28/10/2017

AMOUR A MORT

Homicides conjugaux au Sénégal : ​ 70% des hommes tués par leurs épouses

labananequiparle-violence-femmes-battues-8.jpg

Au Sénégal, 70% d’hommes ont été tués par leurs épouses. Cette révélation a été divulguée hier lors du colloque international sur les violences criminelles urbaines en Afrique de l’Ouest.
Selon le document de presse, « les victimes des homicides conjugaux sont, dans 53% des cas, de sexe masculin alors que les femmes le sont dans 47% ». Ce résultat surprenant, à savoir une majorité d’hommes tués par les femmes, se vérifie au Burkina Faso (60% d’hommes tués par leurs épouses), au Niger (62%) et au Sénégal (70%).
Parmi les mille homicides compilés dans les 4 pays de l’Afrique de l’Ouest, on dénombre 177 meurtres associés au vol. la participation des femmes à l’homicide familial se situe à hauteur du 1/3 des cas aussi bien du côté des victimes que des meurtriers.
« Ainsi, contrairement à certains préjugés, les homicides familiaux ne se résument pas à des crimes perpétrés par des hommes contre des femmes, les hommes étant surreprésentés, aussi bien du côté des victimes que celui des agresseurs », relève le document.
Concernant les homicides querelleurs, ils sont relativement nombreux en Afrique. Pis, les querelles qui finissent par mort d’homme sont plus fréquents au Sénégal qu’au Burkina Faso, qu’en Côte d’Ivoire ou au Niger.
« Au Sénégal, nous en comptons 94, soit 33% des homicides de ce pays », précise le texte.
Ces informations ont été extraites de « Mille homicides en Afrique de l’Ouest ». Ce livre porte sur des homicides perpétrés dans quatre pays de l’Ouest francophones, notamment en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Niger et au Burkina Faso. Les auteurs de cette étude montrent du coup, que la femme, toujours considérée comme le sexe faible, ne souffraient pas le plus des homicides conjugaux.
Les auteurs de cette étude sont le Dr Khaly Niang, Directeur de l’Asp, Maurice Cusson, Professeur à l’école de criminologie de Montréal, Nabi, criminologue et Henry Boah Yebouet, Professeur à l’Université Houphouët Boigny d’Abidjan. Ils y décrivent et analysent toutes les manifestations de la violence criminelle.
leral.net

Commentaires

A force d'etre prises pour des serpillères ,les femmes se rebiffent!!!!du respect messieurs pour vos épouses et vous avez une chance de vivre vieux!!!! peut-etre car ceux qui en ont 4 multiplient les risques MDR

Écrit par : eddy | 28/10/2017

Répondre à ce commentaire

Beaucoup de femmes subissent les violences de leur mari et souffrent au quotidien (elles sont battues, maltraitées, humiliées, violées, insultées, déconsidérées, rabaissées, etc.). Quand la coupe est pleine, il est possible qu'elles en arrivent à la pire extrémité... Aux hommes de réfléchir et de changer leur comportement vis-à-vis de leur(s) épouse(s) !!!

Écrit par : Xx | 28/10/2017

Répondre à ce commentaire

Et aux religieux musulmans, d'éduquer les hommes au respect des femmes pour sortir les femmes et les enfants de leurs statuts d'êtres humains inférieurs aux mâles adultes.
La femme Africaine courageuse, travailleuse et pilier des familles africaines, n'a plus à avoir de statut inférieur et à subir les volontés des parents ou des maris... Maitresses de leurs corps et de leurs volontés d'avoir des enfants ou pas... Les mariages précoces ou arrangés interdits à jeter à la poubelle... Et une justice fiable et responsable pour faire appliquer tout çà !
Dans une démocratie et un état laïque, l'égalité des sexes prime, tout comme l'égalité sur la responsabilité de l'éducation des enfants, totalement oublié par la majorité des hommes. au Sénégal.

Comme exemple, le roi Mohamed VI du Maroc a fait le pas et il a proclamé l'égalité des femmes pour donner leurs avis sur l'éducation des enfants, tout comme des sanctions contre les répudiations inexplicables ou inexpliquées des maris au Maroc pour aller batifoler ailleurs, renoncer à leurs responsabilités et abandonner leurs familles à leur sorts...
D'un autre côté, des femmes marocaines répudiées ou divorcées se sont regroupées en petites coopératives dans la production et les produits à base d'argan... Et çà marche très bien....
Elles ont du travail, elles sont financièrement indépendantes et soutenues par le groupe de femmes... Elles peuvent scolariser leurs enfants dans des petites unités scolaires.... Elles sont protégées par la collectivité des femmes car les anciens maris sont interdits d'entrée dans les coopératives sous peine de sanctions par cette nouvelle loi du roi M6...
Encore un petit effort, comme au Maroc, pour libérer et protéger les femmes sénégalaises et africaines en général... Ou il y aura encore beaucoup de mâles assassinés par leurs épouses en Afrique et au Sénégal avec son record de 70 % des assassinats d'hommes par leurs épouses... Ce qui n'étonne plus personne !

Écrit par : issa gibb | 28/10/2017

Répondre à ce commentaire

La femme africaine est en effet courageuse et particulièrement travailleuse !
L'homme africain ,le semble beaucoup moins.............

Écrit par : oyster | 29/10/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire