11/10/2017

CASAMANCE DEFISCALISEE?

le tourisme est-il réellement défiscalisé en Casamance ?

1casa-624x352.jpg

L’opérateur touristique ne paie pas d’impôt, s’il investit dans la région naturelle de Casamance (Sud du Sénégal), a affirmé le nouveau ministre sénégalais du Tourisme. Est-ce le cas ?
Dans une récente interview accordée à la chaîne de télévision française France 24, Mame Mbaye Niang a dit que le Sénégal veut accueillir 3 millions de touristes en 2023 et 10 millions en 2035. «Il faut toute une stratégie pour y arriver, notamment des infrastructures de base grâce au PSE [Plan Sénégal Emergent]», a-t-il expliqué.
Répondant à une question sur les stratégies en vigueur et l’attractivité du Sud du pays, Mame Mbaye Niang a indiqué qu’il y a «une loi qui défiscalise les investissements dans le tourisme en Casamance»
Cette défiscalisation annoncée est-elle effective ? Nous avons vérifié.
Cette loi existe-t-elle ?
Africa Check a contacté le service de communication du ministère du Tourisme. Les courriers et les multiples rappels téléphoniques sont restés vains.
Africa Check a joint par téléphone le chef du Service régional du tourisme de Ziguinchor, Marie Louise Faye, pour avoir une idée sur l’existence de dispositions légales qui défiscalisent l’activité touristique en Casamance. Mme Faye a confié qu’«une loi déclarant la Casamance zone spéciale touristique a été effectivement votée en 2015 et un décret d’application a été pris par le chef de l’Etat, en 2016 ».
Que renferme-t-elle ?
L’Assemblée nationale a adopté, le 3 juillet 2015, la loi portant statut fiscal spécial des entreprises touristiques installées dans le pôle touristique de la Casamance.
Dans l’exposé, il est précisé que « le statut fiscal spécial bénéficiera aux entreprises installées dans les régions administratives de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou », qui forment la région naturelle de Casamance. L’article 2 stipule que « le statut fiscal spécial est accordé aux entreprises touristiques pour une durée de dix ans à compter de la date de délivrance de l’agrément ».
Quels sont les types d’impôts concernés ?
Le texte exonère les entreprises touristiques de 11 types d’obligation fiscale dont la taxe sur la valeur ajoutée, la contribution foncière, l’impôt sur les sociétés, des droits d’enregistrement, etc. En outre, les équipements importés ne sont pas soumis au paiement de droits de douane. Cependant, les opérateurs sont tenus de verser les impôts sur les salaires de leurs employés.
Quel impact sur l’activité touristique ?
A travers son rapport périodique intitulé «situation économique et financière 2016 et perspectives 2017», la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) renseigne que les services d’hébergement et de restauration ont enregistré «une reprise en 2016, avec un bond de 9,3% après un recul de 3,6% en 2015 » à l’échelle nationale.
Mais cela ne veut pas dire que des investisseurs touristiques se bousculent en Casamance. Bien au contraire ! La loi faisant de cette région une zone touristique spéciale n’a pas empêché la poursuite de la fermeture des réceptifs hôteliers. Le sous-secteur reste en crise », regrette Jean Demba, opérateur touristique basé au Cap Skiring, près de Ziguinchor.
Selon le chef du service régional du tourisme, Marie Louise Faye, depuis la signature du decret d’application, son service travaille à «informer davantage les entreprises touristiques sur les avantages de la nouvelle loi».
Conclusion : le tourisme a été globalement défiscalisé en Casamance
Le ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang a déclaré l’existance d’une loi défiscalisant les investissements dans le tourisme en Casamance, la partie sud du Sénégal.
En 2015, l’Assemblée nationale du Sénégal a adopté une loi exonérant les opérateurs touristiques qui opèrent en Casamance de 11 types d’impôts.
Le décret d’application de cette loi a été pris en 2016. La déclaration de Mame Mbaye Niang est donc exacte.
Assane Diagne/africacheck.org

Commentaires

Le tourisme a été globalement défiscalisé en Casamance. Mais les investisseurs ne se bousculent pas en Casamance, le sous-secteur reste en crise... Et pour cause !
Le nouveau Ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang devrait aller sur les blogs, lire les commentaires des anciens touristes déçus ou écoeurés par leurs séjours ou leurs vacances au Sénégal.
Les façons dont des touristes sont harcelés, arnaqués, rackettés, insultés...et mal accueillis au Sénégal. Très, très loin de la lointaine et ancienne Teranga. De quoi, lui rallumer les neurones !
Cet commentaire n'interpelle pas, les gens pour qui tout s'est bien passé au Sénégal ou pour qui tout se passe bien au Sénégal !

