13/08/2017

CRISE DES ENTREPRISES

97% des 407 000 entreprises au Sénégal sont des PME avec un chiffre d’affaire médiocre

pme.jpg

Quatre-vingt-dix-sept pour cent des 407 000 entreprises recensées au Sénégal, sont des petites et moyennes entreprises (PME) avec un chiffre d’affaires annuel inférieur à deux milliards de francs CFA, a indiqué le directeur général de l’Agence pour le développement et l’encadrement des PME (ADEPME), Idrissa Diabira.
Sur l’ensemble des 407 000 entreprises répertoriées, 97 pour cent sont dans l’informel et plus de 60 pour cent d’entre elles sont sur l’axe Dakar-Thiès-Diourbel, a expliqué M. Diabira à l’occasion d’un atelier technique sur la mise en place du réseau « Sénégal PME« , indique l’agence de presse sénégalaise.
Selon le DG de l’ADEPME, la compétitivité, la formalisation et la territorialisation sont les ’’grands défis’’ auxquels ces entreprises sont confrontées.
« Même si 97 pour cent des entreprises sont dans l’informel, elles ne représentent que 16 pour cent du chiffre d’affaires global des PME. Donc, nous devons renforcer la PME sénégalaise« , a-t-il estimé, relevant que seuls 28 pour cent des PME ont accès à la commande publique, rapporte la même source.
Selon lui, il faut voir comment faire pour que 50 pour cent de la commande publique, des impôts et des ressources nationales, puissent profiter à la PME sénégalaise.
Couly CASSE/senego.com

Commentaires

Moi, y'en a rien compris à l'article des PME sénégalaises ???
Si 97 % des 407 000 PME sénégalaises sont dans l'informel = 394 790 PME sénégalaises dans l'informel et donc 12 210 PME dans l'économie nationale.

L'économie informelle, c'est qu'on ne paie pas d'impôts comme les religieux, qu'on ne participe pas aux ressources de l'économie nationale, qu'on ne remplit pas les caisses de l'Etat.
Dans d'autres articles sur l'économie informelle, on lit que 90 % de l'agriculture au Sénégal est dans l'informel et 95 % des vendeurs sur les marchés sénégalais sont dans l'informel.
=> Faute de ressources, l'Etat ne paie pas les fonctionnaires et les enseignants de l'Education Nationale sont toujours en grève.
=> Faute de ressources, l'Etat ne peut restaurer les universités et le Président se fait huer et caillasser par les étudiants.
=> Faute de ressources, l'Etat ne paie pas les douaniers qui mettent des fortes taxes sur les colis pour se faire un salaire, même si les colis sont tout frais payés.
=> Faute de ressources, l'Etat ne paie pas les policiers qui rackettent les automobilistes, les toubabs en particulier avec des PV imaginaires qui n'iront surtout pas dans les caisses de l'Etat...
Quelques exemples qui montrent que l'informel n'entraine pas l'émergence, mais qu'elle favorise le sport national de la corruption...

La présence de 60% des PME sur l'axe Dakar-Thiès-Diourbel est une preuve supplémentaire que le Sénégal est aux mains des Mourides, surement à 99 % dans l'informel, sans payer d'impôts...

Quand aux 12 210 PME de l'économie formelle qui paye des impôts et qui jouent les règles de l'économie formelle nationale sénégalaise : Combien il y a de PME étrangères qui payent ses impôts au Sénégal ??? Peut être les 12 210 PME citées ci-dessus ??? Avec une grosse pensée pour un hôtelier toubab du Saloum qui a rénové aux normes son établissement et qui racontait qu'il était contrôlé par les autorités sénégalaises, plusieurs fois par an... Alors que les restaurants-gargotes, autour de lui, n'étaient jamais inquiétés et dans l'informel... Ainsi marche le Sénégal !

Écrit par : issa gibb | 15/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire