01/07/2017

LE BUDGET DU SENEGAL

Le budget du Sénégal va atteindre 3720,25 milliards de francs Cfa

cfa1.jpg

L’annonce a été faite, hier, lors du débat d’orientation budgétaire 2017 à l’Assemblée nationale par le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan. Selon Amadou Ba, la mobilisation de cette manne financière repose sur la base d’une politique fiscale, qui sera axée sur le renforcement des acquis du nouveau Code des impôts.
Au total, les recettes du budget 2016 ont connu une hausse de 15%, passant de 2026,1 milliards en 2015 à 2334,6 milliards, essentiellement imputable à l’augmentation significative des recettes budgétaires (+15,23%).
« En 2016, 58 conventions de financement ont été signées, portant ainsi le nombre de conventions signées depuis la tenue du Groupe consultatif de Paris à 198 pour un montant mobilisé de 3 486 milliards, dont 89,7% sous forme d’emprunts concessionnels et 10,3% à titre de subvention.
Globalement, les dépenses sont ressorties à 2704 milliards en fin 2016 contre 2411,5 milliard en 2015, soit un accroissement de 12%. La pauvreté a baissé », a soutenu M. Ba.
Au 31 mai 2017, les ressources budgétaires ont été recouvrées à hauteur de 1074,13 milliards, 767,9 milliards de recettes internes et 304,23 milliards de ressources extérieures destinées au financement des projets et programmes d'investissement publics. Soit 70% des prévisions de tirage sur l’année 2017 effectués en 5 mois.
Ce qui lui fait dire que le dynamisme de l’économie sénégalaise devrait se consolider avec un taux de croissement du Produit intérieur brut (PIB) réel projeté à 7% contre 6,8% en 2017.
« Sans pétrole et sans gaz, nous atteindront en 2018, un taux de croissance de 7%»
«Nous projetons une croissance de 7% en 2018. Beaucoup n’y croyaient pas. Aujourd’hui, force est de constater que le Plan, la vision sont totalement exécutés. Nous n’avons pas encore intégré les revenus du pétrole et du gaz dans ses performances.
Donc, sans pétrole, sans gaz le Sénégal atteindra une croissance au moins de 7%. Car, les ressources provenant du pétrole et du gaz sont attendus en 2021 », se réjouit le ministre non sans annoncer qu’en 2018, le déficit budgétaire devrait être réduit à 3%, après 3,7% en 2017.
Poursuivant, il renseigne que les ressources et charges budgétaires sur la période 2018-2020 à 11 614,24 milliards. Concernant la dette publique, Amadou Ba informe qu’elle passera de 6 302,8 milliards en 2018, 6580,5 milliards francs Cfa en 2019 et 6792,3 milliards en 2020.
« Notre endettement qui était à 60% du PIB est aujourd’hui, à 40%. La répartition annuelle des investissements publics programmés sur la période 2018-2020 se présentera comme suit : 1345 milliards de francs CFA pour 2018, soit une augmentation de 120 milliards par rapport à 2017, 1490,9 milliards pour 2019 et 1652,3 milliards », détaille le ministre.
« Le Sénégal ne peut pas donner ou produire des statistiques fabriquées »
Pour le recrutement dans la Fonction publique, les prévisions se chiffrent à 13 130, 12 203 et 6 500 respectivement en 2018, 2019 et 2020. D’après le ministre des Finances, tous ces chiffres donnés sont authentiques, car le Sénégal est un pays qui est sur les marchés internationaux.
« Donc, il ne peut produire ou donner des statistiques fabriquées ». Dans le même ordre d’idées, Amadou Ba affirme que l’ambition du Sénégal est d’adhérer, dès cette année, à la norme spéciale de diffusion des données statistiques du Fonds monétaire.
Aliou Diouf (Libération)/leral.net

Commentaires

Le mec, il est ministre de L'Economie, des Finances et du Plan et il en déduit que la pauvreté a baissé parce les dépenses ont augmenté de 12 % entre fin 2015 et fin 2016 ???
Oui, la pauvreté a probablement baissé au Sénégal : Pour les riches !
Encore un article euphorique de milliards, un gargarisme de chiffres incontrôlés et incontrôlables d'un politicien enfûmeur de masse, rapporté par un journaliste propagandiste de masse qui ne sortira pas les 90 % du peuple sénégalais, tenu dans la pauvreté...

Sans produire ou donner des statistiques fabriquées car le pays est sur les marchés internationaux ??? Là, on est content, les chiffres ne sont pas truqués....On est dans l'International
Là, on ne s'inquiète plus tout ! Preuve incontestée et incontestable que : Tout est réel, tout est vrai, tout est juste, on ne ment plus à personne, surtout pas au peuple tant aimé...
Maintenant qu'on joue dans l'international : On peut même faire des promesses de recrutements pour la Fonction Publique en 2018, 2019, 2020 ???
Super ! Ces prévisions d'emplois du futur, à tenir ??? çà me rappelle les promesses de créations d'emplois de Wade à chaque présentation des vœux, jamais tenues , chaque année...

"L'ambition d'adhésion à la norme de diffusion des données statistiques du Fonds Monétaire, elle va faire baisser le prix du sac de riz, de l'huile et du sucre ??? " demande une vieille dame sénégalaise au marché de son village où l'électricité n'est pas encore arrivé. Et le Ministre lui rétorque, hors sujet : "Et, alors en 2021, avec le pétrole et le gaz, on va tout péter... Vive Macky Sall... Vive Amadou Ba.... Vive Aliou Diouf...Vive l'émergence...
("Vive l'émergence, pour les riches" ) a oublié de dire le Ministre à la vieille dame sénégalaise qui n'a pu s'acheter que 2 tomates et 2 oignons au marché, aujourd'hui.
Le Ministre a répondu à côté, comme si le pétrole et le gaz allaient tout sauver au Sénégal, mais aussi parce qu'il ne connait pas les prix d'un sac de riz, d'un litre d'huile et d'un kilo de sucre...
Les milliards de cet article, la vieille dame sénégalaise, elle s'en fout, car elle ne sait pas lire, écrire et compter comme 70% de la population du pays...

Écrit par : issa gibb | 02/07/2017

Répondre à ce commentaire

il y a deux Sénégal, cela fait des années que je le répète, celui des riches qui profitent de l'émergence et celui des pauvres. qui ne profitent de rien,pourquoi ne pas faire mention de l'émergence des pauvres dont le nombre ne diminue pas et continuent à vivre dans la misère. Des dizaines de milliers d'enfants ne vont pas à l'école, quel avenir pour eux.

Écrit par : jacobus | 02/07/2017

Répondre à ce commentaire

Il n'y a aucun avenir au Sénégal pour la population,hormis pour les riches... Et les Sénégalais s'en foutent,!!! le reve Sénégalais faire comme les riches ,voler l'argent du pauvre sans trop se fatiguer... ce qui fait l'admiration des Sénégalais(ES) c'est l'argent et peu importe la façon de se le procurer tant pis si c'est aux détriment d'autrui(comme les imams avec les petits talibés)

Écrit par : chees | 11/07/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire