31/07/2017

MALTRAITANCE D'ENFANTS

Prise en charge des enfants victimes de maltraitance, World Vision outille les OPJ

A3B99A32-8CA9-486C-B8CA-AB53C46D466F_cx0_cy7_cw0_w1023_r1_s.jpg

Des officiers de police judiciaire (OPJ) ont terminé, vendredi à Dakar, une session de renforcement de capacités dans la prise en charge de l’audition des enfants mineurs victimes de maltraitance, a constaté KOACI sur place.
Ce séminaire organisé par World vision Rechercher World vision Sénégalais en collaboration avec le centre de guidance infantile et familiale (CEGID), et qui a duré cinq jours a été axé sur le thème : ’’Les enfants mineurs victimes de maltraitance et abus sexuel’’.
Selon le directeur national de World vision, le Dr Andrew Catford Rechercher Dr Andrew Catford , « ces formations contribuent à coup sûr à donner une place importante à l’enfant victime tout le long de sa réhabilitation », a indiqué M. Catford qui a salué la détermination des forces de défense et de sécurité qui ont participé à cette formation
Formateur lors de cette session de renforcement de capacités, le directeur du centre de guidance infantile et familiale ( CEGID ), le Pr Sérigne Mor Mbaye Rechercher Pr Sérigne Mor Mbaye a soutenu que ’’la formation a porté sur le renforcement des capacités des OPJ qui ont en charge de conduire l’audition des enfants mineurs, victimes de violence sexuelle, physique ou de maltraitance’’.
Poursuivant, le Pr Mbaye a indiqué que cette formation a permis d’amener les 20 officiers et agents de police judiciaire à comprendre quels sont les facteurs de risque d’abus sexuel et maltraitance au Sénégal ainsi que les conséquences médicales, psychologiques et psychosociales dans la vie de l’enfant.
’’Nous leur avons appris comment conduire une audition, comment accueillir un enfant dans un poste de police ou de gendarmerie et comment parvenir à recueillir sa parole’’, a-t-il expliqué.
avant d’ajouter qu’il a bon espoir que du point de vue de l’offre juridique, ’’ces personnels contribueront largement à une prise en charge de qualité pour les victimes’’.
Pour sa part souligné le chef d’escadron et commandant de cours de formation à l’école des officiers de la gendarmerie nationale, Cheikh Diouf Rechercher Cheikh Diouf a déclaré qu’« avec ces outils, les séminaristes gagneront des pratiques d’expérience sur le professionnalisme en faveur des populations vulnérables’’.
Sidy Djimby Ndao, Dakar/Kaoci

Commentaires

C'est une promesse de Macky Sall, après la mort des 9 talibés dans l'incendie de la Médina en 2013. La création d'une équipe de gendarmes spécialisés dans l'accueil d'enfants victimes de maltraitances.
Nous sommes en 2017, ce n'est pas trop tôt ! Mais ne crachons pas dans la soupe, des détracteurs assurent que c'est aux sénégalais de s'occuper du problème talibé au Sénégal.
C'est comme dire aux anti-esclavagistes d'enfants, aux associations humanitaires, aux organisations internationales des Droits de l'Homme : repasser il n'y a rien avoir ou laisser nous faire ce qu'on veut ? Mais l'exploitation des enfants talibés au Sénégal dure, perdure, fait tâche en Afrique et sur le Sénégal, leur nombre ne cesse d'augmenter, les zones de recrutements d'enfants s'étendent hors les frontières du Sénégal. C'est pas bon du tout, ce résultat de l'exclusivité du Sénégal à résoudre seul, le problème talibé : çà ne marche pas du tout , çà empire !

Et encore moins, quand on en vient à déclarer que le problème talibé et de la mendicité d'enfants dans les rues, sont la faute de la colonisation, du pillage des ressources et de la misère en Afrique à cause des blancs. Alors qu'on sait parfaitement que les responsables de l'esclavage, de la traite négrière et des maltraitances des gosses, sont des marabouts sénégalais regroupés dans une puissante fédération mafieuse qui a envahi et corrompu toutes les strates de la société sénégalaise et qui soumet et effraie le pauvre peuple sénégalais, beaucoup trop lâche et laxiste.
Devant tant d'hypocrisie pour justifier ou continuer l'exploitation des enfants talibés pour faire de l'argent facile, ces arguments ne tiennent pas la route. Avec les règles de l'Humanité, les internationaux ou les simples étrangers anti-esclavagistes sont dans leurs pleins droits pour dénoncer ce qui se passe au Sénégal avec l'esclavage de 200 000 enfants au XXIème, dans un pays qui se dit démocratique et civilisé ???

L'exclusivité des sénégalais, à s'occuper du problème talibé, n'est pas recevable ! Le Sénégal n'a pas fait ses preuves pour éradiquer la traite négrière de ces enfants. Les derniers rapports des Droits de l'Homme en Afrique en 2016, de la représentante de l'ONU au Sénégal et de Human Rights Watch en 2017 dénoncent l'insuffisance dans lutte conte l'exploitation des talibés au Sénégal. Cela semble clair, quand les plus grands organismes internationaux des Droits de Homme et de la Protection de l'Enfance sont tous d'accord : Le Sénégal et les sénégalais sont indifférents au malheur des enfants talibés et les marabouts en profitent cyniquement, malgré tous les avertissements internationaux. Jusqu'à quand ???

Cet article annonce 20 officiers et agents de police judiciaire qui ont fait 5 jours de formation avec que des cours théoriques...renforcement des auditions des enfants victimes, ok ! les facteurs de risque d'abus ??? Les conséquences des abus sur les enfants victimes, ok !
Un séminaire de plus, avec aucune sortie sur le terrain, aucune visite de daaras, aucun contact avec des enfants dans la rue, aucun accueil d'enfants dans les commissariats et aucune audition d'enfants maltraités ??? Mais c'est un pas envers les enfants !

Il faut encore des juges spécialisés pour condamner à de lourdes peines les marabouts tortionnaires d'enfants et les négriers recruteurs d'enfants à l'étranger.
Il faut encore faire voter la loi sur la modernisation des daaras, bloquée par le congrès des marabouts à Thiès deuis 2016, par les nouveaux députés.
Il faut continuer à ramasser les talibés mendiants dans les rues et les remettre à leurs familles et dans leurs pays pour les talibés étrangers.
Il faut faire appliquer la loi contre la mendicité votée en 2005 par tous les moyens, jusqu'à l'intervention de l'armée contre les sintings maraboutiques.
Il faut visiter toutes les daaras soupçonnées de maltraitances et fermer les daaras qui persistent à envoyer les enfants, mendier dans la rue
Il faut contrôler les daaras soupçonnées de traite négrière d'enfants avec la présence d'enfants étrangers ou trop éloignés de chez eux.
Il faut arrêter le marabout qui ont lancé une fatwa contre le gouvernement rt l'envoyer casser des cailloux pendant 10 ans pour l'exrmple
Il faut dissoudre l'actuelle Fédération des maitres coraniques et n'accepter que des maîtres anti-mendicité dans une nouvelle fédération officielle.
Il faut faire des campagnes incessantes médiatiques (télé, radio, réseaux, internet , affichages et journaux) pour interdire l'aumône aux talibés.
Il faut inciter les sénégalais à combattre le système abject maraboutique en portant à manger dans les daaras, ce qui peut tarir la mendicité.
Il ne faut pas écouter ceux qui croient que seuls, les sénégalais sortiront les talibés de l'enfer, ils ont prouvé qu'ils en sont volontairement incapables.
Le combat pour sauver les talibés continue à travers le monde, avec cette petite avancée de 20 flics au service des talibés à Dakar.
Pour le reste du pays, j'aurai préféré un Ministère entier pour les talibés avec un Ministre des talibés !
On a le droit de rêver un peu à un Sénégal meilleur ???

Écrit par : issa gibb | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

Vous avez raison issa gibb ,mais rien finalement n'a vraiment changé en 50 ans et rien ne changera avant (peut-etre )50 ans

Écrit par : eddy | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

quel interet peut avoir ce gouvernement a continuer de tolerer tout ça!!!!!

Écrit par : flopaty | 01/08/2017

Répondre à ce commentaire

Le commentaire de Mr Chees est dans la vérité pour ce qui concerne les politiques sénégalais face à l'esclavage des enfants talibés au Sénégal.
Ceux sont les religieux confrériques musulmans, les imams et les marabouts qui gouvernent le Sénégal. Les mourides milliardaires sont un peu paumés actuellement : ils ont perdu avec Wade, ils espéraient Karim et ils doivent composer avec Macky Sall. Le vieux Khalife mouride Mokhtar Mbacké et ses serignes mourides ne contrôlent plus les jeunes marabouts mourides Mbacké-Mbacké qui glissent dans l'anarchie, le banditisme, l'argent sale et font de Touba un état de non-droit...

Dans le reste du pays, les relations de Macky Sall sont bonnes avec les tidjanes, les layènes et les musulmans chiites sénégalais. Pour s'assurer leurs niggels ou consignes de votes toujours suivies par les sénégalais, les politiciens évitent de froisser les religieux pour gagner ou garder leurs postes où ils s'engraissent tous, sur le dos des sénégalais, en pots de vins affairistes, dans la corruption et les détournements des aides internationales. Ils sont tous bien gros et bien gras qui fait tâche avec la maigreur des enfants talibés... l'exemple le plus frappant est l'obésité des 3 enfants du Président qui rappelle le dicton simpliste africain " Si ta femme est grosse, c'est que tu es riche !".

Il est flagrant que le sort des talibés n'intéressent pas les politiciens que pour des raisons électorales et de postes. A chaque avertissement ou dénonciation internationale au sujet des talibés, ils vont faire semblant de s'occuper du problème des talibés, sortir quelques enfants de la rue et redemander des aides internationales. Pendant ce temps, les marabouts déplacent les talibés de daaras en daaras, aucun marabout n'est inquiété par la police et la justice. Même les condamnations de marabouts, assassins de talibés ne dépassent pas 2 ans de prison ferme par la Justice sénégalaise. Un marabout meurtrier d'enfant ressort après un an et il reprend son exploitation des enfants talibés, comme si rien n'était. Alors qu'il aurait pris 20 ans à perpétuité pour esclavage et meurtre d'enfant dans un pays civilisé ??? Ainsi fonctionne le Sénégal, ses politiques, sa police et sa justice face au problème des talibés,, dans l'hypocrisie à la face du Monde

Mais sur le plan mafieux religieux, ce qu'on oublie de dire, c'est que système maraboutique et confrérique est très bien huilé. Tout d'abord, ils tiennent le peuple dans la peur, la soumission et le fétichisme. Ensuite, il impose l'exploitation des enfants talibés comme protection aux malheurs des sénégalais. Les sénégalais les regardent avec suspicion, mais ils sont trop peureux ou lâches pour se révolter et venir en aide à ces petits esclaves. Du fait, de donner l'aumône aux talibés, ils croient à une protection divine dans leurs cerveaux ramollis par le soleil et la superstition et ils favorisent ainsi le système abject des marabouts. Situation incompréhensible dans le monde occidental, la population sénégalaise accepte l'esclavage de ses enfants, sans broncher, la dénoncer, sans être écoeurés par l'inhumanité de ces escrocs religieux.

Tous puissants, ils ne respectent pas les lois de la République, dont la loi qui interdit la mendicité votée en 2005 et jamais appliquée des 2 côtés, marabouts et gouvernements successifs.
La Fédération des Associations des Maîtres Coraniques Sénégalais a étouffé le projet de loi sur la modernisation des daaras au Congrès de Thiès en 2013, alors qu'ils devaient l'examiner.
Chaque fois, qu'un marabout est arrêté, ils se présentent nombreux pour faire un sitting devant le commissariat et faire pression sur la police pour faire relâcher le marabout incriminé.
Les rares fois qu'un marabout passe devant la Justice, ils se déplacent en grand nombre dans le tribunal pour faire pression sur les juges ou les corrompre, ainsi que la police.
Ils ont envahi, telle une vaste toile d'araignée mafieuse, tous les organismes du pays, jusque dans la Protection de L'Enfance pour protéger leurs privilèges éhontés et continuer l'exploitation des enfants talibés.
En 2016, lors du retrait des enfants mendiants de la rue, le vice-président de la fédération a lancé une fatwa contre le Président Macky sall et son gouvernement qui est restée impunie.
Suivi par une rencontre entre 1° ministre Dionne et le président de la Fédération qui ont lu l'article de la Constitution qui interdit l'esclavage, l'exploitation des enfants et des personnes vulnérables. Hypocrisie supplémentaire, les talibés ont été sorti du centre de Dakar et dispersés de daaras en daaras pour continuer à les faire mendier en toute impunité...
Aujourd'hui, en 2017, les talibés sont revenus mendier dans le centre de Dakar. Ils sont de plus en plus nombreux. On les estime à 200 000 dans tout le Sénégal. 50 000 talibés rien qu'à Dakar dans 1800 daaras nauséabondes. Ils rapportent 12 milliards de francs par an, sans impôts, à leurs bourreaux, adultes fainéants....
On peut dire que les marabouts baisent le Sénégal, les sénégalais et surtout les enfants talibés exploités...

Enfin, c'est le silence des khalifes des confréries qui interrogent. Les marabouts exploitent les enfants pour s'enrichir honteusement sur leur dos et après ???
Nombreux sont les talibés adolescents qui fuient les maltraitances des marabouts dans les daaras ou adultes sans aucune instruction autre que le Coran et sans plus aucun lien avec leurs familles. Pour 90 % d'entre eux, ils finissent dans la rue, dans des gangs, petites mains à délinquants, dans la drogue, les vols, la prostitution et la prison. Ils sont des proies faciles pour les recruteurs djihadistes et terroristes, ce qui ne prévoit rien de bon pour l'avenir du Sénégal...
Pour les 10 % restants, les meilleurs élèves des daaras , recommandés par les marabouts, parce ce qu'ils récitent bien le Coran ou qu'ils chantent bien les chants coraniques, ils sont pris en mains par les sectes confrériques pour gagner les concours coraniques internationaux. Adultes, ils deviennent talibés des Khalifes ou autres serignes, des nouveaux esclaves soumis aux rites confrériques. On leur trouvera un toit, une femme et ils deviendront à leur tour, des marabouts qui exploiteront les générations nouvelles d'enfants talibés. Comme dans un cercle sans fin !

Seules, des condamnations unanimes que le Sénégal est un pays esclavagistes d'enfants et des sanctions internationales et financières sortiront les enfants talibés de l'esclavage !
Les sénégalais en sont incapables pour ce qui correspond à la majorité du peuple et volontairement incapables pour la minorité des élites politiques et religieuses du Sénégal

Écrit par : issa gibb | 06/08/2017

Quels interets ,avoir la paix avec les imams,les marabouts !!! n'oublions pas c'est eux qui gouvernent le Sénégal et les petits talibés sont leur fond de commerce et les alimentent de génération en génération... de grands fainéants qui profitent de la faiblesse de ses enfants,regardez les hommes et femmes de ce gouvernement ,ils se portent tous plus que bien,la faim eux ne connaissent pas,alors pourquoi risquer sa place!!!!!!!

Écrit par : chees | 05/08/2017

Répondre à ce commentaire

Pour que changent la situation des petits talibés,il faudrait que la mentalité des Sénégalais(es) se modifie ,ils n'ont aucun interet a ce genre de problème,leurs enfants en général s'élèvent tout seul,alors s'occuper de la vie des talibés c'est beaucoup leur demander,sans compter qu'ils ont une terrible peur des religieux(marabouts,imams)a qui ils attribuent des pouvoirs qu'ils n'ont pas... Nous sommes au XXI eme siècle,pour la télé , le smarphone mais pour le reste!!! La religion et leur fétichisme n'est pas pret de s'éteindre,donc pas d'amélioration a prévoir dans... quelques années disons.

Écrit par : maie | 08/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire