27/09/2017

ESPOIR POUR LES FEMMES SENEGALAISES

Planification familiale au Sénégal : « 610 000 femmes ont utilisé la méthode contraceptive »

1306313-696x337.jpg

Pour la première fois au Sénégal, une journée a été dédiée à la contraception. Ce qui a d’ailleurs permis à la cheffe de la Division planification familiale et de la Direction de la santé de la reproduction et de la survie de l’enfant (DSRSE), Ndèye Marième Ndiaye, de lever la voile sur les quelques 610 000 femmes qui ont utilisé une méthode contraceptive en 2016 au Sénégal.
La victoire sensationnelle des Bleus face aux Pays Bas, l'accueil chaleureux des supporters colombiens SLM ADS
Depuis 2012, la Dsrse a engagé une lutte contre la méthode contraceptive vu qu’elle est très appréciée par les femmes. En 2016, révèle le chef de la Division planification familiale à la Dsrse, Ndèye Marième Ndiaye, « 610 000 femmes ont utilisé la méthode contraceptive au Sénégal« .
Certes ceci peut sonner comme un gros chiffre, mais la méthode « a permis d’éviter en 2016, 53 000 avortements, 166 000 grossesses non désirées, ainsi que 443 décès maternels, grâce aux efforts de la planification familiale« .
Tout compte fait, Ndèye Marième Ndiaye estime que « la planification familiale est une option, une politique pour sauver des vies et améliorer la santé de la mère et du nouveau-né et cela est clairement dit dans le Plan national de développement sanitaire et social (Pnds) du Plan Sénégal émergent (Pse)« .
Faisant des projections Mme Ndiaye déclare qu’il « y aura l’augmentation de l’allocation budgétaire relative à l’achat de produits contraceptifs d’ici 2020, de 300 millions en 2016 à 500 millions FCFA« .
Thioro Sakho/senenews.com

Commentaires

Ce n'est pas trop tôt, une début de politique contraceptive pour les femmes au Sénégal.
Avec une promesse d'augmentation d'allocation pour l'achat de contraceptifs ???

Reste encore à faire des prix abordables pour la majorité des femmes sénégalaises
Sinon, ce sera un coup d'épée dans l'eau ou un pet dans l'air :
Une contraception élitiste et les femmes pauvres continueront à avoir 8 ou 9 enfants
Avec la bénédiction des religieux qui sont contre la contraception des femmes...
Et pour cause, l'abandon d'enfants qui crée les talibés qui sont leurs esclaves gagne-pognons
ou leurs abjects fonds de commerce à rien foutre...

C'est pourquoi, il faut au Sénégal, une contraception libre et GRATUITE
pour toutes les femmes sénégalaises, dans tous les plannings familiaux, dans chaque quartier,
de chaque village, dans chaque pharmacie, dans tous les hôpitaux et cliniques sénégalaises
et chez tous les docteurs et infirmiers, infirmières, aide-soignants, auxiliaires de santé du pays...
C'est çà l'espoir d'une véritable émergence de l'obscurantisme nataliste !

Écrit par : issa gibb | 27/09/2017

Répondre à ce commentaire

Encore un bug " Depuis 2012, la Dsrse a engagé une lutte contre (!!!) la méthode contraceptive vu qu’elle est très appréciée par les femmes. " Les journalistes pourraient vérifier leurs articles avant publication...
Et puis, que viennent-ils faire là ? " La victoire sensationnelle des Bleus face aux Pays Bas " ???
Ceci dit : OK pour la contraception, à 100%

Écrit par : Xx | 28/09/2017

Répondre à ce commentaire

OK pour la contraception, à 100% : contraception féminine et/ou masculine ! bien évidemment... les 2 "protagonistes" sont mêmement concernés !!!

Écrit par : Xx | 28/09/2017

La contraception masculine au Sénégal, ce n'est pas gagné ! Le préservatif, le Sénégalais, il n'aime pas çà....
Et se faire stériliser après 2 ou 3 enfants ? Premièrement il n'a pas pas les moyens de l'opération et encore moins la volonté de perdre le jus reproductif, symbole de la virilité reproductive pour assurer sa vieillesse avec beaucoup d'enfants...Même si ceux sont les femmes qui s'occuperont exclusivement des enfants qui devront à leur tour, s'occuper du vieux père...
Et comble de l'ironie pour ceux, parmi les jeunes, qui veulent un paquet de préservatifs au Sénégal, cela coûte plus cher au Sénégal qu'en France... Ils se tournent alors vers des paquets de préservatifs fabriqués en Asie qui se déchirent à chaque rapport sexuel.... Ce qui entraine la contraception masculine au niveau de moins 100 % au Sénégal...
C'est pourquoi, une politique contraceptive pour les femmes au Sénégal a plus de chance de voir la limitation des naissances...

Pour rappel, il y a encore 50 % de mortalité infantile à la naissance au Sénégal, 1 enfant sur 2 meurt en naissant au Sénégal...
Malgré cela, la population sénégalaise est passé de 12 millions 400 000 habitants en 2012 à 15 millions 300 000 habitants début 2017.
Avec un taux de 50 % de jeunes de moins de 20 ans en 2012 qui est passé à 54 % de jeunes de moins de 20 ans début 2017...
Seule une véritable politique contraceptive auprès de toutes les femmes sénégalaises peut réduire la natalité galopante du Sénégal
Quand aux mâles sénégalais, réfractaires aux préservatifs et à la stérilisation, il faut leur distribuer des poupées gonflables, toubabs et blondes...

Écrit par : issa gibb | 28/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire