12/06/2017

L'EXCISON ERADIQUEE, PAS POUR DEMAIN!

Région de Sédhiou : 94% des filles sont excisées

Excision-au-Sénégal-Sédhiou.jpg

À Sédhiou l’excision reste toujours une pratique courante qui menace la santé de la reproduction. C’est en tout cas ce que révèlent les statistiques. En effet, 94% des filles sont excisées dans cette partie sud du Sénégal. Cette révélation est faite par Adama Diop, sage-femme au poste de santé de Dembo Coly en marge d’une causerie qu’elle animait sur ce phénomène au collège Amadou Mapathé Diagne.Excision au Sénégal, Sédhiou
Initiée par des élèves du club de l’éducation à la vie familiale (EVF), la rencontre vise à sensibiliser les jeunes sur les dangers que constituent les mutilations génitales féminines.
« À Sédhiou, en ce qui concerne l’excision, les derniers chiffres à notre connaissance sont portés à l’ordre de 94% des filles concernées», a dit la sage-femme. Elle indique par ailleurs qu’il est important de conscientiser les jeunes sur l’ampleur du phénomène pour y mettre un terme.
« Certains font toujours cette pratique en cachette » déplore la sage femme qui se désole des lourdes conséquences de cette ablation partielle ou totale des parties génitales de la femme.
Sanoussy Dia à Sédhiou/Xibaaru.com

Commentaires

Il faut arrêter cette abominable pratique

Écrit par : Talaya | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

inhumain !! de la pure barbarie , les autorités doivent tout mettre en oeuvre pour arrêter ces pratiques ancestrales qui font souffrir et peuvent entraîner la mort .

Écrit par : labrousse | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

inhumain !! de la pure barbarie , les autorités doivent tout mettre en oeuvre pour arrêter ces pratiques ancestrales qui font souffrir et peuvent entraîner la mort .https://vimeo.com/38503441 pour ceux qui douteraient encore .

Écrit par : labrousse | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

C'est monstrueux ! ces coupeuses commettent pareilles horreurs parce qu'il ne faut pas que la fille soit "impure" ! impure au nom de quoi ? beaucoup justifient aujourd'hui encore de telles pratiques au nom de la religion... or l'excision n'a jamais été une obligation coranique... et en y réfléchissant un peu, comment Dieu, le tout puissant, le miséricordieux, aurait-il pu créer un être impur ? ces coupeuses remettent donc en cause la création divine ? si le sexe féminin a un clitoris, il y a sûrement une raison... Et il y a pire encore, outre l'excision, l'ablation des petites lèvres et des grandes lèvres, et l'infibulation...
Ce sont des "traditions" hélas bien ancrées, bien antérieures à l'Islam, et qui perdurent car les coupeuses ont trouvé là un bon moyen de gagner de l'argent, infligeant des souffrances atroces aux personnes de sexe féminin, non seulement au moment de "la coupe" (sans anesthésie évidemment...) mais après aussi, des souffrances pour la vie...
Voilà où mènent l'obscurantisme, l'ignorance, l'impunité. Quand cette barbarie d'un autre âge cessera-t-elle définitivement ? çà me fait vomir !

Écrit par : Elle | 12/06/2017

L'excision a encore de beaux jours devant elle. Les ethnies de Casamance avouent du bout des lèvres que ce n'est pas bien, mais expliquent que c'est la tradition et que les gamines"charcutés" demandent elles même cette mutilation. De plus, cela vous ne semble pas beaucoup émouvoir les autorités.

Écrit par : Tiocan | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

Correction de mon message précédent.
.....gamines"charcutées" et De plus cela ne semble pas beaucoup émouvoir les autorités.

La correction automatique me joue des tours, je vous présente mes excuses.

Écrit par : Tiocan | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

Au Sénégal, depuis une loi promulguée en janvier 1999, les pratiques de MGF (mutilations génitales féminines) sont illégales. Le président Diouf avait fait un appel solennel en faveur de l'arrêt de ces pratiques et de la législation les interdisant. La loi modifie le Code pénal en faisant des MGF des actes criminels, réprimés par une sentence pouvant aller de un à cinq ans d'emprisonnement.
Un porte-parole du RADDHO (Rassemblement africain pour la défense des droits de l'homme) a déclaré dans la presse : "L'adoption de la loi ne se suffit pas en elle-même, car il est désormais nécessaire de la faire appliquer rigoureusement pour que les femmes en bénéficient".

Écrit par : Xx | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

vu la marche en arrière que fait la religion musulmane ailleurs comme au senegal !!!! et nous le constatons en permanence des gamines voilées en maternelle alors vous pensez bien que cesser leurs pratiques barbares c'est pas pour demain......et les familles qui tenteraient de vouloir arreter sont harcellées...... je l'ai vecu l'an dernier dans un village de Casamance......ou ma femme de menage a été harcelé pour faire exciser sa fillette de 4 ans, il m'a fallu intervenir pour que cela cesse et je vous passe les qualificatifs que j'ai entendu a mon egard....

Écrit par : flopaty | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

Une loi interdisant l'excision des fillettes sénégalaises, existe depuis 1999. Elle n'est pas appliquée ???
Une loi interdisant la mendicité des talibés au Sénégal, existe depuis 2005. Elle n'est pas appliquée ???
Le projet de loi sur la modernisation des daaras est étouffé, réduite à néant par la Fédération des Associations des Maîtres Coraniques à leur Congrès de Thiès en 2013.
Le record des viols d'enfants dans le milieu scolaire en 2015 est battu : 3.600 viols déclarés et le reste caché...
Le retrait des enfants mendiants de la rue est décidé en 2016 : Le vice-président de la Fédération régionale de Kaolack, Mamadou Lamine Fall lance une fatwa contre le gouvernement et le Président, sans être inquiéter.
Le Premier Ministre M.B.A DIONNE convoque le Président Moustapha Lô de la Fédération Nationale des Ecoles Coraniques au Sénégal et il lui montre l'article de la CONSTITUTION du Sénégal, interdisant l'exploitation d'enfants et des groupes vulnérables. Le Président Lô s'en va, les talibés sont déplacés de daaras en daaras et ils continuent à mendier dans les rues, en étant de plus en plus nombreux. A Saint Louis, même les autorités et des imams s'inquiètent du nombre de talibés au mètre carré...
L'Association Toscan qui lutte contre l'excision dans 13 pays africains en créant des micros-métiers pour les exciseuses contre l'arrêt de ces pratiques dangereuses pour les fillettes, a déclaré son échec au Sénégal. Après leur passage et les aides financières dépensées, le marabout du coin sermonne que si les fillettes ne sont pas excisées, cela va déclencher la colère de Dieu et que les récoltes seront mauvaises... Et les fillettes sont excisées, la lutte contre l'excision réduite à néant et les aides tombées dans un panier sans fond...
Voici des réalités d'un pays qui se dit civilisé, en marche dans l'émergence. Avec des politiciens trop occupés par les élections législatives, laissant la gouvernance du peuple à des religieux et des marabouts rétrogrades qui ne respectent aucune loi. Oui, dans ces conditions, l'excision des petites filles et l'exploitation esclavagiste des petits talibés continueront au Sénégal, longtemps.
Même les animaux traitent mieux et protègent mieux leurs enfants !

Écrit par : issa gibb | 12/06/2017

Répondre à ce commentaire

issa gibb toujours realiste et pertinent !!!!

Écrit par : flopaty | 13/06/2017

Répondre à ce commentaire

Bien-être de l'enfant (santé, éducation...). L'enfant Africain, journée mondiale le 16 juin :
... "Au Sénégal, une manifestation énorme impliquant 500 enfants est prévue. Une réunion géante de lobbying avec le président du Sénégal et des enfants est prévue pendant l’événement. Des célébrités telles que Youssou NDour, Baaba Maal, Coumba Gawlo, Viviane Ndour, Mada Ba, Oumar Pene, Abdou Djite, ont aussi été invitées." ...

http://www.journee-mondiale.com/61/journee-mondiale-de-l-enfant-africain.htm
https://www.unicef.fr/article/journee-de-l-enfant-africain-2010

Écrit par : . | 13/06/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai bien peur qu'une fois de plus, pour cette grande fête de la journée mondiale de L'Enfant Africain qui commémore le massacre d'enfants à Soweto en 1976, les enfants talibés esclaves au Sénégal soient encore les grands absents et les grands oubliés de la manifestation. A Vendredi

Écrit par : issa gibb | 14/06/2017

Bla bla habituel, mais en grandes pompes...

Écrit par : linlin | 16/06/2017

Répondre à ce commentaire

Encore une manifestation en grande pompe ou seront a l'honneur tous ses messieurs qui s'engraisseront un peu plus, mais les fillettes martyrisées , les petits talibés, NADA RIEN honte au Sénégal qui est incapable de faire respecter les lois promulguées ,faute de gens compétents .

Écrit par : eddy | 16/06/2017

Répondre à ce commentaire

Faire procéder à un examen gynécologique obligatoire par une sage femme vers l'âge où cela se pratique. La charcuteuse en prison et forte amende pour les parents. Remède simple et efficace. Mais comme on dit, quand ça veut pas, ça veut pas...

Écrit par : Reginald Groux | 25/06/2017

Répondre à ce commentaire

Faire procéder à un examen gynécologique obligatoire par une sage femme vers l'âge où cela se pratique. La charcuteuse en prison et forte amende pour les parents. Remède simple et efficace. Mais comme on dit, quand ça veut pas, ça veut pas...

Écrit par : Reginald Groux | 25/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire