27/03/2017

UNE USINE DE DESSALEMENT A DAKAR

Un projet d'usine de dessalement à Dakar suscite la polémique

img_8615_0.jpg

Au Sénégal, particulièrement à Dakar, les besoins en eau potable sont importants et ne feront que s'amplifier dans les prochaines années. C'est dans ce cadre que l'Etat a validé, avec l'appui du Japon, la construction d'une usine de dessalement de l'eau de mer. Un centre de traitement capable de produire 75 000 mètres cubes d’eau par jour et qui sera construit à partir de janvier 2018 dans la zone du célèbre phare des Mamelles. Un projet lancé en 2015, mais qui provoque aujourd'hui la colère d'une partie des habitants de cette zone unique.
Au pied du phare, la plage des Mamelles. Quelques cabanes, des parasols et de nombreux baigneurs qui s'amusent dans les puissantes vagues de l'Atlantique. Une plage vouée à disparaître, car c'est là que doit être bâtie la station de pompage de l'usine de dessalement.
Pour Momar, natif du quartier, ce patrimoine doit être protégé. « La plage là, c'est la seule qui nous reste. C’est à nous de refuser pour que l’usine ne s’installe pas ici », soutient-il.
Ce projet d'usine divise. Une partie des habitants soutient l'Etat. Le rapport de 430 pages publié met en avant le besoin de développer le réseau d'eau potable de la capitale.
Pollution
Pour le collectif qui s'oppose au projet, représenté ici par Maya Cusnier, les impacts de rejets de sel et de produits chimiques n'ont pas été suffisamment étudiés. « On parle de neuf tonnes de rejet d’un mélange de sel et de produits chimiques. Donc, le sel à outrance, évidemment les poissons ne peuvent plus vivre dedans », souligne-t-elle.
Amadou Maguette Dieng est Lébou, la communauté majoritaire de la commune de Ouakam. Lui appelle les anciens à défendre cette plage, ce lieu qu'ils fréquentaient étant jeunes. « Il y a des vieux qui venaient ici quand ils étaient enfants avec leur père, ils pêchaient ici, ils ramassaient des poissons ici, ils ont des histoires ici, rappelle-t-il. Moi, j’appelle tous ces vieux à ne pas abandonner tous ces souvenirs-là. »
La possible destruction de la plage des Mamelles, le débat sur l'importance de l'eau potable dans la capitale... Des thèmes qui seront sans aucun doute au cœur du débat pour les élections législatives de juillet prochain.
RFI

Commentaires

Il y a raisons il faut protéger

Écrit par : Clobas | 27/03/2017

Répondre à ce commentaire

oui il y avait tant de poisson en face des mamelles , surtout connue pour la densité de Tiofs !
En temps qu ancien Sénégaulois et pêcheur respectueux des mers Sénégalaises a qui je rends un vibrant hommage ainsi qu a tous les Sénégalais
qui m ont si généreusement autorisé a vivre leur pays dans l'harmonie , la joie et le bonheur .

Vive le Sénégal !

Thierry

Écrit par : terrysteph | 27/03/2017

Répondre à ce commentaire

Il y a tant d'autres grandes plages à Dakar, pourquoi choisir celle-ci ? "On parle de 9 tonnes de rejet d'un mélange de sel et de produits chimiques" : ce rejet de 9 T s'entend sur quelle période ? un jour ? un mois ? plus ? moins ? L'Arabie Saoudite a je crois installé plusieurs usines de ce genre : qu'en est-il des impacts "éventuels "sur la nature et l'environnement ?

Écrit par : Xx | 27/03/2017

Répondre à ce commentaire

quel dommage !

Écrit par : Thierry | 25/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire