17/09/2017

LE DG DE AIR SENEGAL DEVOILE SON PLAN DE VOL

Philippe Bohn dresse son plan de vol

14884hr_-592x296-1504513750.jpg

Le nouveau patron de la compagnie Air Sénégal Sa, Philippe Bohn, compte nouer des partenariats stratégiques avec les institutions financières afin de se donner les moyens pour atteindre son objectif de hisser la boite au sommet du marché aérien africain.
On en sait davantage sur le processus de l’arrivée de Philippe Bohn aux commandes de la société Air Sénégal SA. C’est le « nouveau commandant de bord » himself qui file l’information à Jeune Afrique. Philippe Bohn a ainsi révélé que c’est le Président Macky Sall himself qui l’a convaincu au cours d’un échange téléphonique à l’issue duquel le nouveau patron de Air Sénégal SA ne pouvait continuer de refuser le challenge. En acceptant de rejoindre le Sénégal, Philippe Bohn révèle également qu’il a tourné le dos à une autre offre d’une autre compagnie africaine dont il n’a pas révélé le nom, encore moins les détails.
Selon le journal, Philippe Bohn a été surtout séduit par le défi industriel, celui consistant à partir de zéro pour faire de cette nouvelle compagnie qu’est Air Sénégal une success-story du ciel africain, à l’image d’Air Côte d’Ivoire, Asky Airlines ou Rwandair.
C’est ainsi que pour y arriver, il a dressé son plan de vol sur une durée de trois mois basé sur la fertilité, pour ne pas dire la virginité de la capitale sénégalaise au plan aéronautique. « Dakar est un hub géographique intéressant entouré de 1,3 milliard de gens à moins de six heures de vol. Compte tenu de la croissance démographique exponentielle de la sous-région, il y aura plus de monde à transporter » a indiqué Philippe Bohn.
Et sa première mission consistera à faire un bilan assez précis de l’existant et voir ce qui est faisable, en mettant d’abord en place le réseau de vente (ticketing) et en déterminant si Air Sénégal SA a les bons fournisseurs.
Philippe Bohn compte également jeter un coup d’œil sur le plan de développement élaboré par le cabinet Seabury, qui table sur une ouverture progressive aux moyen-et long-courriers pour, d’ici à dix ans, disposer d’une flotte de neuf avions, avec 22 destinations.
En plus des deux avions dont dispose la compagnie, le nouveau commandant de bord compte densifier la logistique avec trois autre Airbus à acquérir en leasing en 2018.
Etant entendu que les institutions financières restées longtemps très prudentes ont commencé à s’intéresser au secteur aérien, Philippe Bohn, malgré son assurance du soutien de l’Etat envisage de nouer un partenariat stratégique et financier solides avec elles.
reussirbusiness.com

Commentaires

Bonne chance à Philippe Bohn et à la nouvelle Air Sénégal.
Espérons qu'il aura le temps et les moyens de mener à terme la reconstruction de la compagnie nationale ceci dans un dossier où la politique est très importante, peut être plus que l'aspect gestion et financier.

Écrit par : Tiocan | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

concrètement, ça donne quoi pour les liaisons France-Sénégal ?

Écrit par : falbala | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

Rien pour le moment, Air Sénégal a acheté 2 ATR pour des vols intérieurs (pas encore livrés). Peut être 3 Airbus en leasing pour 2018, mais rien n'est sûr, pour arriver à une flotte de 9 avions dans 10 ans.
Ce n'est pas un démarrage fulgurant.

Écrit par : Tiocan | 17/09/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Il vient de se "poser" ,alors quelques mois encore pour convaincre l'urgence de se mettre au travail quelques" bras cassés" ou de vider les "placards" !
et ceci avec peu d'argent dans un premier temps ...
Souhaitons lui un "franc" succès ,car il possède le savoir faire ...

Écrit par : oyster | 18/09/2017

Répondre à ce commentaire

Au pays des aveugles les borgnes sont rois.

Écrit par : galips | 18/09/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai un stock de dictons aussi !

Écrit par : oyster | 18/09/2017

Ce serait mieux d'avoir un stock de neurones.

Écrit par : galips | 18/09/2017

Rassurez vous ,il en possède pour ce poste ,et l'influx nerveux pour virer les branches cassées !

Écrit par : oyster | 19/09/2017

Ce type comme tant d'autres (genre DSK) sont des brasseurs d'air qui une fois "grillés" en France viennent berner les chefs d'états africains en leur vendant leur soit disant savoir faire.
Avant 2 ans il aura mis les voiles juste avant le crash de cette nouvelle compagnie.

Écrit par : galips | 19/09/2017

Répondre à ce commentaire

DSK est toujours conseiller de Macky Sall!!!!il faudrait se poser la question pourquoi des Européens et pas des Sénégalais...

Écrit par : eddy | 19/09/2017

Répondre à ce commentaire

Avec 2 avions pour les lignes intérieures au départ, ça va être "pépère "!
C'est vrai qu'il va être occupé à assainir comme on dit, et c'est pour ça qu'il fallait un mercenaire, comprenez bien!

Écrit par : richard | 19/09/2017

Répondre à ce commentaire

Je le comprenais aussi comme cela ,mais dans trois ans au plus ,vous aurez une situation stable pour le suivant qui devrait enfin rendre viable le transport aérien ...
Sans humour ,mais bien vrai !

Écrit par : oyster | 19/09/2017

Et sa première mission consistera à faire un bilan assez précis de l’existant et voir ce qui est faisable, en mettant d’abord en place le réseau de vente (ticketing) et en déterminant si Air Sénégal SA a les bons fournisseurs.

Écrit par : senegal | 24/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire