15/10/2017

DE L'EAU ENTRE MBODIENE ET SOMONE

L’Etat débloque 13 milliards pour sécuriser la consommation en eau potable à Mbour

145ee02dd90cb3c1f7e85dc376ad189683611370.jpg

Le Directeur général de la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones) poursuit sa tournée dans les sites des ouvrages hydrauliques du Programme eau potable et assainissement en milieu urbain (Peamu) qui sont en réalisation dans la région de Thiès.
Après Tassette, Charles Fall et sa délégation ont visité, ce vendredi 13 octobre 2017, les chantiers concernés par la seconde phase de la phase intermédiaire. Il s’agit des forages de Nguékokh, qui fait l’objet d’une mise à niveau suivie d’une incorporation dans le périmètre affermé, de Mbour, de Pointe Sarène et de Mbodiène, concernés par l’amélioration de la production et de la capacité de stockage. Et Joal qui exprime de nouveaux besoins en eau potable.
Selon le Directeur dudit programme, Malick Sow, ces ouvrages hydrauliques du département de Mbour sont composés de quatre forages (2 à Nguékokh, un à Falokh et un à Mbour) et trois châteaux d’eau (un à Nguékokh, un à Point Sarène et un Mbodiène). Le château d’eau de Nguékokh a une capacité de 1 100 mètres cube et une hauteur de 25 mètres. Et celui de Mbodiène, quant à lui, a un volume de 2 000 mètres cube et une hauteur de 30 mètres.
En plus de ces forages et châteaux d’eau, la Sones va aussi réaliser une conduite d’adduction d’eau qui va amener l’eau jusqu’à Mbodiène (27 km). Elle prévoit également de construire un forage à Somone.
Charles Fall, pour sa part, a constaté que les travaux de l’ensemble de ces quatre forages sont presque terminés. Et pour les châteaux d’eau, celui de Nguékokh, la fondation est terminée et quant aux autres, les travaux ont démarré.
A l’en croire, les travaux des ouvrages de renforcement de la production ont atteint un niveau de plus de 50%. Et la date prévisionnelle de leur réception est fixée au mois d’avril prochain. Quant aux châteaux d’eau, Charles Fall estime que d’ici la fin de 2018, les travaux seront achevés.
Aussi, le Directeur de la Sones a fait savoir que le coût global de ces ouvrages hydrauliques qui sont en cours de réalisation dans la zone de Mbour est de 13 milliards de francs. Et leur objectif principal est de sécuriser l’alimentation en eau potable de la Petite côte. Car, Dakar, Thiès et la Petite côte font 80% des besoins en consommation d’eau de la Sones
Cheikhou Aidara - Seneweb.com

Commentaires

C'est mieux de construire des ouvrages hydrauliques que d'envisager la construction d'une usine de désalinisation de l'eau de mer sur une des plages très fréquentées de Dakar qui, finalement, disparaîtra (la plage... pas Dakar !).

Écrit par : Xx | 17/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire