01/11/2017

PFIZER QUITTE DE SENEGAL

Pfizer quitte le Sénégal et déménage au Maroc

sipa_ap21826285_000017-592x296.jpg

Le groupe pharmaceutique américain a décidé de fermer à la fin de l'année son site de production dakarois et d'en transférer les activités dans son usine de la banlieue de Casablanca. La société conserve en revanche son service commercial dans la capitale sénégalaise.
Le géant pharmaceutique américain Pfizer, qui commercialise notamment le Viagra, l’Advil et le Xanax, a décidé de fermer sa ligne de production dakaroise. « Cette décision affectera nos 26 collègues qui travaillent dans notre usine, ainsi que 35 contractuels », indique le service de communication de l’entreprise, précisant que « la décision de quitter le Sénégal n’a rien à voir avec l’excellent travail de ces derniers ».
Le site sénégalais produisait principalement des comprimés et des médicaments liquides non stériles destinés aux marchés sénégalais et ouest-africain, dont les anti-paludiques Camoquin Range et Amiodaquin/Artusenate et le complément en fer Ferrostrane.
La production transférée à El Jadida
Pfizer assure qu’il n’y aura « aucune incidence sur les patients ou sur l’approvisionnement en médicaments », et précise que ses services commerciaux basés à Dakar, pour lesquels opèrent 33 agents, ne sont pas concernés par la fermeture. « Notre bureau continuera à représenter l’entreprise et à gérer le commerce de nos produits au Sénégal », ont indiqué à Jeune Afrique les services de communication de Pfizer.
La cessation des activités de production est prévue pour la fin de l’année. « Le processus du démantèlement de l’usine prendra ensuite trois mois, pendant lesquels nous continuerons à réfléchir au devenir du site », précise le service de communication de l’entreprise, qui n’exclurait pas une vente de ses locaux.
« Nous pouvons à ce jour vous confirmer qu’une partie de notre production sénégalaise sera transférée sur notre site d’El Jadida, à 100 kilomètres de Casablanca au Maroc, où nous sommes en capacité d’accueillir ces nouvelles activités », précise en outre l’entreprise, qui possède par ailleurs des usines à Alger, au Caire et à Tunis. Le Maghreb est considéré comme l’une des zones les plus dynamiques du continent pour l’industrie pharmaceutique.
Nelly Fualdes/jeuneafrique.com

Commentaires

C'est sur ils seront moins taxés au Maroc!!!et moins racketés

Écrit par : eddy | 02/11/2017

Répondre à ce commentaire

Viendez, Investisseurs étrangers. ..On est ensemble, LOL !
Moustique
Reference a Groland (...)

Écrit par : richard | 02/11/2017

Regrettable décision qui préfigure une politique de production dans le pays de GANDHI ?

Écrit par : oyster | 03/11/2017

Répondre à ce commentaire

Il faut éviter de travailler au Sénégal!!!! c'est racket et compagnie,plus si vous avez une entreprise a faire tourner le manque de motivations des employés,qui ne viennent pas !!!toutes les excuses sont bonnes...Et les policiers qui viennent vous chercher des noises pour avoir une rallonge,en effet mieux vaut aller au Maroc

Écrit par : chees | 08/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire