15/11/2017

ENCORE DU GAZ

Une nouvelle découverte de gaz à Saint-Louis

18205980-22459592.jpg

Plusieurs gisements de pétrole et de gaz ont été découverts au Sénégal depuis 2014. Une découverte de gaz naturel a récemment été annoncée par la société américaine Kosmos Energy.
Les découvertes de champs de pétrole au Sénégal désintéressent la presse locale tellement elles sont nombreuses. D’autres découvertes plus importantes sont pourtant attendues, ce qui inquiète le Forum civil qui constate l’arrivée massive de compagnies pétrolières. Il faut toutefois rappeler que le Sénégal est membre de l’organisation internationale Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) et a fait le choix de signer des contrats de « partage de production » avec les compagnies pétrolières étrangères. « Avec ce genre de contrat, on connaît à peu près les parts de chaque entité », précisent les autorités sénégalaises.
Les premières productions de gaz au Sénégal seront livrées en 2021
En février 2017, la compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy a annoncé l’acquisition par British Petroleum de 49,99 % des actions de sa filiale opérant dans l’exploration et l’exploitation de gisements d’hydrocarbures au Sénégal. Les termes de l’accord précisent que la société britannique « a acquis un intérêt de 49,99 % dans Kosmos BP Senegal Limited ». Andrew G. Inglis, le Président-Directeur Général de Kosmos Energy, s’était dit impatient de travailler avec le gouvernement du Sénégal et ses partenaires pour concrétiser la prochaine étape de son programme de travaux.
En octobre 2017, la compagnie BP a confirmé la livraison en 2021 de ses premières productions de gaz à partir du « méga-gisement » gazier sénégalo-mauritanien Grand-Tortue. Ce gisement est considéré comme l’un des plus importants d’Afrique de l’Ouest. En effet, il pourrait générer près de 700 milliards de mètres cubes de gaz, selon la compagnie pétrolière. Dans l’objectif de produire ses premières quantités de gaz liquéfié, BP installera sa première usine de liquéfaction naturelle à quelques kilomètres de Saint-Louis.
Baisse de la part de marché des entreprises françaises au Sénégal
Les entreprises françaises au Sénégal sont en perte de vitesse, c’est en tout cas ce qu’a révélé l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot. Selon ce dernier, la part de marché des entreprises françaises au Sénégal est passée de 25 à 15 % en seulement 15 ans. Ce phénomène s’explique par la concurrence des entreprises d’autres puissances plus nombreuses et notamment asiatiques. En effet, la part de marché des entreprises chinoises s’est multipliée par quatre. Selon le diplomate français, « ce sont des sociétés anglaises et australiennes qui sont sur le pétrole et le gaz, les phosphates sont contrôlés par un groupe indien et indonésien, les canadiens sont sur les mines d'or, d'autres peut-être des chinois s'activent sur la pêche ».
Cependant, un regain d’intérêt de la France pour le pétrole sénégalais a été observé ces derniers mois. Au mois de mai 2017, Total a par exemple signé un accord avec le Sénégal dans l’objectif de contribuer au dynamisme de l’exploration pétrolière en mer profonde et très profonde au large du pays.
Investir dans le pétrole est donc un pari risqué pour les investisseurs. Toutefois, le marché reste accessible et les gains peuvent être importants. De plus, des outils existent pour trader le pétrole facilement comme le trading
NDARINFO.COM

Écrire un commentaire