02/03/2017

SAINT LOUIS EN DANGER

La ville de Saint-Louis bientôt engloutie sous l’océan?

erosion-cotiere-saint-louis-600x330.jpg

Les côtes sénégalaises sont plus que jamais menacées par l’érosion. Depuis les années 80, on observe les premières conséquences de ce phénomène sur plusieurs villes côtières du pays. Des plages touristiques qui ont presque disparues sur la Petite-Côte, des modes de vies directement impactés à Saint-Louis,… l’érosion est devenue une urgence réelle qui menace à terme la vie même des populations. Les pêcheurs sont particulièrement touchés. Une véritable catastrophe écologique et humaine à laquelle il est urgent de trouver des solutions durables.
La marée et ses flots destructeurs n’en finissent plus d’avaler les tonnes de sable qui constituaient jusqu’à il y a encore peu les plages bordant les côtés sénégalaises. Aujourd’hui, à la place on trouve des pneus, gravats ou autres matériaux déposés là comme dernier rempart à la montée des eaux qui menace chaque jour un peu plus les habitations. La côte sénégalaise est bien entaillée que cela soit la Petite-Côte ou Dakar. Mais c’est encore la région de Saint-Louis qui est la plus affectée.
Une montée des eaux menaçante
Les rivages de la région de Saint-Louis sont tout spécialement touchés par cette érosion côtière. Le niveau de la mer monte vite et dangereusement. Selon un rapport d’ONU Habitat en 2008, Saint Louis serait la ville la plus touchée par la montée des eaux. Certains experts locaux estiment même que l’eau y monterait d’un mètre par an.
De nombreux logements ont déjà été détruits par cette avancée destructrice de l’océan : des hameaux disparaissent, de plus en plus nombreux, emportés par les vagues. La mosquée était le seul vestige du hameau de 250 habitants aujourd’hui disparu de Keur Bernard. Elle doit déjà avoir sombré… Il en est de même pour le village de Doum Baba Diey, lui aussi englouti au fil des ans. Les façades à moitié effondrées et les ruines témoignent de la violence des dégâts et de l’ampleur de la situation. Les tempêtes n’ont rien arrangé, détruisant et inondant cimetières et logements tandis qu’elles frappaient durement les pêcheurs, les privant de travail pour un temps.
Les quartiers de pêcheurs de la Langue de Barbarie sont les ultimes bastions qui protègent la ville de l’océan. Un rempart bien dérisoire face à la puissance de la nature… Les boucliers que constituent les grosses pierres déposées pour lutter contre un ennemi invincible semblent ne pas pouvoir résister indéfiniment assauts répétés.
Une érosion galopante
L’érosion des côtés est connue de tous depuis les années 80 environ. Les études ne cessent de s’alarmer sur cette situation plus que jamais préoccupante.Un quart du littoral sénégalais présenterait des risques élevés d’érosion. Bien sûr le réchauffement climatique est en cause mais d’autres facteurs ont précipité le phénomène.
L’ouverture du canal artificiel en 2003 à Saint-Louis s’est avérée être une vraie catastrophe écologique mais aussi humaine et économique. L’île Saint-Louis, partie historique de la ville et située sur le fleuve Sénégal, était menacée par la crue du fleuve. Les autorités ont donc creusé une brèche dans la langue de Barbarie pour protéger le littoral de l’océan. Mais l’option choisie a été désastreuse. En plus du débit conséquent du fleuve qui arrive dans la brèche, la lagune subit aussi les marées de l’océan… Chaque jour le canal s’élargit et grignote plus encore la langue…
L’océan gagne aussi du terrain, aidé par l’exploitation du sable mais surtout par une frénésie immobilière destructrice. Dans un rapport publié en 2014, la Plateforme pour l’environnement et la réappropriation du littoral avait dénoncé « la privatisation abusive du domaine public maritime à des fins mercantiles et spéculatives » à Dakar. L’absence de politique urbaine concernant le littoral sénégalais a laissé la porte ouverte à tous les excès. Les plages ont très souvent été dénaturées pour construire les maisons de particuliers, ou bien servir de terrain à l’édification d’hôtels. Une construction non-maîtrisée et non-raisonnée dont le pays et les Sénégalais commencent à payer lourdement le prix.
Paradoxalement, le tourisme, qui est l’un des principaux moteurs de l’économie du pays, se retrouve très largement impacté par ces abus. Une menace sérieuse, qui à terme peut va impacter la fréquentation touristique. L’arroseur arrosé en somme !
Des habitants démunis et délaissés
Les Saint-Louisiens sont impuissants et regardent avec tristesse une partie de leur histoire disparaitre sous leurs yeux. Ils se savent en sursit. Beaucoup pensent qu’«en voulant sauver Saint-Louis, on a sacrifié tout le Gandiol ».
Face à un gouvernement qui assure intervenir pour lutter contre ce phénomène, ils se sentent surtout délaissés. Rares sont ceux à compter sur l’aide de l’état : « Les autorités sont venues. Elles viennent et parlent puis ils repartent, mais on n’a pas d’aide » se désolait, résignée, une riveraine à RFI.
Une confiance mise à mal depuis les tempêtes de 2015 notamment. Des habitants forcés de quitter leur habitation avaient passé plusieurs mois sous des tentes, dans le froid et l’humidité, avant d’être ensuite relogés provisoirement dans des logements de fortune. Ces réfugiés climatiques n’ont jamais perçu aucune aide financière de l’État, qui avait pourtant promis aux habitants de nouveaux logements. D’autres familles ont bien été relogées plus loin dans les terres. Certaines ont refusé, beaucoup étant pécheurs, ils préfèrent rester à proximité de la mer.
Les villageois demandent également assistance pour déménager les maisons les plus menacées par la montée des eaux. La population est souvent pauvre et ne peut réaliser par elle-même les travaux nécessaires. Mais l’État sonne aux abonnés absents…
Une urgence réelle
Il y a une réelle urgence à lutter contre l’avancée de la mer sur les terres au Sénégal.
« On estime qu’au large de nos côtes, l’océan avance d’un mètre par an. Dans cent ans, si rien n’est fait, l’Atlantique aura grignoté la ville sur 100 mètres »,
expliquait le professeur Boubou Aldiouma Sy, chercheur en géographie à l’université de Saint-Louis. En dix ans, l’écosystème de toute la région s’est considérablement modifié : les poissons d’eau douce ont disparu. Une modification qui s’est directement répercutée sur les pêcheurs.
Malgré tous ces bouleversements, et les les appels répétés des élus locaux, des solutions peinent à se mettre en place. Quelques timides efforts sont néanmoins notables. Début février, Macky Sall a ainsi inauguré le lancement des travaux d’installation de brise-lames (une digue artificielle pour stopper les vagues) sur une partie du littoral de la Langue de Barbarie, notamment entre Guet-Ndar et Gokhou-Mbathie. Ce programme ambitieux devrait coûter 4 milliards de FCfa. Pour expliquer le conséquent retard avant une quelconque réaction des pouvoirs publics sur le dossier, Mansour Faye, maire de Saint-Louis et ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, expliquait à France 24 que « l’État avait privilégié une démarche lente pour avoir une solution plus durable »…
Un premier pas qui doit inciter à plus d’actions préventives et de mesures concrètes. En effet, ce phénomène alarmant est loin de ne concerner que Saint-Louis. Toute la côte est affectée, de la région de Dakar, à celle de Rufisque ou encore Saly Portudal. L’Afrique fait partie des régions du monde dont les zones littorales et les deltas sont les plus exposés aux risques d’inondation liés à l’élévation du niveau des mers.
La « Venise africaine », Saint-Louis classé au patrimoine de l’UNESCO, porte plus que jamais son nom. En espérons qu’elle ne finisse pas sous les eaux dans un avenir proche…
Clémence Cluzel/nouvellesdedakar.com

Commentaires

"Privilégier une démarche lente pour avoir une solution plus durable"... En attendant, Saint-Louis et sa région sont lentement mais inexorablement submergées...

Écrit par : Xx | 03/03/2017

Répondre à ce commentaire

Saint-Louis finira sous les eaux!!!mais ce n'est pas grave c'est Dieu qui l'a voulu,réponse Sénégalaise

Écrit par : eddy | 08/03/2017

Répondre à ce commentaire

En ce qui concerne la démarche lente ,elle fonctionne en rapport avec le résultat ....
Nous comprenons donc que l'inévitable est en cours !

Écrit par : oyster | 08/03/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.