14/07/2017

EXCISIONS EN BAISSE

Baisse de la prévalence de l'excision chez les filles de moins de 15 ans (Unfpa)

images.jpg

Le taux de prévalence de l'excision chez les filles sénégalaises âgées de moins de 15 ans est passé de 18 à 14,6% entre 2013 et 2015, a déclaré, jeudi à Dakar, Moussa Faye, représentant résident assistant au Sénégal du Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa en anglais).
"Pour la jeune génération, des progrès notables ont été obtenus ces dernières années au Sénégal, entre 2013 et 2015, la prévalence de l'excision chez les filles âgées de moins de 15 ans, est passée de 18 à 14,6%", a expliqué M. Faye à l'ouverture d'un symposium sur les mutilations génitales féminines.
Au Sénégal, a poursuivi Moussa Faye, la proportion de femmes âgées de 15-49 ans ayant déclaré avoir subi l'excision est passée de 28% en 2005, à 25% en 2014 et à 24% en 2015, avec toutefois des disparités régionales car, les régions de Tambacounda, Kédougou (Est) Sedhiou, Kolda, Ziguinchor (Sud), Matam (Nord sont plus touchées.
"En termes de progrès vers l'abandon des mutilations génitales féminines, la baisse de la pratique de l'excision est cependant remarquable chez les ethnies qui la pratiquent le plus ‘’ , a expliqué Moussa Faye.
Ainsi, a-t-il poursuivi, chez les mandingues, 37% des filles de -15 ans sont excisées alors que 71% de leurs aînées (15-49 ans) le sont.
Chez les Soninkés, a encore dit Faye, la prévalence de l'excision est de 60% chez les aînées contre 39% chez les plus jeunes.
Cela signifie que les filles subissent de moins en moins la pratique des Mutilations génitales féminines (Mgf) comparées à leur mère, note-t-elle.
Selon lui, l'argument médical a permis de renforcer la sensibilisation auprès des communautés, et qu'il est plus que jamais essentiel de travailler avec le personnel de santé qui peut jouer un rôle déterminant pour accélérer la dynamique sociale des communautés et à continuer à sensibiliser les communautés.
TE/of/APA/apanews.net

Commentaires

Cet article dit exactement l inverse de celui du mois dernier...

Écrit par : linlin | 14/07/2017

Répondre à ce commentaire

Tout a fait d'accord : cet article sur une baisse de l'excision est tout le contraire d'un article qui annonçait l'excision en augmentation au Sénégal et à Dakar, ces derniers temps.
Certains expliquaient même que cette augmentation provenait des déplacements des populations pauvres vers l'eldorado de la capitale Dakar ???

En augmentation ou en baisse ??? Une loi sur l'interdiction de l'excision a été voté en 1999 au Sénégal. Elle est donc toujours pas appliquée et respectée en 2017 ???
Toute comme la loi interdisant la mendicité votée en 2005, la loi interdisant l'excision votée en 1999 sont deux coquilles vides, sans application, sans suite...

Drôle de pays, que ce Sénégal, où les lois ne sont pas respectées par les uns, pas appliquées par les autres, sans poursuites, sans amendes lourdes ou sans peines de prison.
Le Sénégal est toujours à la marge des lois de l'Humanité, un border-line des Droits de l'Homme, de la Protection de l'Enfance et des groupes vulnérables, caché derrière sa religion ???
Mais l'Islam et le prophète Mouhammad interdisent la mendicité des enfants, tout comme l'Islam interdit qu'on porte atteinte au corps des être humains et en aucun cas, l'Islam n'appelle aux mutilation de fillettes avec l'excision. C'est là, que réside tout le Cynisme et l'Hypocrisie religieuse du Sénégal avec les pratiquants de l'excision et les esclavagistes des talibés !
Vraiment le Sénégal est un drôle de pays musulman qui s'inventent des préceptes à mille lieux des vraies valeurs de l'Islam et du Coran...

"Un peuple, un but, une foi". On commence à comprendre : "Un peuple dont le but de sa foi est de faire n'importe quoi !"

Écrit par : issa gibb | 14/07/2017

Écrire un commentaire