20/06/2017

DESERTIFICATION DU SENEGAL

34 % de la superficie affectés par la désertification

450ffea8d5fbdc713ba66615faf4a537_XL.jpg

La désertification gagne du terrain au Sénégal. Elle reste un phénomène tenace auquel il faut apporter une réponse. C’est en substance le message livré à l’occasion de la célébration, à Mbao, de la Journée mondiale de lutte contre la désertification.
La désertification constitue toujours une menace pour le Sénégal. Elle est bien présente partout sur le territoire. Selon la conseillère technique du ministre de l’Environnement et du Développement durable, le colonel Gogo Ndiaye, le phénomène s’étend sur 6,5 millions d’hectares de la superficie nationale. « Les dernières investigations nous enseignent que 34 % de la superficie du pays sont affectés, soit plus de 6,5 millions d’ha. Cela constitue une contrainte majeure pesant sur le développement et l’atteinte de la sécurité alimentaire », a déclaré, le week-end dernier, à Mbao, le colonel Ndiaye.
C’était à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la désertification dont le thème de cette année est : « Notre terre, notre maison, notre avenir ». Une occasion saisie par la représentante du ministre de l’Environnement pour rappeler que cette désertification se manifeste par des phénomènes divers, tels que l’érosion, les coupes abusives sur les forêts et les pressions de l’homme et du bétail. « La forêt au Sénégal se dégrade progressivement, surtout en ce qui concerne les essences remarquables, telles que le Vène, le Dialabane, le Mbep, le Beer, le Dimb, pour ne citer que celles-là. Les coupes illicites de bois, surtout le long de nos frontières, portent un coup fatal non seulement à nos formations forestières mais aussi à l’économie nationale », a indiqué le colonel Ndiaye, rappelant la nécessité de prévenir la dégradation de nouvelles terres et la remise en état des terres déjà dégradées.
Il faut aussi, d’après Gogo Ndiaye, continuer à reboiser ou à régénérer un hectare de terre dans les mêmes écosystèmes et pendant la même période. A ce titre, a-t-elle précisé, « il faut un effort annuel soutenu de 480.263 ha par an, soit un rythme de progression de 7 % par an de compensation des pertes à partir de 2020 pour tendre vers la neutralité ».
Pour autant, cette détérioration des terres ne doit guère faire oublier les efforts consentis par l’Etat, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, pour lutter contre ce phénomène. a en croire le colonel Ndiaye, des engagements financiers à hauteur de 321,5 milliards de FCfa ont été mobilisés entre 1997 et 2007 par les projets de lutte contre la dégradation des terres au Sénégal. Mais, tous ces moyens n’ont pas encore permis de venir à bout d’un phénomène tenace qui se développe d’année en année. « Le bilan global des programmes et projets mis en œuvre pour la lutte contre la désertification et gestion durable des terres demeure mitigé, parfois décevant, au regard des ressources investies », a reconnu la conseillère technique du ministre de l’Environnement. D’où l’organisation de cette journée pour permettre aux Sénégalais d’être suffisamment informés sur les méfaits de la désertification.
Maguette NDONG/lesoleil.sn/BBC

Commentaires

J'ai vu dernièrement, une émission télévisée qui parlait de la "Muraille Verte" du Soudan jusqu'au Sénégal, pour lutter contre la désertification.
Cette émission faisait l'apologie du Sénégal comme le pays qui s'en sort le mieux, face à la désertification dans le projet de la Muraille Verte
où le Sénégal est présenté comme pays le plus aidé internationalement dans ce projet de Muraille Verte avec ses reboisements.
A lire cet article, c'est la douche froide ? La journée de la lutte contre la désertification et pas un mot sur le projet de la Muraille Verte au Sénégal ???
C'est en à perdre son wolof ???

Écrit par : issa gibb | 21/06/2017

Répondre à ce commentaire

il faut reboiser tres vite avec la vegetation adaptable au climat nouveau, il faut cultiver du vetiver......il y a des choses a faire, mais il faut s'y mettre

Écrit par : flopaty | 24/06/2017

Répondre à ce commentaire

Oui... et pas trop tard de préférence... avant que ce ne soit irrémédiable, comme pour l'érosion côtière !

Écrit par : Xx | 24/06/2017

Écrire un commentaire