25/07/2017

HAIDAR EL ALI PLAIDE POUR L ECOLOGIE

Campagne des législatives au Sénégal: «l'écologie politique n'est pas un luxe»

dakar_10_0.jpg

Le Sénégal entre dans sa dernière semaine de campagne pour les législatives du 30 juillet et il n’y a pas que les grandes coalitions qui tentent de séduire les électeurs. Les écologistes par exemple sont eux aussi en compagne avec la liste «Naatal Sénégal» menée par l’ancien ministre de l’Environnement Haïdar El Ali. Leur but, faire entrer à l’Assemblée des problématiques comme la pollution atmosphérique et l’impact sur l’environnement de la future exploitation du pétrole au Sénégal.
Après avoir fait campagne dans le sud du Sénégal, l’ancien ministre de l’Environnement Haïdar El Ali était ce dimanche 23 juillet dans la grande banlieue de la capitale sénégalaise, avec un message : l’écologie est une nécessité pour la nature, pour la santé, mais c’est aussi une source de richesse.
« Un hectare de coco rapporte après 5 ans de plantation 8 millions de FCFA par an et pendant 120 ans. On ne nous parle pas de ces investissements verts qui restaurent les écosystèmes, qui restaurent la pluie plutôt que le désert qui avance, et qui enrichissent la population ! », nous explique l'ancien ministre.
S’ils entrent à l’Assemblée, les écologistes promettent de se battre pour durcir la loi et réduire par exemple la pollution atmosphérique à Dakar, l’une des villes les plus polluées au monde.
« Chaque matin j’emprunte les bus, témoigne Mame Mor Ndiaye, un habitant de la banlieue dakaroise. La pollution, ça me fait mal au cœur ! On doit parler de ces questions à l’assemblée nationale.»
Bacary Ndiaye est la tête de liste écologiste du département de Pikine en banlieue de Dakar, une zone où la déforestation est un vrai problème.
« Au départ on pensait que l’écologie politique était une question de luxe, et qu’on ne pouvait pas parler préservation de l’environnement alors que la pauvreté (règne) mais notre première mission est justement de lutter contre la pauvreté… et si l’environnement n’est pas préservé, la forêt est menacée et c’est la vie du cultivateur qui est compromise…»
Et s’ils souhaitent entrer à l’Assemblée, c’est aussi parce que les écologistes craignent l’impact sur l’environnement que pourrait avoir la future exploitation des gisements de pétrole au Sénégal.
RFI

Commentaires

je me demande de quel coco il parle, palmiers noix de coco ou palmiers a huile et pourquoi pas palmiers à dattes, en casamance beaucoup sont ouverts a de nouveaux projets de nouvelles plantations a condition que les projets aillent au bout.
pas comme a albadar ou le projet de palntation de bananier s'st arrete au niveau des clotures et de trous de 80cm de diametre et on attend toujours les plants de bananiers depuis 5 ANS. pendant ce temps les 20 hectares sont inutilisables......INCROYABLE

Écrit par : flopaty | 25/07/2017

Répondre à ce commentaire

En tout cas Haïdar El Ali agit sur le terrain, lui... Contrairement à d'autres qui pérorent et ne font strictement rien, aucune action concrète d'aucune sorte... à part les coûteux séminaires, colloques, réunions, symposium, congrès, conférences... dont on attend toujours un résultat tangible...

Écrit par : Xx | 25/07/2017

Répondre à ce commentaire

moi je pense qu il faut développer le solaire au Sénégal ainsi que la permaculture avec Evidemment le goutte a goutte pour économiser l eau.

J ai d ailleurs un site en place qui n a pas attendu les discours et que les villageois sur place ont pris l engagement de maintenir et de développer de façon virale au Sénégal.

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Tous_pour_le_solaire/?pv=23

Écrit par : terry | 26/07/2017

Répondre à ce commentaire

Voter Haïdar El Ali !
Il est le seul à dénoncer les pillages et les gaspillages et à défendre les ressources du Sénégal.
Il est le seul à avoir averti pour le pillage des eaux sénégalaises et la disparition des espèces de poissons,
Il est le seul à avoir dénoncé la déforestation de la Casamance par la mafia mourido-gambio-chinoise,
Il est le seul à défendre les énergies propres comme le solaire ou l'éolien en mer contre les centrales à charbon,
Il est le seul à s'inquiéter de l'exploitation du pétrole qui peut détruire l'environnement, écologiquement et humainement ( § comme au Nigeria)
Il est le seul à s'occuper de la santé des sénégalais et lutter contre la pollution atmosphérique
Il est le seul à parler d'écologie, depuis des décennies, sans relâche...
Tous les autres politiciens ne pensent qu'à se remplir les poches, allant jusqu'aux pillages des ressources du pays et du peuple sénégalais.
Voter Haïdar El Ali ! Votons Naatal Sénégal ! Faites rentrer son parti à l'Assemblée Nationale en virant les potentats pilleurs et corrompus !
Une politique écologique pour l'Avenir du Sénégal face aux requins du pétrole ! Haïdar El Ali Président !

Écrit par : issa gibb | 26/07/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai pour ma part une grande confiance en HAIDAR EL ALI et ses convictions ,mais beaucoup moins concernant l'appel d'air qu'il pourrait involontairement provoquer par une multitude d'opportunistes qui voudraient rentrer pour leurs interets dans un mouvement au départ écologiste .

Écrit par : oyster | 27/07/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Mr Oyster,
Avec le fait unique au monde de 274 partis sénégalais regroupés sur 47 listes électorales pour les législatives de ce dimanche 30 juillet 2017, les opportunistes de tous bords seront présents dans toutes les 47 listes en lice, près à promettre n'importe quoi ou à faire n'importe quoi pour se faire élire député. Le poste attire tous les requins politiciens du Sénégal !

Effectivement, un liste écologiste sénégalaise importante, qui proviendrait d'une sensibilisation écologique naissante serait plus que suspicieuse. Mais, pour être élu député, des opportunistes écologistes qui se foutent de l'écologie comme de leurs premières chemises ou des opportunistes qui ne connaissent rien à l'écologie, ne serait pas étonnant non plus !
Des écologistes de la dernière heure ???
Le jeu est que Monsieur Haïdar El Ali compétent et réaliste, soit élu député et qu'il entre à l'Assemblée Nationale pour faire entendre ses combats, de la protection des ressources sénégalaises dangereusement pillées ou gaspillées jusqu'aux risques pour l'environnement à cause de l'exploitation pétrolière future... avec le souhait qu'il soit entendu et suivi ???
Mais aussi, ce serait un gage pour que les députés endormis ou irresponsables ne se défaussent pas en disant ultérieurement qu'ils ne savaient pas !
Pour tout celà : Voter Haidar El Ali ! Voter Naatal Sénégal ! Voter Ecologie au Sénégal !

Voter pour des élections législatives qui avec ses 47 listes en 2017 contre 24 en 2012, s'annoncent comme un bordel électoral de premier ordre :
Déjà, des caravanes de la campagne électorale ont été caillassés. Des gourdins, des armes blanches et des machettes sont apparus à Grand Yoff et dans la région de Matam.
Certains sénégalais n'ont toujours pas compris les règles d'une élection démocratique, ils se croient encore dans des guerres tribales ancestrales...
La profusion des listes risque d'entrainer des problèmes comme les manques de listes, des confusions de listes, des contestations diverses dans les bureaux de vote et sur plusieurs jours...
Et pire !....Croisons les doigts pour que non ! Les morts du stade Demba Diop à Dakar , çà suffit !

Pour palier aux risques des manques de bulletins-listes de vote, le Comité Directeur Electoral a décidé que les citoyens votants ne seraient pas obligés de prendre les 47 bulletins-listes avant d'aller dans l'isoloir. Mais que les citoyens votants pourront prendre un minimum de 5 bulletins-listes avant d'aller dans l'isoloir. Sage décision qui fera au moins des économies de papier !
Par contre, la présence des 47 représentants-surveillants de chaque liste en lice, dans chaque bureau de vote, dans tout le pays, lors des dépouillements des votes n'a pas été étudié par le Comité Directeur Electoral. Trop compliqué ! Seul, un appel au calme pour l'élection par le Ministre de l'Intérieur a été lancé. Ainsi va, la démocratie sénégalaise...
Bien cordialement à vous et bon vote (écolo) !

Écrit par : issa gibb | 28/07/2017

A partir d'aujourd'hui 2 août 2017, l'humanité puise dans les réserves naturelles de la Terre et c'est pour cela qu'il est dit que nous vivons alors à crédit : nous avons consommé le capital annuel possiblement renouvelable.
http://www.humanite-biodiversite.fr/article/a-partir-d-aujourd-hui-2-aout-2017

Écrit par : Ecologie | 02/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire