27/09/2017

LE SENEGALAIS N'A PAS CHANGE

Naufrage du Joola : Non, les Sénégalais n'ont pas tiré de leçons du drame !

56572114ef4cf501acc21142a15227c8528bff90.jpg

C'était le 26 septembre 2002. Alors qu'il reliait Ziguinchor, le bateau le Joola coulait en mer. Près de 2000 personnes y ont perdu la vie. Encore plus terrible que le Titanic, le naufrage devient la catastrophe maritime la plus meurtrière. En cause : la surcharge du navire. "Plus jamais ça", s'étaient emballés les Sénégalais dans leur grande majorité. Quinze ans après, les pratiques demeurent.
Un meurtrier nommé "Indiscipline"
Mercredi 25 mai 2011, consternation sur la voie de dégagement nord ! Un camion chargé de gravats roule à tombeau ouvert et se dispute la route avec un car "Ndiaga Ndiaye". Un acte d'une irresponsabilité déconcertante, qui ôtera prématurément la vie à 3 âmes innocentes.
Dans sa course folle, le conducteur du camion perdit le contrôle de son véhicule qui percute un poteau électrique, tue un jeune talibé et finit sa course sur deux autres jeunes élèves de l'école Machalla! Insoutenable scène!
Le coupable : le chauffeur du camion qui écopera d'une peine de 5 ans de prison ferme. Son permis sera annulé. La page est très vite tournée. La prise de conscience générale n'aura pas lieu. L'indiscipline reprend de plus belle sur les routes.
Les menaces de Macky
Le chef de l'Etat monte au créneau. "Il y a une indiscipline telle que je vais demander au gouvernement de renforcer les moyens de contrôle et de présence pour que nous puissions préserver ces vies humaines, qui auraient pu permettre au pays d'avancer et permettre aux familles éplorées de se développer dans la quiétude", avait-il dit. Rien n'y fit. Chaque jour, même tableau. Des bus, mini bus, cars rapides ou Ndiaga Ndiaye, surchargés à bloc, sous l'œil des forces de l'ordre.
L'indiscipline semble avoir la vie dure. Le mardi 07 août 2012, une vingtaine de famille est dévastée par la tristesse. Un accident d'une rare violence s'est produit à Kaffrine. Bilan : 20 personnes décédées. Le bus a percuté un camion chargé de charbons, la nuit. La cause est toute connue: la somnolence. "Plus jamais ça", a-t-on encore dit. Mais, cela ne freinera aucunement le carnage. De 2012 à 2016, l'indiscipline, l'inobservance des règles de sécurité et de conduite, règnent sur les routes.
"Plus jamais ça", un refrain sans effet
L'année 2016 se montrera particulièrement macabre sur nos routes. Lundi 12 décembre, au moins, 13 personnes perdent la vie dans une collision effroyable à hauteur de Koumpentoum. Dans la même journée à Thieumbeul, un véhicule qui transportait des pèlerins revenant du Gamou, entre en collision avec un "Ndiaga Ndiaye". Bilan : huit 8 morts et plusieurs blessés graves. 21 morts en une journée. Le dimanche 11 décembre, un véhicule 7 places entre, encore, en collision avec un camion frigorifique. 8 personnes meurent. Verdict : 29 morts en 48 heures.
Médina, Gounass, Demba Diop : La honte
Le 15 juillet 2017, l'indiscipline atteint son paroxysme quand des supporters de l'Us Ouakam s'en prennent à ceux du Stade de Mbour, provoquant une tragédie nationale à retentissement mondial. 8 morts seront dénombrés au Stade Demba Diop.
En avril 2017, un incendie d'une rare violence ravage le Daaka de Médina Gounass et fait 30 morts. Pourtant, à chaque édition du Daaka, des incendies meurtriers sont notés. Les mêmes causes provoquent chaque année les mêmes conséquences macabres. Les mêmes comportements meurtriers se poursuivent et l'Etat n'apporte aucune solution radicale. Et même, cet incendie du Daaka, rappelait celui de la Médina où 9 talibés perdirent tristement la vie.
Il n'y a pas que les routes qui tuent. A Diourbel, des branchements électriques vétustes avaient causé un incendie dans lequel un pompier, qui tentait d'éteindre les flammes, a péri.
"Les Sénégalais n'ont pas tiré des leçons de cette catastrophe"
Pour le sociologue Oumou Tandian, l'explication à ces drames répétitifs est simple : "Les Sénégalais n'ont pas tiré de leçons du naufrage du Joola".
"Nous Sénégalais, à chaud, on essaye de tirer les leçons. Mais le problème, c'est que dans la pratique on ne le fait pas. Chez nous, on est tellement fatalistes qu'on dira "Ndogalou Yalla la" (c'est la volonté divine), c'est Dieu qui l'a voulu ainsi on n'y peut rien", analyse Dr Oumou Khairy Coubaly Tandian.
"Aujourd'hui à Dakar vous voyez les véhicules surchargés. En dehors de Dakar également les voitures sont surchargées. Je dirais que les Sénégalais n'ont pas tiré des leçons de cette catastrophe qui peut se reproduire. D'ailleurs, elle s'est reproduit à Bettenty. Peut-être que l'ampleur est moindre, mais ça s'est quand même reproduit", a-t-elle analysé.
Un problème d'autorité et de discipline
La solution pour Dr Oumou Tandian : plus de fermeté de la part des autorités. " Il faut qu'il y ait des sanctions. Car, le transporteur qui surcharge son véhicule lors des fêtes pour gagner plus, ou les transporteurs qui font des aller-retour incessants pour gagner le maximum, c'est qu'ils se disent que quand il y a accident il n'y a pas de sanction derrière. On ne situe pas les responsabilités et on dira "Ndogalou Yalla la" et on continue". Mais il n'y a pas que ça pour le sociologue. "Il y a aussi un manque de respect de la vie humaine. Il faut que les autorités fassent leur travail. Ce sont des problèmes de sécurité que les autorités doivent prendre à bras le corps. Parce que les Sénégalais, tant qu'il n'y a pas de sanctions ils continuent à faire ce qu'ils font. Il faut que l'autorité sanctionne davantage et que les gens prennent conscience aussi du danger", indique Mme Tandian.
Youssouf SANE - Seneweb.com

Commentaires

Et voilà l'indiscipline des Sénégalais et le laxisme des gendarmes!!!tellement occupés a racketer qu'ils ne prennent plus le temps de controler sérieusement les véhicules si il n'y a rien a en tirer triste pays,la corruption bouffe tout

Écrit par : eddy | 27/09/2017

Répondre à ce commentaire

C'est malheureusement comme ca que ca se passe.
je crois qu'il n'y a rien a faire, sinon une dictature à la Mao pendant x années...

Écrit par : rico | 27/09/2017

Répondre à ce commentaire

"Les Sénégalais n'ont pas tiré de leçons du naufrage du Joola". D'une façon générale, les Sénégalais ne tirent aucune leçon d'aucun naufrage... Personne n'est responsable de quoi que ce soit, globalement tout le monde se fiche de tout... c'est le destin !... et personne n'entreprend rien pour remédier aux problèmes...
Sauf certains, rares et quelque peu désespérés, qui dénoncent "l'indiscipline des Sénégalais", "l'incivisme des Sénégalais", "le gaspillage" en particulier en période de fête religieuse, "la corruption", "Indiscipline, arrogance, violence, discours agressifs, fuites, tricherie, tel est le décor de notre pays" (17 juillet 2017 - MAMADOU SECK Actualité), "Les Sénégalais, Rois de l’indiscipline" (www.thiesvision.com/Les-Senegalais-Rois-de-l-indiscipline-_a17392.html, ThiesVision.com : " C’est sans doute l’un des rares pays au monde où personne ne respecte rien ni personne. A se demander si l’indiscipline fait partie des caractéristiques qui, désormais, permettent de distinguer le Sénégalais. Et le milieu des transports permet de jauger à quel niveau le Sénégalais peut faire montre d’un je-m’en-foutisme notoire"... Le non-respect de l'environnement, etc. etc.. etc... Il faut citer aussi le Groupe "Y en a marre"... qui dénonce d'autres formes d'incivisme et des comportements assez scandaleux... "Parce que les Sénégalais, tant qu'il n'y a pas de sanctions ils continuent à faire ce qu'ils font"... eh oui !!! comme de sales gosses jamais punis...
Tout cela repose entre autres sur l'éducation, n'est-ce-pas ?

Écrit par : Xx | 28/09/2017

Répondre à ce commentaire

Et qui les éduquent ??? Les parents, NON ! Les maitres d'écoles, NON ! Les politiques, NON ! La religion, OUI ! Les religieux et les marabouts, OUI ! Et voilà le résultat sur tout un pays : la religion, l'opium de l'indiscipline, de l'analphabétisme, de la misère, de l'obscurantisme et de la connerie humaine...

Écrit par : issa gibb | 28/09/2017

La catastrophe a quand même eu une conséquence sur la liaison maritime Dakar Ziguinchor, assurée maintenant par trois navires( Aline sitoe Diatta, Aguene et Diambone) qui est plus sûre qu'avant: Les bateaux ne sont plus en surcharge, ils sont propres au départ et ils semblent bénéficier d'une bonne maintenance. Les équipages sont polis et aimables et de bonne présentation.
Malheureusement cela n'a eu effet que sur cette ligne maritime et les autres domaines ont été oubliés pour le malheur du Sénégal.

Écrit par : Tiocan | 28/09/2017

Répondre à ce commentaire

Le Sénégalais est anarchiste,rien n'est important pour lui ,(a part sa religion)qui lui permet de se montrer,seul un régime dictatoriale pourrait faire bouger les choses comme en chine!!!!!c'est triste et je ne leur souhaite pas,mais comment changer leur façons laxiste de voir la vie,si seulement ils pensaient au futur ,mais non tout pour aujourd'hui c pas grave demain est un autre jour!!!!!!

Écrit par : ?? | 03/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire