16/04/2017

ENFIN!

Hollande réintègre solennellement 28 tirailleurs sénégalais dans la nationalité française

648x415_ousmane-sagna-g-guorgui-bodji-deux-anciens-tirailleurs-senegalais-posent-cotes-aissata-seck-tient-lettre-francois-hollande-22-decembre-2016-bondy-pres.jpg

Parmi ces 28 tirailleurs, on compte 23 Sénégalais, 2 Congolais, 2 Centrafricains et un Ivoirien. Nés entre 1927 et 1939, ils vivent majoritairement en région parisienne...
Ils ont retrouvé la nationalité française, 57 ans après. François Hollande a présidé ce samedi à l’Elysée une cérémonie de réintégration dans la nationalité française de 28 anciens tirailleurs sénégalais, qui avaient combattu sous la bannière tricolore en Indochine ou en Algérie avant de perdre leur nationalité à l’indépendance des colonies africaines en 1960.
Sous les ors de la salle des fêtes de l’Elysée, le chef de l’Etat a célébré ces « retrouvailles » avec la France. « Aujourd’hui, je pose un nouveau principe : ceux qui se sont battus pour la France et qui font le choix d’y vivre doivent pouvoir devenir Français », a-t-il poursuivi, reconnaissant qu’il avait « fallu mener un long combat pour que la France consente enfin à réparer cette injustice ».
« Vous êtes l’histoire de France »
« Vous êtes l’histoire de France », a encore lancé François Hollande à l’adresse de ces 28 tirailleurs, nés entre 1927 et 1939, et parmi lesquels figurent 23 Sénégalais, 2 Congolais, 2 Centrafricains et un Ivoirien. La France, a insisté le chef de l’Etat, avait une « dette de sang » à leur égard. Evoquant ceux « qui n’ont pas pu déposer leur demande dans les délais », il a également assuré que « tous les anciens tirailleurs qui résident en France et qui en feront la demande bénéficieront de la même réponse » positive.
« C’est l’aboutissement d’un long combat, de nombreuses années », s’est réjouie pour sa part Aïssata Seck, adjointe à la maire de Bondy (Seine-Saint-Denis), à l’origine de cette cérémonie. Petite-fille d’un ancien combattant sénégalais, elle avait lancé une pétition signée par 60.000 personnes, dont de nombreuses célébrités.
« Dernière génération »
« Ces Français par le cœur sont dans des situations terriblement précaires. Munis de simples cartes de séjour, ces retraités n’ont d’autre choix que de rester seuls sur le territoire français. Partir finir leur vie au Sénégal, près de leurs familles, signifierait perdre leurs faibles pensions ; un choix matériellement impossible », expliquait Aïssata Seck dans sa pétition. « La République française les a appelés, la République française doit les reconnaître comme ses enfants et leur garantir une fin de vie digne et paisible », avait-elle souligné.
Ces tirailleurs appartiennent à la « dernière génération » d’une longue lignée de combattants africains engagés volontaires ou enrôlés d’autorité dans les rangs de l’armée française. Si les premiers régiments ont été formés au Sénégal, ces « tirailleurs sénégalais » à la célèbre chéchia rouge étaient originaires de toutes les colonies françaises, de l’Afrique de l’ouest et du centre, jusqu’à Madagascar.
« On sait qu’ils étaient plus de 200.000 hommes lors de la Première guerre mondiale, 150.000 pour la Seconde, 60.000 en Indochine… », explique l’historien Julien Fargettas, auteur d’un ouvrage consacré à ces « soldats noirs ». A la fin des guerres coloniales, et pour pouvoir faire vivre leurs familles restées au pays, de nombreux tirailleurs sénégalais avaient choisi de vivre en France.
AFP/APS/20minutes.fr

Commentaires

Tout le cynisme de Hollande,attendre la fin de la fin de son mandat

Écrit par : stephane | 16/04/2017

Répondre à ce commentaire

Attendre au moins 60 ans pour enfin arriver à ... c'est déjà un scandale, mais en plus qu'en est-il des tirailleurs morts depuis
.. et de ceux qui vivent hors de France ???
Ils ne peuvent prétendre à rien ???
C'est honteux !

Écrit par : mina | 16/04/2017

Répondre à ce commentaire

Attendre au moins 60 ans pour enfin arriver à ... c'est déjà un scandale, mais en plus qu'en est-il des tirailleurs morts depuis
.. et de ceux qui vivent hors de France ???
Ils ne peuvent prétendre à rien ???
C'est honteux !

Écrit par : mina | 16/04/2017

Répondre à ce commentaire

ça vous choque et je vous comprends !
mais j'ai des amis proches Sénégalais qui me disent qu'à l'indépendance leur père à refuser la nationalité Française qu'on leur avait proposer !
bien dommage aussi pour eux !
j'ai un ami qui a travaillé pour une association au Maroc qui recherchais les tirailleurs Marocain et il en a trouvé !
bien sur , il est bien tard , très tard , trop tard certainement !
mais c'est un beau geste quand même de Hollande !

Écrit par : gandet francia | 16/04/2017

Répondre à ce commentaire

de la haute trahison

Écrit par : Ndiaye | 16/04/2017

Répondre à ce commentaire

Commentaire creux et vide de sens, qui ne sert à rien, comme d'habitude... "Haute trahison" : pour qui ? pour quoi ? quel contexte ? quelle(s) preuve(s) ? Expliquez-vous !!!! si vous en avez le courage...

Écrit par : . | 17/04/2017

Un peu trop tard pour dire MERCI , ,mais plus utile qu'une valise pleine de billets pour l'amitié SENEGALO FRANCAISE .....

Écrit par : oyster | 17/04/2017

Répondre à ce commentaire

juste rappeler qu'en 1914-1918 et 1939-1945 on (senegal) était sous occupation de l'ennemi.
Et combattre non pas pour se libérer de l'ennemi, mais pour l'ennemi, cela a un nom bien précis.
Sans polémiquer.

Écrit par : Ndiaye | 18/04/2017

Répondre à ce commentaire

ENFIN ! il se dévoile le scripteur Ndiaye... L'ennemi ! Tout est dit ! Je me demande ce qu'en penseraient ses ancêtres proches (parents, grands-parents)... Scripteur à classer dans la section "insipide" (= inintéressant , insignifiant). Point final.

Écrit par : . | 18/04/2017

L'ennemi ?

Écrit par : oyster | 18/04/2017

Répondre à ce commentaire

Les anciens combattants français de France n'étaient pas mieux lotis, mon père en 1937 a quitté la France pour le Maroc pour effectuer son service militaire. En 1939, à la déclaration de guerre, son régiment est revenu en métropole et après la campagne de France de 1940 où 157 de ses camarades sont mort il a passé 5 années en Allemagne comme prisonnier de guerre. Il a servi la France pendant huit ans et en 1990 année de son décès il touchait 400 francs par mois de pension, il n'y avait pas de traitement de faveur pour nos compatriotes. Les tirailleurs sénégalais n'ont pas à se plaindre et loin de les dénigrer, je précise qu' ils n'étaient pas les seuls à se battre pour notre pays.

Écrit par : Didier Barrilliet | 18/04/2017

Répondre à ce commentaire

Les anciens combattants français de France n'étaient pas mieux lotis, mon père en 1937 a quitté la France pour le Maroc pour effectuer son service militaire. En 1939, à la déclaration de guerre, son régiment est revenu en métropole et après la campagne de France de 1940 où 157 de ses camarades sont mort il a passé 5 années en Allemagne comme prisonnier de guerre. Il a servi la France pendant huit ans et en 1990 année de son décès il touchait 400 francs par mois de pension, il n'y avait pas de traitement de faveur pour nos compatriotes. Les tirailleurs sénégalais n'ont pas à se plaindre et loin de les dénigrer, je précise qu' ils n'étaient pas les seuls à se battre pour notre pays.

Écrit par : Didier Barrilliet | 18/04/2017

Répondre à ce commentaire

et bien voilà ,nous sommes les ennemis de mr ndiaye!!!!c'est un envieux,un jaloux,laissons le pour ce qu'il est c-a-d inintéressant...La jalousie est mauvaise conseillère

Écrit par : chees | 19/04/2017

Répondre à ce commentaire

Non! ennemi c'était avant..maintenant on est entre gens civilisés, on tourne la page (sans fermer le livre).
C'est un peu l'histoire allemagne/france, tout est bien qui finit bien.

Écrit par : Ndiaye | 19/04/2017

Répondre à ce commentaire

La lecture des interventions de Mr NDIAYE est le fruit de sa réflexion sur le "colonialisme " de PAPA qui date de plus de cinquante ans soit après l'indépendance ...
N'oublions jamais le travail de fondateur de l'ancien ministre FRANCAIS et excusez du peu 1er pdt de la république du SENEGAL Leopold SENGHOR et le concours de l'état FRANCAIS ............... qui n'est pas ce jour sans aider financièrement l'ex colonie ............
alors ennemi ?
Je dirais respectueusement que je suis un ami de ce pays (qui est en froid lorsqu'on veut lui cracher dans la main..)Nous aimons et respectons le SENEGAL qui souhaite vivre de son travail et de ses compétences.
Vive le SENEGAL .

Écrit par : oyster | 19/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire