22/04/2017

L'EXPORT PROGRESSE

Importations : Réduction de 71,5 milliards de FCfa du déficit commercial en février

0f5f2b06ad0302196a9cdb988547b044_XL.jpg

Le déficit commercial s’est réduit de 71,5 milliards de FCfa au mois de février 2017, s’établissant à 44,9 milliards de FCfa contre 116,4 milliards de FCfa au mois de janvier 2017, selon le Point mensuel de conjoncture de mars 2017, publié par la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee).
Au mois de février 2017, le déficit commercial s’est réduit de 71,5 milliards de FCfa s’établissant à 44,9 milliards de FCfa contre 116,4 milliards de FCfa au mois de janvier 2017, selon le Point mensuel de conjoncture de mars 2017. Cette réduction du déficit commercial est due à la hausse des exportations (+18,3 milliards de FCfa) conjuguée à une baisse des importations de biens (-60,5 milliards de FCfa), en variation mensuelle. Par conséquent, le taux de couverture des importations par les exportations s’est établi à 67,0 % contre 46,0 % un mois auparavant, soit une hausse de 21 points de pourcentage.
Les exportations de biens sont évaluées à 144,7 milliards de FCfa au mois de février 2017 contre 126,4 milliards de FCfa le mois précédent, soit une hausse de 14,4 % (+18,3 milliards de FCfa). Cette performance est principalement imputable à l’or brut (+8,4 milliards de FCfa) et, dans une moindre mesure, aux engrais minéraux et chimiques (+0,9 milliard de FCfa). La hausse des exportations de biens, en variation mensuelle, a été, toutefois, amoindrie par la baisse des ventes à l’étranger de produits alimentaires (-6,6 milliards de FCfa) notamment halieutiques (-5,3 milliards de FCfa) et arachidiers (-0,9 milliard de FCfa).
Sur un an, les exportations de biens ont affiché une hausse de 8,1 % (+10,9 milliards de FCfa), en février 2017, portées par le ciment (+4,8 milliards de FCfa), l’or brut (+3,5 milliards de FCfa) et les engrais minéraux et chimiques (+2,5 milliards de FCfa). En revanche, des replis respectifs des ventes à l’étranger d’acide phosphorique (-11,4 milliards de FCfa), de produits alimentaires (-7,4 milliards de FCfa) et de produits pétroliers (-4,3 milliards de FCfa) sont observés sur la période. Concernant les produits alimentaires, la baisse des exportations enregistrée, en glissement annuel, est essentiellement due aux produits arachidiers (-7,8 milliards de FCfa), les ventes à l’étranger de légumes frais ayant, pour leur part, progressé de 1,0 milliard de FCfa.
Sur le premier bimestre de 2017, les exportations de biens se sont confortées de 23,1 milliards de FCfa comparativement à la même période un an auparavant, en rapport principalement avec le ciment (+10,1 milliards de FCfa), l’or brut (+4,4 milliards de FCfa) et les engrais minéraux et chimiques (2,0 milliards de FCfa). A l’inverse, les exportations de produits alimentaires, d’acide phosphorique et de produits pétroliers se sont repliées respectivement de 14,3 milliards de FCfa, 13,9 milliards de FCfa et 1,5 milliard de FCfa sur la période.
Le Mali, principale destination des exportations du Sénégal
S’agissant des exportations du Sénégal vers l’Uemoa, elles sont estimées à 33,3 milliards de FCfa au mois de février 2017 contre 32,4 milliards de FCfa le mois précédent, soit une hausse de 2,9 % (+0,9 milliard de FCfa). Elles ont représenté 23,0 % de la valeur totale des exportations de marchandises en février 2017 contre 25,6 % un mois auparavant, soit un recul de 2,6 points de pourcentage. La part des produits acheminés vers le Mali, principale destination des exportations du Sénégal dans l’Union, est passée de 46,6 % à 54,9 % sur la période, progressant de 8,3 points de pourcentage. Le ciment reste le principal produit exporté vers le Mali avec une part évaluée à 44,5 % en février 2017 contre 53,8 % un mois auparavant.
Baisse de 1,3 milliard de FCfa des achats de riz
En cumul sur le premier bimestre 2017, les importations de biens se sont renforcées de 49,4 milliards de FCfa relativement à la même période de 2016, pour s’établir à 491,5 milliards de FCfa, tirées notamment par les « machines, appareils et moteurs » (+13,3 milliards de FCfa), les produits pétroliers (+10,9 milliards de FCfa), les produits alimentaires (+5,4 milliards de FCfa) et les «véhicules, matériels de transport et pièces détachées » (+3,6 milliards de FCfa). Pour ce qui est des produits alimentaires, les achats à l’étranger de riz se sont repliés de 1,3 milliard de FCfa sur la période.
S’agissant des importations de biens en provenance des pays de l’Uemoa, elles se sont évaluées à 6,1 milliards de FCfa en février 2017 contre 7,0 milliards de FCfa le mois précédent, soit un repli de 0,9 milliard de FCfa. Elles ont représenté 2,8 % de la valeur totale des importations de biens au mois de février 2017 contre 2,6 % un mois auparavant. La Côte d’Ivoire demeure le principal fournisseur du Sénégal au sein de la zone avec une part évaluée à 57,7 % en février 2017 contre 61,8 % le mois précédent, soit un repli de 4,1 points de pourcentage. Les achats en provenance de ce pays ont principalement porté sur les matières plastiques et artificielles, les « fruits et légumes comestibles » et les « bois et ouvrages » avec des parts respectives de 16,5 %, 10,9 % et 10,0 %.
Les importations de biens en baisse de 60,5 milliards de FCfa
Concernant les importations de biens, elles ont connu une baisse de 60,5 milliards de FCfa, en variation mensuelle, pour se situer à 215,5 milliards de FCfa en février 2017. Cette évolution est essentiellement imputable aux produits pétroliers (-31,9 milliards de FCfa), aux « machines, appareils et moteurs» (-21,4 milliards de FCfa) et aux produits pharmaceutiques (-1,7 milliard de FCfa). Pour les importations de produits pétroliers, la baisse observée est notamment attribuable aux huiles brutes de pétrole (-34,0 milliards de FCfa). En revanche, les produits alimentaires ont été davantage achetés de l’étranger (+3,6 milliards de FCfa) notamment les «huiles, graisses animales et végétales » (+2,4 milliards de FCfa ) et le riz (+1,4 milliard de FCfa).
En glissement annuel, les importations de biens ont reculé de 3,8 % (-8,6 milliards de FCfa) au mois de février 2017, en liaison notamment avec les produits pétroliers (-20,6 milliards de FCfa) et les « machines, appareils et moteurs» (-2,0 milliards de FCfa). Concernant les produits pétroliers, la contraction des importations est particulièrement attribuable aux huiles brutes de pétrole (-28,4 milliards de FCfa). Elle a été, cependant, atténuée par la progression des achats de pétrole raffiné (+7,9 milliards de FCfa). Par ailleurs, une hausse de 7,5 milliards de FCfa des importations de produits alimentaires est notée et elle est liée au « froment et méteil » (+2,7 milliards de FCfa), aux « huiles, graisses animales et végétales» (+2,5 milliards de FCfa), au riz (+2,0 milliards de FCfa) et aux «fruits et légumes comestibles » (+1,6 milliard de FCFa). Les importations de maïs ont, pour leur part, baissé d’un milliard de FCfa sur la période.
Mamadou SY/lesoleil.sn

Commentaires

je voulais savoir si l aeroport allait etre terminé un jour?

Écrit par : vavat | 23/04/2017

Répondre à ce commentaire

L'ouverture de l'aéroport est prévu pour FIN DECEMBRE 2017, cependant en tenant compte des reports depuis quelques années l'incertitude reste présent sur la fin de TOUS les travaux ,sachant que celui de DAKAR pourrait absorber encore un grosse part du trafic pour une période indéterminée ...
Voyez que la réponse fait la part entre la théorie et la pratique du pays.....
L'avenir de l'aéroport de DAKAR est un sujet de réflexion ....
Finalement à chacun son "notre dame des landes"?

Écrit par : oyster | 23/04/2017

Répondre à ce commentaire

que vient faire l'aéroport en commentaire à cet article ?
quel rapport avec un projet d'aéroport en France ?
oyster (huître) donc QI d'huître.

Écrit par : galips | 23/04/2017

Et "galips" = galapiat... sans doute ? :) :) :)

Écrit par : . | 24/04/2017

Vous en savez des choses !
J'ai vu le nouvel aéroport et j'ai beaucoup de mal à croire qu'il n'ouvrira pas fin 2017

Écrit par : Reyser | 24/04/2017

Écrire un commentaire