03/09/2017

ESSOR DU TOURISME INTERIEUR

Tourisme en Afrique: l'essor des marchés intérieurs

csm_2409-32591-havas-veut-accompagner-le-senegal-dans-le-tourisme-le-sport-et-les-investissements_L1443423481_ffebd68eeb.jpg

Avec l'essor des classes moyennes, le tourisme en Afrique n'est plus seulement l'apanage des étrangers. Les Marocains partent en vacances au Maroc, les Dakarois s'échappent le week-end pour aller dans de petits hôtels ou campements sur la Petite Côte, tandis que les Sud-Africains des grandes villes émigrent chaque décembre, en plein été austral, sur les plages du Cap et de Durban, ou dans les lodges et réserves animalières du Mpumalanga et du Kwazulu-Natal.
Le Maroc est devenu le pays le plus touristique d'Afrique, avec l'Afrique du Sud, depuis la dégringolade de la Tunisie et de l'Egypte, touchées par des attentats et les soubresauts de leurs révolutions de 2011. Avec une particularité: au royaume chérifien, pas moins de 30 % des nuitées recensées dans les hôtels du pays sont achetées par des Marocains, selon les statistiques de l'Office du tourisme.
De plus en plus, les résidents nationaux - et pas seulement les émigrés marocains en Europe qui reviennent en vacances - profitent de la diversité de l'offre chez eux. Leurs préférences ne sont pas les mêmes que celles des étrangers. Plutôt que Marrakech, Essaouira ou Agadir, ils fréquentent surtout Meknès et Fès, deux villes de l'intérieur chargées d'un riche patrimoine architectural, ainsi que la ville balnéaire de Tétouan, qui donne sur la Méditerrannée.
Un tiers des recettes générées par le marché local au Sénégal
Au Sénégal, le tourisme international décline depuis de longues années, une baisse aggravée par l'instauration en 2013 d'un visa à 50 euros. Ce dernier a été supprimé en 2015, et les arrivées ont grimpé de 20% la même année, pour atteindre 1,6 millions de visiteurs selon le ministère du Tourisme. Le marché intérieur, désormais, est clairement visé par les opérateurs du pays, puisqu'il représente l'un des piliers du tourisme, en contribuant à 36% des recettes générées en 2015 par le secteur, selon les chiffres du ministère.
« Il faut développer une nouvelle forme de promotion du tourisme, car nous avons une classe moyenne qui représente un segment important de la demande », note Bocar Ly, le directeur de la Société d'aménagement et de promotion des côtes et zones d'intérêt touristique du Sénégal (Sapco). Cette société a lancé en 2016, à Saly, station balnéaire de la Petite Côte, la première Semaine du tourisme local, en présence du chanteur Youssou Ndour, ancien ministre du Tourisme entre 2012 et 2013.
Le Sénégal, qui repense sa stratégie, sollicite ses artistes pour faire sa promotion : le groupe Daara J a réalisé en 2016, avec l'Agence sénégalaise de promotion touristique, un clip léché et intelligent qui montre les meilleurs côtés du pays. Seul problème : le prix des nuitées reste hors de portée pour les bourses sénégalaises. Il est exorbitant à Dakar avec une facture moyenne de 42 000 francs CFA (64 euros), et une demande qui porte à 31% sur les hôtels deux étoiles et 42% trois étoiles, contre seulement 6% pour les cinq étoiles. La capitale reste la zone la plus fréquentée par les touristes étrangers comme locaux (41%) avant la Petite Côte (35%), la région de Saint-Louis (7%) et la Casamance (4%).
Les trois quarts des touristes en Afrique du Sud
En Afrique du Sud, principale destination sur le continent avec le Maroc, les deux pays comptant environ 10 millions de visiteurs par an, le gros des troupes de touristes étrangers vient de Grande-Bretagne, d'Allemagne, des Etats-Unis et de Chine. Mais les trois quarts des touristes sont issus du marché intérieur, selon le ministère du Tourisme. Le segment, où dominent les ménages blancs qui sont toujours les plus aisés, est visé par les autorités, qui souhaitent le démocratiser.
Seul problème : 48% des Sud-Africains n'ont pas les moyens de voyager, indique le ministère du Tourisme. En outre, une culture dominante parmi les Sud-Africains noirs fait qu'en dehors de visites à des amis ou des parents, il n'y a « pas de raison de voyager ».
Le gouvernement veut cependant persuader les ménages les moins aisés de passer ne serait-ce qu'un week-end par an dans un site touristique, afin de soutenir la création d'emplois. Une stratégie nationale de développement du marché intérieur sur la période 2012-2020 a été élaborée, visant à créer 225 000 emplois et à faire passer de 54% en 2009 à 60% en 2020 la part des recettes touristiques générée par le marché intérieur.
Autre phénomène corollaire de l'essor des classes moyennes africaines : l'intérêt croissant des Africains pour leur propre continent, qui fait par exemple du Maroc une destination en vogue pour les Sud-Africains, qui ne se contentent plus des plages du Mozambique et de l'île Maurice.
RFI

Commentaires

çà tourne en rond ! Toujours les mêmes pourcentages et statistiques inutiles et incontrôlables... Toujours les mêmes chiffres mensongers répétés avec les 1 million 600 000 visiteurs en 2015 "selon le ministère du tourisme" pour pas se mouiller... Et le fiasco de la semaine du tourisme local de la Sapco et son directeur Bocar Ly à Saly avec un concert de Youssou Ndour très couteux, très élitiste et très tardif à cause des caprices la star... Avec son tourisme local, Bocar Ly nous raconte que des bobars et ce n'est pas çà qui va relancer le tourisme à Saly et donner du travail aux salisiens... Avec 95 % de la population sénégalaise dans la précarité, la survie ou la misère, la notion même de tourisme intérieur ou de vacances locales est une utopie irresponsable, voire insultante... Ou si c'est pour que les friqués de Dakar viennent se pavaner avec leurs 4X4 rutilants au Casino de Saly devant les salisiens qui n'ont plus de travail, faute de touristes étrangers et qui ne font plus qu'un repas par jour. L'admiration de tous ces bling-bling dakarois hautains et dédaigneux, sans intérêt financier pour les salisiens, disparaitra vite et ils risqueront de prendre des cailloux sur la gueule et sur leurs 4X4 flamboyants, en retour du tourisme local...
Les journalistes qui écrivent ces articles sur le tourisme, tournent en rond. Ils n'ont toujours pas compris les maux qui ont gangréné et ruiné le tourisme international au Sénégal. Tout comme le gouvernement et sa ministre du tourisme qui ment toujours aussi "seck", à chaque début de la saison touristique, sans aucune concertation avec les vrais professionnels du secteur...
çà tourne toujours en rond ??? Comme si il y avait un volonté cachée que le tourisme étranger ne reparte pas et que les derniers résidents étrangers se barrent pour récupérer leurs villas à vils prix dans l'espoir de les louer aux chinois et aux américains qui ne sont toujours pas venus ???
Autre aberration :
Une semaine tout compris dans un hôtel 5 étoiles au Maroc ou au Cap Vert avec un service et un dévouement de haut niveau auprès des clients toujours satisfaits, pour 500 €uros...
Contre une semaine Tout Compris dans un hôtel 2 ou 3 étoiles sénégalais, avec une seule bouteille d'eau gratuite pendant tout le séjour ??? Un accueil qui te donne l'impression que tu les emmerdes à l'arrivée à l'hôtel, un service de restauration digne des cantines d'usine avec toujours la mendicité des serveurs pour un petit billet à la fin du séjour, le tout pour 1 500 €uros.
3 fois plus cher ??? chercher l'erreur. Sans parler des autres désagréments dénoncés et répétés que tu subis dès que tu sors de l'hôtel, non accompagné... qui font la pub de la destination sur Internet... çà tourne en rond et ils n'ont toujours rien compris !

Écrit par : issa gibb | 04/09/2017

Répondre à ce commentaire

Moi j'ai fini de me poser des questions sur ce qui ne tourne pas rond chez eux je n'y vais plus et déconseille de s'y rendre !!!qu'ils restent entre eux et ne demandent plus rien a personne ils nous sont tellement supérieurs ....c'est pour ça qu'ils vivent de cette façon dans la MISERE, et ils s'y complaisent apparemment ,on ne peut rien pour eux ,ils font leur malheur tout seuls!!!!

Écrit par : chees | 04/09/2017

Répondre à ce commentaire

On peut dire ou penser que la FRANCE est dans un cas identique .

Écrit par : oyster | 05/09/2017

Répondre à ce commentaire

Ah bon !? Statistiques sur l'évolution du tourisme INTERNATIONAL en France ces 4 dernières années, de 2013 à 2016, en nombre de touristes :
2013 : 83 634 000
2014 : 83 767 000
2015 : 84 500 000
2016 : 83 000 000
2017 (prévisions) : près de 85 000 000

Concernant le tourisme national, de plus en plus de Français boudent l'étranger, et privilégient des vacances au pays, pour un temps moins long il est vrai.

Écrit par : Xx | 05/09/2017

Bonjour Mr Oyster ! Pourquoi la France serait dans un cas identique du Sénégal ???
La France n'est pas gouvernée par des religieux confrériques... Elle n'a pas d'enfants talibés mendiants à chaque coin de rue, tous les enfants y sont scolarisés... Les fillettes n'y sont pas excisées, sous peine de prison... La sécurité routière y est pratiquée sans corruption policière, les PV qui coutent chers, dissuadent... Le nombre de morts sur la route oscille entre 2000 et 2500 morts par an pour une population de 68 millions d'habitants, combien de morts sur la route au Sénégal pour 12 millions d'habitants ?... Il y a des centres d'hébergements et des cantines pour les pauvres, les miséreux et les migrants... Il y a la couverture sociale universelle pour soigner les plus miséreux... Il y a le pôle emploi pour le chomage, le rsi ou rsa pour les assistés...On ne sort pas les machettes à chaque élection... Malgré les attentats, le tourisme reste performant avec 83 à 85 millions de touristes par an contre 300 000 touristes au Sénégal... Quand à la supériorité humaine, vous savez comme moi qu'il y a des cons, partout dans le monde et dans chaque pays... e
Mais être con, à se faire tenir dans la misère et l'ignorance par les élites politiques et les religieux sans se révolter, à faire partir tous les touristes et avoir ruiner la 2ème économie du pays, à ramener tout à la religion et se faire radicaliser doucement mais sûrement, à avoir peur des imams et des marabouts et laisser les enfants innocents mendiaient dans les rues...On ne le trouve qu'au Sénégal !

Écrit par : issa gibb | 05/09/2017

NB
: je voulais dire que l'accueil en FRANCE est de moins en moins en bon ,et, que mes compatriotes sont "tellement supérieurs " que cela devient pénible !

Bonne journée à tous..

Écrit par : oyster | 06/09/2017

Répondre à ce commentaire

Il a déjà les trois quart du pays qui s est endette jusqu a la fin de l année pour fêter la tabaski "dignement"....

Écrit par : linlin | 08/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire