19/03/2017

EN ATTENDANT LE PONT, LE BAC EST EN PANNE...

Sénégal-Gambie : le bac de Farafegny cloué au port pour cause de travaux

url.jpg

Durant 30 mois, le bac de Farafegny sera bloqué au port en raison des travaux de construction du pont entre le Sénégal et la Gambie. Cette construction du pont Sénégambie a été rendue possible grâce à la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays. Des travaux qui vont cependant impacter directement le quotidien des transporteurs et des usagers : ceux-ci vont devoir modifier leur itinéraire et emprunter le contournement pour aller en Casamance.
D’ici quelques jours, les travaux pour la construction du pont entre le Sénégal et la Gambie vont débuter. Les usagers, qui d’ordinaire prenaient le bac de Farafegny pour traverser la Gambie via le fleuve, vont devoir changer leur habitude. Désormais, et ce durant 30 mois, le bac sera bloqué au port. Tout le monde devra donc emprunter la voie de contournement et passer par Tambacounda (Sud-Est du Sénégal) afin de rejoindre Kolda et Ziguinchor.
« La construction du pont traversant la Gambie demande des sacrifices » a déclaré Gora Khouma, secrétaire général de l’Union des transporteurs du Sénégal, lors de la réception d’une délégation gambienne au Sénégal le 8 mars. Avant d’ajouter : «Nous réclamions le pont, les travaux vont commencer donc il n’y a pas d’espace pour le bac». Le secrétaire général a insisté sur les concessions nécessaires à consentir afin de permettre la construction de ce pont. Dans cette idée, il a ainsi lancé un appel envers les transporteurs : «Je lance un appel à ceux qui conduisent les véhicules de transports comme de marchandises à faire le contournement afin de laisser les travaux du pont se poursuivre ». Il a aussi demandé à tous les Sénégalais dans leur ensemble de faire cet effort car « ce sont eux qui ont demandé à ce qu’on érige un pont reliant les deux parties du Sénégal ». Patience donc car d’après le secrétaire, le résultat final en vaut la chandelle!
Il y a de fortes chances que les transporteurs sénégalais allient dans ce sens. En effet, ils ont toujours réclamé la mise en place d’un pont qui leur permettrait de joindre plus facilement les parties Nord et Sud du Sénégal. Un gain de temps mais aussi moins de tracasseries dues à la traversée par le fleuve (longue attente, taxes jugées trop élevées,..).
Les transporteurs attendent avec impatience la livraison final du pont mais en attendant sa mise en œuvre effective, ils réclament une subvention de la part de l’État afin de pouvoir supporter les dépenses supplémentaires dues au rallongement du trajet. Faute de quoi, ils se verront obligés d’augmenter le prix du transport…une affaire qui risque de ne va pas arranger tout le monde! « Il faut que les choses soient claires à ce niveau. Le gouvernement doit faciliter la liaison Sud-Nord et Sud-Ouest et ceci, jusqu’à la fin de la construction du pont. C’est de sa responsabilité. Si rien n’est fait, on risque de payer deux fois plus cher pendant plus de 2 ans », a souligné Ibrahima Ama Diémé, membre du Groupe de réflexion pour la recherche de la paix en Casamance (GRPC), au média Exclusif.net.
D’une longueur 942 mètres, 70 mètres de largeur et 16,5 mètres de hauteur, le pont de Farafegny va enjamber le fleuve Gambie et permettre de relier le nord et le sud du Sénégal. Financé par la Banque africaine de développement (BAD), le projet prévoit également l’élargissement des routes secondaires d’accès et la construction de postes de contrôle.
Ce pont Sénégambie, c’est aussi le symbole du dégel dans les relations entre le Sénégal et la Gambie. Sous l’ère Jammeh, les échanges entre les deux pays étaient fortement réduits et pas vraiment chaleureux. Mais avec l’arrivée au pouvoir d’Adama Barrow, la bonne entente semble être revenue entre les deux états frontaliers, comme en témoigne la visite de 3 jours du président gambien au Sénégal.
Clémence Cluzel/Nouvelles de Dakar

Les commentaires sont fermés.