Écrit par : issa gibb | 12/10/2017

Répondre à ce commentaire

La CASAMANCE est libérée de YAYA depuis peu ,et en conséquence la situation doit s'améliorer avec du temps et ..de l'argent!

Écrit par : oyster | 12/10/2017

Répondre à ce commentaire

Désolée de contredire Issa Gibb mais la Casamance n'est pas le reste du Sénégal. Nous ne nous trouvons pas dans la même attitude vis à vis du touriste qu'à Saly et sa région. J'y vais depuis 10 ans et je peux assurer que la mentalité y est différente. Les handicaps de la Casamance sont nombreux même si certains ont été levés (retrait des zones à risques sur le site français des affaires étrangères, Yaya Jammeh n'est plus au pouvoir et ne peut plus financer les "rebelles") Il reste que c'est difficile d'accès et à coût prohibitif (billet direct sur vol affrêté par Club Med à 850 euros!!! contre une moyenne de 450 pour Dakar = cherchons l'erreur). De très nombreuses structures hôtelières de renom et de qualité sont ou ont été dirigées par des blancs qui vieillissent, meurent et il n'y a pas de repreneurs... Il a été favorisé une construction massive de maisons particulières (il en faut mais il y a un équilibre à respecter) tout en maintenant les ruines de béton sur la côte entre cap et kabrousse (anciens hôtels à l'abandon).
D'autre part il va falloir surveiller de près le projet d'exploitation du Zircom par une société minière australienne... Cela implique une destruction de la côte, une pollution et une déforestation qui va entraîner une raréfaction des pluies et ses conséquences sur la vie économique et agricole des locaux.... A BON ENTENDEUR SALUT -

Écrit par : DALLA POZZA | 12/10/2017

Répondre à ce commentaire

Ne soyez pas désolée de me contredire, votre défense de la Casamance est légitime... J'ai une voisine Casamançaise et quand elle parle de son pays, elle a des brillants dans ses yeux...Et je comprends que cette région que je ne connais pas, doit être magnifique....
Mes attaques vont vers ceux qui ont permis par des politiques inexplicables, la destruction du tourisme au Sénégal et en Casamance, en plus de tous les maux que vous décrivez, de ce qu'est devenue la Casamance... Ajoutez au commentaire de Tiocan, de ce que devient la Casamance et celui d'Oyster, de ce que devrait devenir la Casamance, sans Yaya Jammeh et les rebelles...

Le nouveau Ministre du Tourisme Mame Mbaye Niang doit prendre en compte que les touristes ne sont plus respectés au Sénégal, les touristes et les résidents français en tête, ave le dernier appel à boycotter les produits et les intérêts français au Sénégal et dans toute l'Afrique, comportements racistes et nationalistes que je dénonce depuis quelques temps ??? En tant que futur touriste et que vous lisez tout cela, croyez-vous que çà donne envie de venir au Sénégal et en Casamance avec en plus toutes les difficultés et la cherté pour y aller... Le Ministre du Tourisme doit comprendre que la défiscalisation n'est pas suffisante, car le mal est fait ! Il doit comprendre et s'atteler à faire des campagnes de sensibilisation pour changer le comportement d'accueil des touristes et pour lutter contre les anti-touristes avec des sanctions lourdes car ils ont détruit le 2ème secteur économique du pays et des milliers d'emplois qui en découlait, baisser la cherté de la destination et s'occuper enfin, sérieusement de la Casamance pour y faire revenir les investisseurs et puis, les touristes... et arrêter les promesses non-tenues et l'enfumage du peuple....Et bien entendu, soutenir l'interdiction de l'exploitation du Zircom car Tourisme et Zircom, çà ne marche pas ensemble et çà peut réveiller la rébellion armée casamançaise, alors que tous les relations avec le nouveau Président Adama Barrow et que tous les indicateurs sont au beau fixe depuis le départ de l'ancien dictateur Y. Jammeh, réfugié en Guinée Equatoriale avec la caisse de la Gambie... Alors qu'il devrait être devant la Cour Internationale de Justice de La Haye ???
Vive la Casamance en paix, désenclavée, libre, prospère, heureuse, avec ce qu'il faut de touristes, sans talibés et sans Zircom... A BON ENTENDEUR, NOUS SOMMES D'ACCORD !

Écrit par : issa gibb | 12/10/2017

La Casamance, malheureusement, se sénégalise petit à petit: nombreux talibés à Ziguinchor et à des endroits où il n'y en avait pas avant , le touriste est de plus en plus sollicité par les marchands ambulants et la région est moins sûre qu'avant concernant le vol ( on pouvait laisser une voiture ouverte ou même une maison, maintenant je me méfie)

Écrit par : Tiocan | 12/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire