28/04/2017

LE MAROC INVESTIT AU SENEGAL

Le Groupe ÉLÉPHANT VERT annonce son implantation au Sénégal.

senegal

ÉLÉPHANT VERT, acteur majeur de l’agriculture biologique, s’implante au Sénégal pour promouvoir un modèle agricole innovant.
ÉLÉPHANT VERT annonce officiellement sa nouvelle implantation africaine, avec toujours la même volonté de contribuer au développement de l’agriculture, ici au Sénégal, impulsée par le Plan Sénégal Émergent (PSE) en proposant des solutions biologiques.
Après le Maroc en 2012 et le Mali en 2015 le groupe réaffirme ses engagements pris il y a désormais 5 ans en faveur d’une agriculture saine et durable en mettant à la disposition des agriculteurs africains, des solutions biologiques et naturelles pour leurs cultures – biofertilisants, biostimulants et biopesticides – ainsi qu’un accompagnement technique et financier.
René Bajikile Matala, Directeur Général d’ÉLÉPHANT VERT Sénégal, explique cette initiative portée par le groupe industriel, fabricant de bio-intrants: « La recherche, l’adaptation et le transfert de technologies innovantes permettent de lutter contre la dégradation des sols et de promouvoir une agriculture durable en Afrique, et au Sénégal en particulier. Par exemple, il est maintenant possible de généraliser l’utilisation de produits naturels, efficaces et compétitifs, pour compléter ou remplacer les intrants conventionnels. À travers ce type d’innovation, un nouveau modèle agricole innovant, performant et durable, se dessine. Le Sénégal qui ambitionne d’atteindre une autosuffisance alimentaire à moyen terme et de s’ouvrir sur de nouveaux marchés à l’export, peut compter sur un acteur comme ÉLÉPHANT VERT pour accompagner cette montée en puissance ».
Rappelons qu’au Sénégal, l’agriculture contribue à plus de 17% au PIB national et qu’elle emploie plus de 60% de la population rurale.
agrimaroc.ma

Commentaires

Le groupe ELEPHANT VERT est marocain ???
Au sujet des cultures biofertilisants, biostimulants et biopesticides, c'est une vaste fumisterie.
J'ai visité une ferme soit disante BIO dans la région d'Agadir au Maroc en 2013. Toujours curieux, j'ai découvert derrière les serres et les hangars de stockage, la fosse à ordures et les bidons de pesticides vides n'avaient rien de BIO. J'ai noté les noms des bidons et j'ai contrôlé sur internet, rien que des produits pesticides normaux et dangereux à grande dose pour la santé.

La journaliste Elise Lucet, dans une enquête en 2016, dans l'émission "Cash Investigation" sur les produits BIO vendus en grandes surfaces françaises dont les productions se font dans la région d'Agadir avec des pesticides de base. Elle a prouvé qu'il n'y avait rien de BIO dans ces produits, pourtant vendus avec l'étiquette BIO en France et 3 fois plus cher. Ce qui a conforté mes doutes. Le BIO, c'est cher et c'est trop souvent du pipeau !

Écrit par : issa gibb | 28/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire