03/11/2017

DIVERSITE DU BUSINESS

La part de marché des entreprises françaises au Sénégal passe de 25 % à 15 % en quinze ans

arton171163.jpg

La part de marché des entreprises françaises au Sénégal a diminué et est passée de 25 % à 15 % en quinze ans, a souligné, jeudi à Dakar, l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot.
"Il est tout à fait compréhensible que la part des entreprises françaises ait été considérablement diminuée sur quinze ans. Nous sommes passés de 25 % à 15 % de part de marché sénégalais en ce qui concerne les entreprises françaises" a souligné M. Bigot, invité de la rédaction de l’APS.
Pour le diplomate français, "le Sénégal est dans une économie globalisée où la compétitivité est un élément central dans le choix que font les Sénégalais entre les entreprises".
"Dans le même temps la part de marché des entreprises chinoises a été multipliée par quatre" a fait noter Christophe Bigot qui ajouté que "ce sont des sociétés anglaises et australiennes qui sont sur le pétrole et le gaz, les phosphates sont contrôlées par un groupe indien et indonésien, les canadiens sont sur les mines d’or, d’autres peut-être des chinois s’activent sur la pêche".
"Les entreprises françaises connaissent déjà le Sénégal et l’aiment bien" a toutefois souligné le diplomate français.
Qui a rappelé que "certaines entreprises sont franco-sénégalaises comme +Eiffage+ qui emploie essentiellement des sénégalais et paie des impôts au Sénégal et le patron est franco sénégalais".
"D’autres entreprises sont là depuis 80 ans, 90 ans et se succèdent de père en fils" a-t-il expliqué, faisant remarquer que "les entreprises françaises ont l’avantage d’être présentes au Sénégal dans les moments difficiles parce que le Sénégal n’a pas toujours connu 6 % ou 7 % de croissance".
"Quand on est là dans les moments difficiles, des moments de soudure, tout le monde vous connaît et on fait appel à vous. Je m’en félicite parce que c’est un gage de fiabilité, pas simplement pour faire un coup ou pour venir et repartir. Elles s’inscrivent dans la durée puisqu’elles trouvent ici un climat amical de téranga, un climat démocratique et pour la France, c’est une valeur essentielle, un climat de sécurité et de stabilité", fait savoir l’ambassadeur de France.
FKS/PON/APS

Commentaires

Mr Bigot vous etes a coté de la plaque,ce n'est plus la teranga et la démocratie a de gros ratés!!!! mais il est vrai que vous naviguez dans d'autres sphères,que le touriste de base

Écrit par : eddy | 03/11/2017

Répondre à ce commentaire

Monsieur Bigot n'est plus à côté de la plaque, il est tombé au fond du trou...Et il ne voit plus rien, tellement il fait noir dans son trou pour la France au Sénégal !
Tout d'abord, les parts de marché des entreprises françaises sont passées de 25 % à 15 % en 15 ans... Et il est content, le grand diplomate ! ... Il est vrai que çà pourrait être pire ???

Monsieur Bigot nous parle toujours du climat amical de la Teranga... Cette fameuse "Teranga", ce grand mot qu'on met à toute les sauces, mais qui ne prend plus !
Il est vrai que le climat de la Teranga, dans les beaux quartiers de Dakar doit être très amical pour lui, à siroter des verres de champagne et de cocktails, à se délecter de petits fours et fumer de bons cigares Havane, au soleil du Sénégal, aux frais des contribuables français, tout de même...
Mais, cela doit faire bien longtemps, que Monsieur l'Ambassadeur n'a pas mis le nez dehors ou qu'il n'a pas rencontré ou discuté avec des français, au Sénégal...
A part une inauguration d'une école construite par la France ( = les contribuables français) au fin-fond d'un village de la région de Kédougou, il ne peut pas apprendre que sur le terrain, pour le touriste, le résident ou le ressortissant français de base, moyen ou lambda, la Teranga, c'est du vent, c'est fini, c'est du flan pourri...
Les arnaques répétées et répertoriées qui inondent les blogs, les harcèlements des antiquaires et des bana-banas, les rackets routiers spéciaux-toubabs de la police sénégalaise, les vols lors des contrôles douaniers dans les aéroports, les contrôles administratifs incessants et leurs amendes aléatoires pour les établissements français face à l'absence totale des contrôles des établissements sénégalais en plus mauvais état... Plus les insultes racistes, anti-toubabs, anticolonialistes hors d'âge et leur leitmotiv "si t'es pas content, tu n'a qu'à pas venir au Sénégal ", tout en pleurnichant que les touristes ne viennent plus et pour cause...

Monsieur Bigot semble aussi, oublier les menaces de boycott des produits, des intérêts et des multinationales français par l'Ong "Urgences Panafricaines" de l'activiste franco-béninois Kémi Séba, par une partie des membres du mouvement "Y'en a marre" et les anti-Franc CFA qui ont doucement, mais surement embrigadé la population sénégalaise à la haine anti-française en dénonçant la complicité des dirigeants franco-sénégalais désignés comme responsables de la misère et du pillage du pays, en se posant comme les défenseurs de la souveraineté Africaine et plus grave, en glorifiant la supériorité raciale Africaine... Un grand programme que Monsieur Bigot semble ignorer parmi ces haines raciales, la corruption et toutes ces situations désagréables que subissent de plus en plus, les citoyens français au Sénégal et qui polluent leurs visites, leurs séjours et leurs vacances au Sénégal... Avec son climat amical de la Teranga qui n'existe plus ???

Ensuite Monsieur Bigot nous parle du climat démocratique du Sénégal ??? La situation démocratique au Sénégal : l'exemple de sécurité et de stabilité en Afrique ???
Pour la sécurité... Il suffit d'un attentat pour que la sécurité vole en éclats, comme partout dans le Monde... et l'instabilité viendra en suivant...
Pour la démocratie, Monsieur Bigot ne sort pas assez, non plus, de son trou... Sauf pour décorer, Monsieur Loïc Tréguy, le fondateur de "SOS Villages" et son assistante "Mama Talibé" au Lac Rose pour leur remettre la médaille du mérite français (au Sénégal ???)
Mais, Monsieur l'Ambassadeur semble ignorer que les animateurs de "SOS Villages" passent leurs nuits à soigner et à essayer de ramener au Centre, les enfants des rues de Dakar... Ces enfants "cabossés de la vie" qui sont en majorité des enfants talibés en fuite de leurs daaras maltraitantes, qui survivent en gangs et dans la petite délinquance dans Dakar... Sage parmi les Sages, Loïc Tréguy, ancien compagnon du devoir et ancien rugbyman et son équipe sauvent une centaine d'enfants des rues par an, dans son Centre, en les éloignant de Dakar et apprendre un métier...
Monsieur l'Ambassadeur Bigot semble encore ignorer ou faire semblant d'ignorer que cette situation provient du système maraboutique esclavagiste d'enfants du Sénégal avec 200 000 enfants talibés qui sont esclaves de la mendicité forcée au Sénégal... Enfants innocents esclaves au XXIème siècle dans un pays à 96 % musulman qui s'accommode de cet esclavage d'enfants, tout comme l'Etat sénégalais qui est parjure à sa ratification des Droits de l'Homme et du Citoyen et à celle de la Protection de l'Enfance et des groupes vulnérables par son laxisme et son inaction à mettre un terme à ce Crime contre l'Humanité, la Honte du Sénégal !

Rien qu'avec l'esclavage des enfants talibés, l'exemple démocratique sénégalais se transforme en hypocrisie démocratique sénégalaise !
Hypocrisie à laquelle s'ajoute : Les religieux confrériques surpuissants qui gouvernent le pays à la place des dirigeants élus, une presse muselée par ce double pouvoir, une islamisation galopante et intégriste dangereuse sur le soufisme, une volonté d'arabisation du pays à la place de la langue française officielle de la Constitution, un peuple volontairement tenu dans la misère et l'ignorance pour être mieux enfumer, une population soumise et opiumisée de religion et de superstitions, une jeunesse surveillée par des organisations islamistes comme Jamra ou Mbân Gacce, des étudiants tabassés dans des manifestations pacifistes, des policiers qui emploient la torture avec des cas d'assassinats dans les commissariats ou dans les prisons... Avec l'esclavage et le trafic d'enfants, par des marabouts musulmans fainéants, véreux etcyniques pour faire de l'argent facile sur le dos de leurs élèves talibés en toute impunité, sans aucune réaction de l'Etat Sénégalais.... Comme pays démocratique, on pourrait trouver mieux, Monsieur l'Ambassadeur ??? Même, si c'est pire ailleurs...

Comme dirait Mr Oyster, Monsieur l'Ambassadeur Bigot est dans son rôle et dans la langue de bois...
Effectivement, avec la mondialisation, le choix des investisseurs-partenaires peut expliquer cette baisse de la part de marché des entreprises françaises au Sénégal... Quoique, dès qu'un investisseur non-français fait défaut, on court chercher l'aide de la France ( Centrale de Keur Massa, militaires français...) à chaque fois... Mais delà à continuer, à nous enfumer avec les sempiternels : climat amical de la Téranga et l' exemple de démocratie...On n'y croit plus, car ce n'est plus la réalité vécue par les français au Sénégal !
Monsieur Bigot a dû tomber dans un trou ... Mais, un trou de fosse septique... Et il a les yeux et les oreilles, pleines de merde pour ignorer tous les maux subis par les français au Sénégal... Il ne faut plus qu'il ouvre la bouche pour dire de telles conneries sur longue amitié franco-sénégalaise, car il va s'étouffer dans des mensonges septiques...
Un pays qui ne cesse d'un côté, de mendier des aides à la France depuis son Indépendance et de l'autre, n'arrête pas de cracher sur la France et les visiteurs français, ne mérite aucun respect et aucune aide de la France par rapport au respect qu'il nous porte... Le Respect de la France et des français contre des aides, seraient un minimum, Monsieur l'Ambassadeur Bigot !

Quand son Job est sensé entretenir les bonnes relations entre le Sénégal et la France et défendre les intérêts de la France au Sénégal.... Il semblerait que de s'occuper des problèmes rencontrés par les français, touristes ou résidents au Sénégal , ne serait pas du superflu... En parler à Macron qui gère les aides de la France au Sénégal, en ce moment... A son tour, Macron pourrait parler à Macky Sall de la façon dont on lui à rapporter les problèmes rencontrés par les français, actuellement au Sénégal et demander des explications, voire des mesures contre des aides, au nom de la longue amitié franco-sénégalaise... Et peut être, un petit mot sur le sort des petits talibés au Sénégal, si çà ne vous fait pas trop de travail....et du Courage !
Je vous prie de recevoir, Monsieur l'Ambassadeur Bigot, l'expression de mes salutations les plus respectueuses.

Écrit par : issa gibb | 03/11/2017

Répondre à ce commentaire

ne jetez pas la pierre à l'ambassadeur. Il fait son travail de diplomate. la diplomatie est plus souvent préférable à la guerre ou l'affrontement direct. toute vérité n'est pas bonne à dire.

Écrit par : Bill | 03/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Nous ne pouvons comprendre toutes les subtilités de l'art diplomatique consistant ici à faire un constat sur une chute catastrophique de part de marché de la FRANCE en dépit d'une aide financière fidèle et régulière.
"Bonjour tristesse !"

Écrit par : oyster | 04/11/2017

Répondre à ce commentaire

En quelque sorte, en tant qu'ambassadeur pratiquant les subtilités de l'art diplomatique, il doit fermer sa gueule et pratiquer la langue de bois !
Un peu facile, dans les beaux quartiers de Dakar, aux frais des contribuables français qui ne connaissent rien au sort réservé aux français au Sénégal, actuellement !
Un peu facile, en tant qu'Ambassadeur de France au Sénégal... de constater la chute de la part de marché des entreprises françaises au Sénégal...
De fermer les yeux sur la radicalisation galopante du Sénégal et l'esclavage et le trafic des enfants talibés ...
De nier et ne pas faire remonter en métropole, les problèmes ou les agressions en augmentation des touristes et des résidents français au Sénégal, etc...
Responsable des bonnes relations entre le Sénégal et la France et sensé aussi s'occuper de la bonne situation des français au Sénégal, il ne peut donc que baisser son froc ?
Un peu facile, comme constat... Car on nous mendie des aides financières, militaires ou autres depuis l'Indépendance et de l'autre côté, on nous crache à la gueule dans ce pays africain qu'on aide, en vain... La longue amitié historique franco-sénégalaise, le climat amical de la Teranga et l'exemplarité démocratique du Sénégal puent la langue de bois, voire l'hypocrisie malsaine...
Une petite remise en question des aides françaises au Sénégal, payées sur le dos des contribuables français, contre un mininum de respect de la France et des visiteurs français, serait le bienvenu ! A part que Monsieur l'Ambassadeur Bigot aime çà...

Écrit par : issa gibb | 04/11/2017

Oh ....
En tant qu'ambassadeur il doit pour reprendre votre expression "fermer sa gueule" lorsqu'on constate des échanges de plus en plus en chute libre ,et, ne pas claironner que la FRANCE finance pour conserver une image bienfaisante et qu'il trouve cela positif..............
N'oubliez pas que mR RUFFIN qui fut le meilleur ambassadeur de FRANCE au SENEGAL n'hésitait pas à faire savoir qu'il ne " brossait pas toujours dans le sens des poils" et hélas on ne veut savoir par " courtoisie" lequel des deux pays demande ou fit le rappel!...
Mr BIGOT devrait éviter de faire de l'autosastifaction ,enfin" si c'est mieux que si c'était pire"!!!!.dans tous les cas le résultat est la :
"Bonjour tristesse"

Écrit par : oyster | 05/11/2017

Répondre à ce commentaire

Votre analyse est la bonne, on se souvient du débarquement de l'Ambassadeur Ruffin à la demande de Macky Sall... Tout comme le débarquement de l'Ambassadeur (blanc) des Etats Unis au Sénégal qui a osé dénoncer l'esclavage des enfants talibés à la Une d'un journal Sénégalais... Il a été remplacé par un Ambassadeur (noir) des Etats Unis au Sénégal à la demande du même.

Dans ses conditions, on comprend que le nouveau Ambassadeur de France au Sénégal, Monsieur Bigot soit obligé de faire le lèche-bottes, de ramper et de "fermer sa gueule " et surtout de ne pas faire son boulot, c'est à dire de s'occuper des doléances, des intérêts et des problèmes actuels des français au Sénégal avec des dérives graves dont nous sommes tous conscients, sauf lui !
Pourtant, il serait si simple d'arrêter la planche à billets franc CFA imprimés à Chamallières (France) ou retirer certaines aides au Sénégal ou retirer nos militaires ou renvoyer quelques ressortissants de la diaspora sénégalaise qui se gavent en France pour tout renvoyer au pays... De simples mesures à envisager contre un pays qui nous mendie depuis l4indépendance et qui nous crache de plus en plus dessus...
Vous verriez que Macky Sall et sa clique, reviendrez en courant, faire des excuses à la France au nom de la longue amitié franco-sénégalaise si bafouée depuis quelques temps déjà...
Juste pour retrouver un peu de respect et de protection pour les visiteurs et les résidents français au Sénégal... Ce ne serait pas du superflu , avant que la coupe soit pleine ???
Après, ceux sont les bombes et c'est trop tard !

Écrit par : issa gibb | 05/11/2017

Ces hauts fonctionnaires sont aux ordres du gouvernement et ils vivent les uns et les autres dans leur bulle, complètement coupés de la réalité que vivent leurs compatriotes expatriés ou qui visitent les pays étrangers. Ils suffit de voir avec quel mépris et du peu de cas avec lequel ils traitent les requêtes des justiciables et de l'accueil pratiqué dans nos ambassades et consulats de part le monde.

Écrit par : Tiocan | 05/11/2017

Répondre à ce commentaire

Les élites avec les élites ! C'est exactement çà, on se mélange pas avec le peuple...
Même si ce peuple les fait vivre avec des salaires et des avantages de privilégiés, grâce aux contribuables et aux impôts assez importants en France qu'au Sénégal et alors qu' ils sont sensés être au service de leurs concitoyens en dehors de la France... En haut, dans les sphères comme on dit, ils deviennent des pourris orgueilleux et hautains comme les pourris qu'ils fréquentent dans leurs sphères... La lie de la nature humaine : "Que vous soyez puissant ou misérable, etc ... Le puissant ne peut s'empêcher de chier sur le misérable !"

Écrit par : issa gibb | 05/11/2017

Écrire un commentaire