08/10/2017

WELCOME AMERICA!

Promotion touristique : Le Sénégal invité à intensifier ses offres aux Etats-Unis

a7b004ba41c1987b3808451df3e1f132_XL.jpg

Pour la promotion de sa destination, l’enseignant en business et entrepreneur américain, William Carner estime que le Sénégal doit davantage intensifier ses offres touristiques aux États-Unis. Il s’exprimait à l’issue d’une visite des banquiers sud-africains au Sénégal.
Parallèlement à ses activités professionnelles, l’enseignant-entrepreneur américain, William Carner veut promouvoir la destination du Sénégal aux États-Unis. Dans le passé, a-t-il rappelé, il y avait beaucoup d’Américains qui venaient au Sénégal, notamment après la publication du livre sur les racines des Américains noirs intitulé « Roots ». Cet engouement reste, à son avis, toujours intact. Seulement, croit-il savoir, les efforts du Sénégal dans le domaine du tourisme vers les États-Unis ne sont pas encore « très poussés » du fait de la prédominance du marché européen.
Pourtant, il affirme que l’Afrique est le continent de l’avenir. De plus, le Sénégal dispose de nombreux atouts. Dakar est à 7 heures de vol de New York. « Il est plus facile de se déplacer de New York à Dakar que de New York en Californie, alors qu’il y a des Américains qui vivent à New York et qui ont des maisons en Californie. Au lieu d’aller à Californie, ils peuvent acheter des maisons à Saly, à Yenne ou en Casamance, etc. », a expliqué William Carner. Il déclare avoir soumis un projet d’offre touristique au ministère du Tourisme.
Pour vendre la destination Sénégal aux États-Unis, M. Carner et ses partenaires dont la Fondation Obama envisagent d’organiser une rencontre (meeting) à Chicago, au cours de laquelle ils présenteront le Sénégal au public américain, au secteur privé américain, etc. « Quand on parle de l’Afrique aux États-Unis, les gens pensent à l’Afrique du sud, aux animaux, etc., alors que l’Afrique du sud est très loin des États-Unis -16 heures de vol de New York-», a noté M. Carner. Il a magnifié la volonté du Sénégal de vouloir « profiter de ses ressources naturelles pour fouetter son économie en créant des emplois décents à travers le tourisme, une industrie parmi tant d’autres ».
Malgré ses nombreux atouts, le Sénégal doit surmonter un handicap. Bon nombre d’Américains ne connaissent pas le Sénégal. « Ceux qui connaissent le pays se trouvent à New York, à Harlem où nous avons un little (petit) Dakar. Si vous descendez à Philadelphie pour leur demander le Sénégal, ils ne connaissent pas ». M. Carner est convaincu qu’avec une bonne promotion, le Sénégal peut attirer de nombreux Américains. « C’est un jeu de marketing ; car pour vendre un produit, il faut que le client soit au courant de son existence», affirme-t-il.
S. Diam SY/lesoleil.sn

Commentaires

Le Sénégal n'a pas qu'un seul handicap à surmonter ! Se faire connaître, au fond, ce n'est pas si difficile, surtout si on a "de nombreux atouts". J'ai rencontré il y a quelques années des Américains (d'origine africaine) qui visitaient Gorée, passage obligatoire pour eux, et qui s'étonnaient d'un environnement... négligé. Et pourtant Gorée est “propre”, comparativement à d'autres lieux. C'est là que le Sénégal aurait intérêt à fournir un effort colossal pour éradiquer la saleté omniprésente sur tout le territoire. Des efforts sont faits mais c'est insuffisant.
Ne pas croire que les touristes (quelle que soit leur nationalité) ne se souviennent que des endroits magnifiques visités, ils se souviennent aussi -et même surtout, hélas- des odeurs nauséabondes, des immondices et dépotoirs sauvages exposés à la vue de tout un chacun. De plus, il y a tant à faire en la matière, que ce secteur “sanitaire” devrait être créateur de nombreux emplois pour le Sénégal...

Écrit par : Xx | 08/10/2017

Répondre à ce commentaire

statistiquement, un touriste qui visite un pays une fois et qu'il a adoré, reviendra t-il vraiment encore ? probabilité faible. Next year il ira ailleurs voir "autre chose".
Donc ne dépensons pas trop sur ce secteur, qu'ils nous aiment qu'on est en 2017. En 2050 on aura progressé.

Écrit par : Ndiaye | 08/10/2017

Répondre à ce commentaire

statistiquement, un touriste qui visite un pays une fois et qu'il a adoré, reviendra t-il vraiment encore ? probabilité faible. Next year il ira ailleurs voir "autre chose".
Donc ne dépensons pas trop sur ce secteur, qu'ils nous aiment comme on est en 2017 , "sans maquillage"... En 2050 on aura progressé, on sera "plus belle".

Écrit par : Ndiaye | 08/10/2017

Répondre à ce commentaire

Laisse moi donc vivre dans ma "merde" ! Quoi je suis bien au chaud
Investir dans le "sanitaire"! A quoi bon : nos narines seraient en manque!
des emplois Pour quoi faire
En 2050 on aura progressé on sera plus belle mais en attendant on est "poubelle"

Écrit par : amy | 09/10/2017

toujours negatif comme d'habitude !!!!

Écrit par : flopaty | 09/10/2017

Enfumage : Les américains ont l'exotisme et les palaces des Caraïbes à une heure de leurs côtes, d'un côté
Et de même, de l'autre côté, dans les Palaces du Sud Asiatique avec quelques heures d'avion...
Les touristiques américains au Sénégal me semblent donc, très utopique ???
Encore de l'Enfumage journalistique ou propagandiste pour faire espérer le secteur et la population
Mais, pour relancer le Tourisme au Sénégal, la cible américaine n'est pas la meilleure idée...
Faire revenir et mieux recevoir les €uropéens, plus proches et baisser les prix, serait plus judicieux...
Car au final, sans relance du Tourisme au Sénégal, n'en déplaise à certains, l'AIBD devient un aéroport vide et inutile au milieu de nulle part !

Écrit par : issa gibb | 09/10/2017

Répondre à ce commentaire

pertinent comme d'habitude !!!!

Écrit par : flopaty | 09/10/2017

amy n'est pas négative,mais lucide il faut arreter de jouer a l'aveugle pour le bien du Sénégal !!!!ne pas attendre des sois-disant touristes qui ne viendront pas car ils ont tout a porter de main...ET marcher dans le sable,sans éclairage la nuit sans sécurité,les américains n'aiment pas ça !!!la sécurité pour eux est primordial,c'est pour ça qu'ils ont autant d'armes et qu'ils s'en servent ,c'est ça l'avenir du Sénégal,des cows-boys,pas sur que ce soit la tasse de thé du peuple, mais bon après tout chacun est libre ou du moins le croit

Écrit par : maie | 09/10/2017

Répondre à ce commentaire

il est vrai que le Senegal a de nombreux atouts touistiques et des endroits merveilleux, il y a 1 an a ma retraite je suis venu m'installer au Senegal car j'ai ete seduit.et je m'aperçois qu'il n'y a pas grand chose de faite pour attirer le touriste,quelques exemples;plages non nettoyées alors qu'il suffirait de 2 heures de travail sur chaqque plage pour les rendre nickel.A Saly la principale rue est couverte de sable,et la aussi il y a moyen a faire quelque chose...quand a la pointe de Gifer ou nous sommes allés recemment car on m'avait dit que c'etait magnifique eh bien quelle desolation c'est devenu un crassier en bord de plage.ce ne sont que quelques exemples parmi d'autres mais je suis certain que cela nui au retour des touristes car quand vous voyez cela vous n'avez guere envie de revenir.et c'est dommage car avec ses atouts touristiques le Senegal engrangerait une enorme manne financiere,mais pour cela il faut créer des emplois pour remettre au propre tout ces endroits merveilleux...oui le Senegal a enormements d'atouts touristiques,il ne reste plus qu"a les ameliorer en propreté......personnellement j'adore ce tres beau pays et ces gens dommage que l'on ne fasse pas plus pour attirer le touriste

Écrit par : ursat | 10/10/2017

Répondre à ce commentaire

Votre commentaire est dans le vrai ! Le Sénégal est un très beau pays et les gens y sont généralement accueillants et très gentils.... Mais !
Le laisser-aller sur la propreté des villes et des plages et de toutes les choses qui flottent dans les fleuves et l'Océan sont rebutantes... La Pointe de Gifer est dévastée et crasseuse au point qu'on pourrait y tourner un film de guerre... Quand à Saly Portudal, la perle du balnéaire de l'Afrique de l'Ouest n'est plus que l'ombre d'elle même... Dakar, Mbour et les grandes villes en général ne sont plus que des cloaques pollués en surpopulation et Saint Louis s'enfonce dans l'érosion de l'Océan...

En plus, le Sénégal a peu de ressources terrestres, les baobabs sont des arbres bien tristement rentables... Reste la pêche, l'arachide, les phosphates et le tourisme :
Grâce aux "Brûlots" de l'ex-ministre de l'écologie, Monsieur Haidar El Ali, le pillage des réserves halieutiques des eaux territoriales du Sénégal par les tankers étrangers qui mettait en danger, la reproduction des poissons et une alimentation principale des sénégalais, a été ralenti par l'Etat avec une police maritime bienvenue...Tout comme, il a aussi entrainé l'arrêt de la déforestation de la Casamance avec la venue en Casamance, du Ministre des Armées, Augustin Tine pour constater les dégâts et installer un régiment armé de la protection de la forêt casamançaise... Preuve que des "Brûlots" peuvent faire avancer les choses !

La production arachidière au Sénégal est aux mains des mourides, gracieusement offerte par les colonisateurs français à leur départ à l'Indépendance... Cela a fait leurs richesses qu'ils exploitent avec des talibés dans leurs propriétés, sans payer de salaires, de charges ou d'impôts.... Les bénéfices, hors économie nationale, sont réinjectés dans l'immobilier des grandes villes où ils font encore des bénéfices... On estime que le mourides détiennent 65 % à 70 % de l'économie du Sénégal dans leurs escarcelles, sans partage avec le peuple et l'Etat du Sénégal... Un état dans l'Etat, c'est pourquoi, le peuple sénégalais les appellent '"les Marabouts Cadillac" aux privilèges éhontés...
Pour avoir des usines, des industries et des emplois pour la population, il faut avoir des matières premières ! Le Sénégal en manque cruellement et les rares industries sont aux mains des confréries religieuses ou des sociétés étrangères :
La production d'arachide est aux mourides, l'industrie des huileries d'arachides de Kaolack est aux chinois, l'exploitation des phosphates est aux indonésiens, les cimenteries du pays sont la propriété des tidjanes, les usines russes de transformation du poisson à Saint Louis... Les premiers sans partage, les sociétés étrangères payent des taxes à l'Etat sénégalais, qui est souvent incapable de connaitre les productions exactes ou détournées...
Quand au commerce au Sénégal, il est à 95 % dans l'informel, c'est à dire que c'est un commerce de survie quotidienne avec aucune création de factures d'achats, de ventes, de logistique, de paies et de charges, incontrôlable et hors du système économique... Les denrées de première nécessité, riz, huile, sucre, sel sont aux mains des centrales coopératives de l'Etat et les prix varient selon la sagesse du peuple à ne pas se révolter ... L'agriculture ne décolle pas et chaque année, on importe du riz, déclarant la sous-autosuffisance alimentaire... L'élevage aussi, chaque année, on importe des moutons du Mali pour la Tabaski dont les prix sont de moins en moins abordables par le bas peuple sénégalais...

Et enfin, le Tourisme qui est et qui devrait être une forte rentrée de devises dans la faible économie nationale sénégalaise et le premier secteur de créations d'emplois pour la population... Mais malheureusement, on a assisté à sa chute, avec des politiques et un turn-over inexplicables, avec le virus HARST : Harcèlement, Arnaque, Racisme, Saleté et Talibés qui a remplacé la peur du virus EBOLA qui n'a pourtant pas touché le Sénégal... Auquel, c'est ajouté dernièrement, la volonté de faire partir les touristes et détruire le tourisme , d'une partie qui radicalise le Sénégal au détriment de la majeure partie qui se retrouve impuissante à ce phénomène et sans emploi... Pourtant, sans efforts et sans relance du Tourisme au Sénégal, l'aéroport AIBD ne sera qu'une coquille vide à payer, ainsi que les investissements autoroutiers... Car le Gaz et le Pétrole de 2021 sont déjà aux mains de l'anglaise Pétrosen et hypothéqués pour plus de 20 ans... Avec aussi, le risque que le PSE de Macky Sall se casse la gueule pour un avenir d'une RIS, moins radieux !
Je rappelle qu'il n'y a aucun déshonneur de travailler dans les métiers du Tourisme, de l'Hôtellerie, de la Restauration et des Loisirs : Cuisiniers, serveurs, plongeurs, réceptionnistes, femmes de chambres, femmes de ménage, lingères, gardiens, jardiniers, plagistes, animateurs, accompagnateurs de pêche, guides touristiques, chauffeurs, photographes, vendeurs de souvenirs, loueurs de squads, croupiers de casino, etc ... ne sont pas des métiers précaires et misérables quand il y a des touristes dans un pays économiquement faible, mais plein de Soleil !

Écrit par : issa gibb | 10/10/2017

Écrire un commentaire