04/07/2017

AINSI VOUS ETES AU COURANT

Le Sénégal est passé de "900 heures de coupure en 2011, à 85 heures en 2014, 76 heures pour 2015 et 66 heures pour 2016"

15335778-20697614.jpg

A côté de la révolution solaire avec l’inauguration des centrales solaire de Bokhol, Malicounda et Sinthiou Mékhé, force est aussi de constater que le Sénégal a fait un grand en avant en ce qui concerne les délestages, d’autant que le pays est passé de 900 heures de coupure d’électricité en 2011, à seulement 66 heures pour 2016.
Pour être plus statistique, le Sénégal pays est passé de « 900 heures de coupure d’électricité en 2011, à 85 heures en 2014, 76 heures pour 2015 et seulement 66 heures pour 2016 ». C'est qui est ressorti du document de l’évaluation des performances sectorielles globales dans le rapport des Conseils de ministres décentralisés 2017 consulté par leral.net
Ce redressement du secteur s’est traduit notamment par une baisse des prix de l’électricité de 10 à 15% pour près de 860 000 clients de la SENELEC.
De 573 MW en 2011-2012, la puissance totale du parc énergétique a aujourd’hui atteint une puissance de 821 MW, avec l’objectif d’atteindre 1 264 MW en 2019, avec le développement d’un mix énergétique qui permettra de baisser davantage les coûts.
Dans le domaine des énergies renouvelables, plus de 100 MW d’énergie solaire seront injectés dans le réseau avec les centrales de Méouane, Mérina Dakhar, Kahone et Diass. Le Programme Scaling Solar permettra la mise en service de 100 MW en 2018.
1 648 villages électrifiés en fin 2015
En matière d’électrification rurale, 1 648 villages ont été électrifiés en fin 2015 et le nombre de villages programmés d’ici à fin 2017, avoisine les 3 000 avec des financements de l’ordre de 159 milliards déjà mobilisés par l’Etat (43 milliards pour le PUDC et 116 milliards pour l’Agence Sénégalaise d’Electrification Rurale dans le cadre du PNUER).
La population ayant accès à l’électricité en milieu rural est passée de 1 700 000 à 2 160 000 personnes. Ainsi, le taux d’électrification rurale est passé de 24 % en 2012 à 31,5% en 2016. L’objectif demeure l’accès universel à l’électricité d’ici à 2025.
La SAR couvre de près de 50% des besoins du Sénégal en produits pétrolier
Enfin, la Société Africaine de Raffinage (SAR), en restructuration, a recouvré ses capitaux propres et vient de franchir la barre symbolique de 1.000.000 tonnes de production annuelle, avec une couverture de près de 50% des besoins du pays en produits pétroliers.
Massène DIOP Leral.net

Commentaires

Quelle est la fiabilité des ces chiffres et statistiques?
En tous cas, les coupures sont encore trop fréquentes et le voltage est loin des 220 volts promis.

Écrit par : Tiocan | 04/07/2017

Répondre à ce commentaire

A l'heure actuelle, il est toutefois préférable de conserver un bon stock de bougies chez soi...

Écrit par : Xx | 04/07/2017

Répondre à ce commentaire

Comme le nombre de 1 600 000 touristes en 2016 au Sénégal, les 66 heures de coupures électriques en 2016 au Sénégal sont fiables ou on nous mentirait encore et encore ???

Écrit par : issa gibb | 04/07/2017

Répondre à ce commentaire

et why not, avec l'argent du pétrole, investir sur une centrale nucleaire pour tourner définitivement le dos à ce calvaire..

Écrit par : Ndiaye | 05/07/2017

Répondre à ce commentaire

en ce qui concerne la casamance c'est FAUX, les hures de coupures sont chaque année plus importantes, plus longues et pour avoir un compteur c'est la galère et pour prolonger une ligne c'est la galère , aucune possibilté de créer quoi que ce soit ....ça fait 6 ans que j'attend !!!

Écrit par : flopaty | 05/07/2017

Répondre à ce commentaire

Les coupures sont toujours trop nombreuses, mais je pense quand meme que cela diminue. Le probleme n est pas la production mais la distribution.sur la piste des "milliardaires" a saly les cables passent a ras le sol. Tout le monde le constate sauf la Senelec...

Écrit par : Linlin | 06/07/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire