11/05/2017

LA ROUTE VA TUER ENCORE

Le Sénégal risque de se retrouver avec plus de 800 morts d’ici la fin de l’année

téléchargement-4-7.jpg

Le secrétaire général du ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Aubin Jule Sagna, a présidé, hier, la cérémonie d’ouverture de la quatrième Semaine mondiale de la Sécurité routière des Nations Unies. Il a à cette occasion annoncé que le Sénégal pourrait se retrouver avec plus de 800 morts d’ici la fin 2017.
L’ouverture de cette semaine a été marquée par le Forum « Post Brasilia : Actions sécurité routière pour l’Afrique» sur le thème : « La vitesse, Ralentissez ». Ces cinq dernières années, l’attention nationale, régionale et mondiale s’est portée de plus en plus sur la réduction de la vitesse dans le cadre des efforts visant à faire baisser les traumatismes liés aux accident de la circulation. « Je crois que la vitesse est une bonne chose car la modernité s’organise autour de la vitesse il faut aller vite dans le travail, dans les services, dans la réalisation. Mais cette vitesse dans la route pourrait être fatale dans la vie des Sénégalais », a fait savoir Aubin Jule Sagna Secrétaire général du ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement.
Selon lui, durant les quatre premiers mois de l’année 2017, le Sénégal était à plus de 200 morts, ce qui veut dire que si rien n’est fait, à la fin de l’année, le pays se retrouverait à plus de 800 morts, comparativement aux années précédentes, alors que le maximum était fixé à moins de 600 morts.
Ainsi, M. Sagna de noter que le rôle de l’Etat est un rôle de sécurité avant tout et surtout de sécurité et non une attitude de sanction parce qu’il forme, informe en plus de sensibiliser. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre des mesures dissuasives pour empêcher d’avoir des comportements irrespectueux de la loi de la route, des règlements sur la route.
Ndèye Awa Sarr, Présidente de Laser international, pour sa part, de noter que les stratégies mondiales, nationales et locales ont pour objectif de réduire le nombre de tués sur les routes, mais il reste encore beaucoup à faire. Car, nous assistons à un développement exponentiel de nos infrastructures avec le travail de titan réalisé par nos ministères.
Selon elle, les acteurs devront augmenter leur capacité d’accès des personnes à l’éducation, à l’emploi et au service de santé et en permettre aux entreprises de fournir des biens et services dans des délais réduits. Les réseaux de transports ont de nombreuses répercussions sociales positives, notamment pour l’accroissement de notre productivité économique et notre développement. Néanmoins cette expansion et la hausse de la fréquentation des réseaux ont eu un certain nombre d’effets négatifs, à la fois sur le plan économique et sur le plan social.
Car, dit-elle, la croissance très rapide du nombre de véhicules à moteur s’accompagne malheureusement d’une augmentation des décès et des traumatismes consécutifs à des accidents de la circulation. « En outre, nous autres urbaine, sommes maintenant confrontés aux difficultés supplémentaires que représentent les hauts niveaux de pollution atmosphérique et la hausse collectives des maladies respiratoires ainsi qu’une augmentation des embouteillages. Concernant la vitesse, le thème principal, Mme Awa Sarr rappelle qu’elle a un effet positif sur la mobilité en réduisant le temps de transport, mais elle peut jouer un rôle négatif majeur dans les accidents de la circulation, avec une augmentation de la probabilité d’un accident et de la gravité des conséquences. « Nos pays qui sont à revenu faible comptent pour 90% des décès dus aux accidents de la circulation à l’échelle planétaire. Alors que nous ne possédons pas la moitié des véhicules en circulation dans le monde, le risque d’un accident dans la circulation en Afrique est le plus élevé. Nous avons près de 30 accidents pour 100 mille habitants. Et la vitesse est au cœur de ce problème des traumatismes liés aux accidents », a fait savoir Ndèye Awa Sarr.
Khady Thiam COLY/rewmi.com

Commentaires

Je crois que l'insouciance en est la principale raison .........
et que l'habitude est bien prise d'effacer un manquement à la sécu par un billet!

Écrit par : oyster | 11/05/2017

Répondre à ce commentaire

Sur la forme, serait-il possible d'écrire en français?
Sur le fond, c'est peine perdue.

Écrit par : richard | 12/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire