03/10/2017

TOURISME AU SENEGAL ORIENTAL

Tambacounda a célébré la journée internationale du tourisme

tambacounda.jpg

La région de Tambacounda a fêté la journée mondiale du tourisme, le 27 septembre dernier. Moment saisi par les pouvoirs publics pour passer en revue les atouts touristiques et les contraintes du secteur dans le pôle Sénégal oriental. Le thème de cette année est le tourisme, un outil de développement.
Le Sénégal oriental compte 11 hôtels, 11 auberges, 41 campements et plus de 30 guides touristiques professionnels. N’empêche qu’il a des ambitions d’être un hub touristique. En 2016, la région a accueilli 11.295 touristes pour 19.991 nuitées. Un taux de fréquentation loin de refléter les importantes potentialités dont regorge cette zone. Deux patrimoines sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO à savoir le pays Bassari et le parc national Niokolo Koba(PNNK).
Les touristes peuvent pratiquer le tourisme cynégétique sur une trentaine de sites. Le tourisme de vision et découverte avec les 913.000 ha du parc national Niokokolo Koba, le pavillon René Caillé, le pont Faidherbe à Bakel, les cascades de Dindefello à Kédougou etc. Et le tourisme culturel très présent dans le pays Bassari à Kédougou. C’est pourquoi, les autorités ont invité, lors de cette cérémonie, les établissements touristiques à vendre davantage la destination Sénégal oriental auprés des touristes tout en visant une meilleure compétitivité de leurs produits et services.
De leur côté, les autorités assurent qu’elles travaillent actuellement à la promotion et au développement du tourisme interne dans les régions. Des études sont également en cours pour atteindre une diversification de l’offre touristique au Sénégal et les objectifs du développement inclusif et durable.
Cependant, la décrépitude de certains sites historiques, la méconnaissance par les sénégalais de leur patrimoine touristique ont été, entre autres, les contraintes soulevées dans le tourisme local. Face à cela, l’Etat est entrain de prendre des mesures pour permettre au tourisme de jouer son rôle de développement.
Outre cela, une exposition de vernissage sur la richesse culturelle des ethnies minoritaires, la biodiversité du PNNK et l’importance de l’écotourisme a été animée par des guides touristiques et les autorités du PNNK. Et un sketch de la troupe ATT du collège d’enseignement moyen Thierno Souleymane Agne de Tambacounda a été joué pour sensibiliser sur la nécessité de valoriser nos patrimoines touristiques.
Amedine Faye/au.senegal.com

Commentaires

..."la décrépitude de certains sites historiques, la méconnaissance par les sénégalais de leur patrimoine touristique"...
..."sensibiliser sur la nécessité de valoriser nos patrimoines touristiques"...

D'après ce que je peux constater, ici au Sénégal on n'a pas l'habitude de respecter quoi que ce soit... même pas la mer où l'on jette vraiment n'importe quoi... Alors des mesures de sensibilisation OUI, mais aussi des règles strictes, des contrôles, des sanctions... Tout çà créateur d'emplois, en plus !

Allez Mesdames Messieurs les responsables de l'environnement, du tourisme, du budget, de l'emploi... et les responsables locaux aussi !!! Montrez l'exemple, prévoyez, innovez, organisez, contrôlez ! Avant de penser au tourisme, pensez à l'avenir de votre pays et de sa population...

Écrit par : Xx | 04/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire