'U.E pour les intimes !
Qui remercie ? Personne ! On ne remercie pas les toubabs mécréants et infidèles, à prêcher l'imam ou le marabout du village.
Pourquoi ? Ceux sont les descendants des colonialistes qui ont pillé le Sénégal ! Ce n'est qu'un juste retour des choses.
C'est vrai ? Non, les colons ont aboli l'esclavage, ils ont construit des routes, des ponts, des écoles, des hôpitaux, les vaccins, des industries d'arachides, de phosphates et de pêche...te diront les vieux sages qui ont connu les colonisateurs : "C'était mieux avant, il y avait du travail", assis sous leurs arbres à palabres, dans les villages.
Pourquoi, ces aides ??? Pour arrêter de voir des jeunes sénégalais sans espoir qui fuient la misère de leur pays et qui meurent noyés en mer en tentant de rejoindre l'Europe.
C'est juste pour çà ??? Non, c'est que l'Europe n'a plus les moyens de leur donner asile et de leur offrir une vie digne avec un emploi et un logement. Voir § " Barbelés, Murs, Sangate & Jungle de Calais".
Et alors ??? On fait des petits gestes pour développer le pays, pour donner l'espoir de futurs d'emplois au pays sous-développé et contenir sa masse immigrante. En vain !
Pourquoi, en vain ??? Les aides européennes ou internationales sont généralement détournées des projets de développement et disparaissent dans les poches des requins du pouvoir, depuis la fin du colonialisme.
Pourquoi, on continue ??? Nous sommes englués dans un système monétaire appelé zone Franc CFA dépendant de l'€uro qui nous lie à eux, qui les ponctionne de 50% de leur recettes et qui fait qui nous déteste plus encore.
Pourquoi, ils continuent ??? Parce qu'ils ont peur de sortir de la zone FCFA. Les expériences des pays africains qui sont sortis de la zone FCFA se sont soldés par des banqueroutes mémorables, ou autre exemple le Président sénégalais Macky Sall a perdu la Présidence de l'Union Africaine, l'U.A pour les intimes, à cause de ses réticences à sortir de la zone FCFA. Ils sont coincés dans l'indécision gouvernementale et la peur du "niggel" de Touba.
Cela tourne en rond ??? Oui, çà tourne en rond. Et quand tu es toubab et qui tu vas faire du tourisme au Sénégal, tu le sens passer. Ils ne nous aiment pas et ils ne veulent que nous soutirer un maximum d'argent.
Dur, dur le commentaire ??? Le pire, c'est que les marabouts qui enseignent la haine des toubabs occidentaux dans leurs daaras et à la population, nous envoient mendier leurs élèves talibés (enfants esclaves d'adultes pseudo-religieux) pour nous faire pitié. Ils appellent çà une "Tradition culturelle et religieuse".nous appelons çà, un Crime contre l'Humanité
En conclusion ??? Ils n'ont toujours pas compris que ce n'est pas la faute des occidentaux, si ils sont dans la misère ! Ni que des escrocs dévoyés de l'Islam exploitent leurs enfants et leurs misères ! La misère, mais sans sens de la réalité, c'est toujours la faute des autres ou d'autre chose !

Écrit par : issa gibb | 19/02/2017

Répondre à ce commentaire

La politique d'aides de l'EUROPE est considérée comme une repentance ,et une source de magouilles pour une poignée......
Une rente à vie !....

Écrit par : oyster | 20/02/2017

Répondre à ce commentaire

..."valoriser et pérenniser les ouvrages réalisés dans le cadre de ce projet"... Oui, espérons ! L'autosuffisance alimentaire dépend largement de ce type de projet. Et puis 10.000 emplois, ce n'est pas rien... Merci l'UE !
Les terres sont devenues salées et donc incultivables à cause de l'arrachage des mangroves. Ailleurs, l'eau se fait rare en raison de l'abattage des arbres : l'eau de pluie n'est plus retenue, entraînant la terre arable dans sa course, et ne peut plus s'infiltrer dans le sol pour renouveler les nappes phréatiques.
D'un autre côté est prévue (ou déjà commencée) l'installation d'une usine de désalinisation de l'eau de mer à Dakar. Quid du sel provenant de cette désalinisation ? (quelqu'un s'est-il penché sur la question ?). Il semblerait que la majeure partie soit rejetée à la mer... si tel est le cas, peut-être que l'eau de mer deviendra de plus en plus salée, ainsi poissons et crustacés "émigreront" vers des zones plus accueillantes, la pêche devenant un vieux souvenir...

Écrit par : Xx | 20/02/2017

Répondre à ce commentaire

Tu as raison de soulever ce point : quid du sel apres desalination?
Ca me rappelle la catastrophe écologique survenue sous le barrage d,Assouan que les russes avaient édifié sans refechir aux con séquences.
Esperons qu, ils ont fait evaluer les risques...deja pour la peche, mais pas que...

Écrit par : richard | 20/02/2017

Écrire un commentaire