21/09/2017

LES MIGRANTS AU SENEGAL

Le quotidien des migrants au Sénégal, pays de transit

38380564_403.jpg

Souvent sans papiers, les candidats au départ doivent affronter de fréquentes tracasseries administratives et se voient aussi refuser l’accès aux soins ou à l’éducation de leurs enfants.
De part sa situation géographique, le Sénégal est sur le chemin de l’Europe. Beaucoup de candidats à la migration passent par ce pays avant de poursuivre leur route. Mais certains Africains de la sous-région ou du continent arrivent sans papiers. Une situation qui les expose à des tracasseries administratives, comme l'explique Amadou Tall, magistrat et membre du comité des Nations unies pour la protection des droits des migrants. "Après avoir quitté leur pays, les migrants se débarrassent souvent de leur papiers," explique-t-il. "Une fois arrivés dans le pays de transit ou le pays de destination, ils ont alors des problèmes d’accès à l’Etat civil. Quand ils sont en famille, ils ont des problèmes d’accès à l’éducation pour leurs enfants, ils ont des problèmes d'accès aux soins de santé" confie le magistrat à la DW.
Les lois de la justice
En situation irrégulière, ces migrants sont aussi en situation de vulnérabilité. Ils sont arrêtés et traduits en justice. Souvent sans bénéficier d’un droit à la défense.
Me Pape Sène est le président du comité sénégalais des droits de l’Homme et il explique que "effectivement, il est arrivé que des migrants venant de pays voisins comme la Guinée ou le Cap Vert qui essaient de transiter par le Sénégal connaissent un certain nombre de problèmes parce qu'étant dans une situation irrégulière."
"Ils sont abandonnés à eux-mêmes parce qu’ils n’ont pas les rudiments nécessaires pour pouvoir au moins accéder à la justice. Ils n’ont pas également d'interlocuteurs, ni leurs représentations diplomatiques, ni les autorités étatiques pour les orienter", dit-il pour terminer.
Des actions judiciaires sont engagées à leur encontre et se soldent parfois par leur incarcération. Le Juge Amadou Tall s’en désole.
"Aujourd’hui, au Sénégal, on peut toujours emprisonner quelqu’un parce qu’il est en situation irrégulière", explique-t-il. "Ce qui n’est pas conforme aux dispositions de la Convention internationale sur les droits des migrants".
Une protection minimale garantie?
Malgré tout, le Sénégal n’est pas un si mauvais élève en matière de droits des migrants. C’est du moins l’avis d’Andrea Orbi. Il est spécialiste en migration et droit international et explique que "le Sénégal, du point de vue de l’intégration des migrants, est quand même assez protecteur."
Pour endiguer les difficultés, les fondations Friedrich Neumann et René Cassin ont récemment organisé une session de formation à Dakar afin de mieux former les magistrats et les avocats sur la question sensible du droit des migrants.
dw.com

Commentaires

Si les dirigeants et les potentats et les religieux africains arrêtaient de voler ou de vendre toutes les ressources de leurs pays, sans partage... De se mettre dans les poches, toutes les recettes et toutes les aides internationales au développement et humanitaires, sans partage... En laissant leurs peuples dans la misère, l'ignorance et sans avenir, sans partage ... Il n'y aurait plus de candidats à l'immigration...
Avec leur réponse éternelle pour endiguer une difficulté parmi tant d'autres : on fait une session de formation ou autre commission, réunion, colloque, assemblée qui n'amène jamais à rien, qui coute cher et fait des dépenses inutiles dans les grands hôtels de Dakar et de Saly, avec bons buffets, cigares et champagnes, casinos et putes suivant les affinités...
Parce que les migrants, ils s'en foutent... comme le peuple sénégalais d'ailleurs !
Et ils vont encore demander du fric à l'international pour les aider à lutter contre l'immigration... Alors que l'argent finira détourné, volé ou pour financer leurs gabegies...
Pourtant ceux sont les premiers responsables de l'immigration par leurs comportements loin de l'exemplarité, corrompu et voleur, sans respect et charité humaine...
Stop à l'Hypocrisie, il faut fermer les aides, puits sans fonds, qui n'aboutissent pas directement au maintien des migrants africains dans leurs villages et dans leurs pays...
Ils sont 800 millions à vouloir venir en €urope à cause de quelques milliers de pourris qui oppriment leurs frères africains et qui les tiennent volontairement dans l'extrême pauvreté...

Écrit par : issa gibb | 21/09/2017

Répondre à ce commentaire

mais dis moi,,, tu lis dans mes pensés??? tu as encore tout dis,, rien a ajouté mais comme tu vois tout le monde s'en fou et aller voir les ong,,, nation unis et autres,, plus preocupé a rouler dans leur voitures de luxe,, que de se soucier de ça

Écrit par : tima | 21/09/2017

issa devance toujours tout le monde dans son analyse tres pertinente des problèmes de toutes sortes !!!!! rien a ajouter !!!!

Écrit par : flopaty | 21/09/2017

Je suis artiste chanteur j'ai fait une vidéo sur immigration clandestin sur YouTube mon adresse c'est Ndir mbengue Yoff Ndenatte Dakar Sénégal téléphone 00221776452585

Écrit par : Daouda mbengue | 21/09/2017

Répondre à ce commentaire

Je suis artiste chanteur j'ai fait une vidéo sur immigration clandestin sur YouTube mon adresse c'est Ndir mbengue1Yoff Ndenatte Dakar Sénégal téléphone 00221776452585

Écrit par : Daouda mbengue | 21/09/2017

Répondre à ce commentaire

Bien résumé Issa....
On a les mêmes en France....

Écrit par : Luc | 21/09/2017

Répondre à ce commentaire

Eh Issa tu as la plume dure mais ta colère est la nôtre! Nous voudrions tous ici je pense, que le peuple vive mieux, que les candidats au départ pour l'Europe trouvent dans leurs pays les raisons d'y rester et d'y vivre correctement. Que le plateau de la balance des inégalités sociales ne penche plus d'une manière aussi scandaleuse pour les populations.
Mais qui nous entends? Pas même le peuple, drogué qu'il est par le foot,les religions, la lutte, la télévision publique ou privée comme la chaîne Novelas allumée constamment dans la plupart des foyers Sénégalais équipé de téléviseurs.
Oui qui s'en soucis? A part un poignée de rêveurs dont nous faisons partie ici sur ce site. Mais je continuerai à rêver à un monde plus juste, plus humain,

Écrit par : Le Chaman | 23/09/2017

Répondre à ce commentaire

En situation irrégulière, ces migrants sont aussi en situation de vulnérabilité. Ils sont arrêtés et traduits en justice. Souvent sans bénéficier d’un droit à la défense.

Écrit par : senegal | 23/09/2017

Répondre à ce commentaire

Date limite des inscriptions : 28 juillet 2017

Frais d'inscription : 100 euros sur place

La Fondation René Cassin et la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté organisent conjointement la 8ème session de formation de Dakar du 18 au 29 septembre 2017 sur le thème « Migration et droit international des droits de l’homme ».

Écrit par : stephane | 25/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire