21/11/2017

BON CLASSEMENT DU SENEGAL

le Sénégal, 10e en gouvernance globale avec un score de 61, 6

18336271-22542402.jpg

Le Sénégal est crédité d’un score de 61,6 (sur 100,0) en gouvernance globale dans l’Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique (IIAG) de 2017, publié lundi par la Fondation Mo Ibrahim.
Le pays se classe ainsi au 10e rang (sur 54 pays) en Afrique, précise un communiqué parvenu à l’APS, avec un ‘’score supérieur à la moyenne africaine (50,8) et à la moyenne régionale pour l’Afrique de l’Ouest (53,8)’’.
‘’Le Sénégal a réalisé son meilleur score de catégorie en Participation et Droits Humains (68,3), et son score le plus faible en développement économique durable (54,9)’’, relève le communiqué.
Il obtient son meilleur score de sous-catégorie en santé (77,7), et son score le plus faible en enseignement (42,0).
Le communiqué souligne surtout que le Sénégal a ‘’affiché des signes de +progression accélérée+ en matière de gouvernance globale sur les cinq dernières années’’.
‘’Le Sénégal a progressé au total en matière de gouvernance globale au cours de la dernière décennie (tendance moyenne annuelle de +0,60), avec une accélération de la progression sur les cinq dernières années (tendance moyenne annuelle de +0,75)’’, se félicite-t-il.
‘’Les progrès réalisés au Sénégal a en matière de gouvernance globale au cours de la dernière décennie résultent de l’amélioration de l’ensemble des quatre catégories : Sécurité et État de droit (tendance moyenne annuelle de +0,29), Participation et Droits Humains (tendance moyenne annuelle de +0,53), Développement Économique Durable (tendance moyenne annuelle de +0,41) et Développement Humain (tendance moyenne annuelle de +1,16).’’
D’après l’indice Ibrahim de la Gouvernance en Afrique (IIAG) de 2017, la trajectoire de la gouvernance globale reste positive sur le long terme (2007-2016) au niveau du continent.
Néanmoins, le progrès généralement enregistré sur dix ans se ralentit au cours de la seconde partie de la décennie. Plusieurs pays ne parviennent pas à soutenir leur progression, ou à inverser leur détérioration. Des signaux d’alerte apparaissent également dans certains secteurs-clé pour l’avenir du continent.
Sur les dix années écoulées, 40 pays affichent une progression conséquente en termes de gouvernance globale. Dans la seconde moitié de la décennie, 18 d’entre eux, correspondant au total à 58 % de la population du continent, notamment la Côte d’Ivoire, le Togo, le Maroc, la Namibie, le Nigeria et le Sénégal, réussissent même à accélérer le rythme, permettant ainsi au continent d’atteindre en 2016 son meilleur score depuis 2000 (50,8 sur 100).
Toutefois, sur les cinq dernières années, au niveau du continent, le rythme annuel moyen d’amélioration de la gouvernance globale ralentit. Sur ces 40 pays, plus de la moitié (22) ralentissent le rythme, comme le Rwanda et l’Ethiopie, voire même basculent vers le déclin, comme Maurice, le Cameroun, Djibouti, le Congo ou l’Angola, sur la seconde partie de la décennie. En outre, pour 8 des 12 pays dont le niveau de gouvernance globale se détériore sur la décennie, la situation empire en seconde moitié de la décennie, notamment, outre la Libye ou la RCA, le Ghana, le Mozambique ou la Mauritanie.
La catégorie développement humain reste celle qui réalise à la fois le meilleur score et le progrès le plus marqué sur la décennie, grâce au progrès conjoint de ses trois composantes : protection sociale, enseignement et santé. Toutefois, ce progrès fléchit sur la seconde moitié de la période.
La catégorie développement économique durable est celle qui progresse le plus lentement, tant sur l’ensemble de la décennie que sur les cinq dernières années, même si la tendance se redresse depuis 2014.
De manière plus positive, le rythme de la détérioration en sécurité et État de droit observée au cours des dix dernières années ralentit sur la seconde moitié de la décennie.
La Fondation Mo Ibrahim a été créée en 2006 afin de promouvoir l’importance cruciale du leadership et de la gouvernance en Afrique.
L’Indice Ibrahim pour la gouvernance en Afrique (IIAG) ’’propose une évaluation annuelle de la qualité de la gouvernance dans les pays africains, et représente le recueil de données le plus complet sur la gouvernance en Afrique’’.
APS

Écrire un commentaire