06/12/2017

PLUS DE MOYENS POUR L'EDUCATION

Education : le Sénégal va investir plus de 221,4 milliards de FCFA d’ici 2019

index.jpg

Le gouvernement du Sénégal va investir d’ici 2019 plus de 221,4 milliards de FCFA en ressources additionnelles pour la réalisation de 6.369 salles de classe, de 4729 blocs administratifs et de 2498 blocs d’hygiène, a dit, mardi, le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne.
Ces projets entrent dans le cadre du programme national de résorption des abris provisoires dans les établissements d’enseignement élémentaire, moyen et secondaire général.
S’exprimant lors de sa déclaration de politique générale devant les députés, il a précisé que ces efforts consentis par l’Etat vont permettre "l’élargissement des capacités d’accueil, l’extension de la carte éducative et l’amélioration des conditions de travail et d’apprentissage".
Ce montant additionnel, selon le Premier ministre, permettra aussi la construction et l’équipement de 99 nouvelles écoles élémentaires, 45 nouveaux collèges, 14 nouveaux lycées, ainsi que la réhabilitation et l’équipement de 263 écoles élémentaires, de 97 collèges et de 6 lycées.
Il a annoncé que 6 lycées d’enseignement général sont en construction à Grand Yoff, Ngor, Yoff, Sangalkam, Tivaouane Peulh et Pikine Dagoudane, de même que la réhabilitation des lycées de la région de Dakar.
S’agissant de la modernisation des Daaras, il promet que "tous les 64 daaras ciblés seront livrés entre février et octobre 2018". "Le curriculum de formation est en train d’être testé dans 10 daaras depuis 6 mois avec 18.731 enfants enrôlés", a-t-il ajouté.
"Entre 2012 et 2016 près de 132,6 milliards de FCFA ont été dégagés pour construire et équiper 9.538 salles de classe, 333 écoles élémentaires, 162 collèges de proximité, 21 lycées, 20 blocs scientifiques et technologiques et 12 daaras modernes", a dit le chef du gouvernement.
M. Dionne a rappelé que le gouvernement du Sénégal "promeut une école de la réussite, viable, stable et pacifiée, une école pour tous davantage orientée vers l’enseignement des sciences, du numérique et des technologique".
Le Premier ministre a laissé entendre que "cette expansion importante de la carte scolaire a conduit à un accroissement de 7.481 enseignants dans le public".
"Des mesures spécifiques ont aussi été prises pour renforcer la formation initiale, relever le niveau académique des recrutements et développer la formation continue", a-t-il assuré.
M. Dionne a relevé que "plusieurs actions ont aussi été menées pour la correction des disparités régionales par la construction et l’équipement de 200 nouvelles écoles élémentaires dans les 25 départements les moins scolarisés de notre pays et la construction de 49 collèges clés-en-main au niveau des zones frontalières".
Au chapitre des manuels scolaires, le chef du gouvernement a rappelé que "plus de 8,2 millions de livrets d’activités de français, de mathématiques et d’éducation aux sciences et à la vie sociale un coût de 10 milliards FCFA, ont été distribués gratuitement aux élèves de l’élémentaire".
SK/PON.APS

Commentaires

Le chef de l'Etat Macky Sall a fait les mêmes promesses pour l'Education Nationale en 2016 pour fin 2017 ...
Nous sommes fin 2017 et rien n'a été fait ??? Et la rentrée scolaire 2017-2018 a été plus que laborieuse dans de nombreuses écoles sénégalaises...
Avec une chute de 37% à 34 % d'enfants scolarisés au Sénégal :
D'un côté, par refus des directeurs d'établissement par manque de places ou de moyens.
De l'autre, par des parents de plus en plus précaires qui n'envoient plus tous leurs enfants à l'école.
Car, la scolarité mensuelle au Sénégal tourne autour de 15 €uros =10 000 francs cfa par enfant, par mois
plus 10 000 franc cfa = toujours 15 €uros, lors de l'inscription d'enfant à la rentrée scolaire
Soit 30 €uros à débourser, le premier mois et 15 €uros ensuite, tous les mois, par enfant, pour les familles nombreuses et/ou pauvres
Ceux sont souvent, les filles sénégalaises qui subissent aussi, la cherté de l'école et qui restent à la maison, aider leurs mères (c'est un autre sujet).
Dans les écoles privées, les prix montent et ne sont accessibles qu'aux familles privilégiées ou des familles aidés par des parrains souvent étrangers.
Pour souvenir, les mensualités de l'école privée Académica à Mbour étaient de 25 €uros par mois et par enfant, plus le bus aller-retour à payer...

A son tour, le premier Ministre MBA Dionne nous refile les mêmes promesses fin 2017 pour fin 2019...
Un espoir, de voir sortir de la misère dans laquelle est plongée l'instruction des enfants au Sénégal ???
Ou un enfumage de plus, qui se déplace d'année en année, sans aucune volonté et réalisations sérieuses ???

quand aux 8, 2 millions de livrets de Français, de maths et de SVT distribués ??? Comment savoir et contrôler, si c'est vrai ???
Lors de la venue du footballeur Lionel Messi au Sénégal... Youssou Ndour, encore ministre du tourisme avait annoncé le don de 5 000 moustiquaires à l'effigie du Barça-Quatar et leur distribution gratuite... Personne ne les a vu, les 5 000 Moustiquaires ???

Écrit par : issa gibb | 07/12/2017

Répondre à ce commentaire

J'ai donné dans une école élémentaire des fournitures scolaires a distribuer,mes invités étaient ravis de participer hélas j'ai arreté quand des enfants sont venus me dire qu'ils devaient payer pour avoir un stylo ou un cahier !!!!ne donnez rien dans les écoles ou distribuez vous memes aux élèves,c'est beaucoup plus sur...

Écrit par : maie | 07/12/2017

Répondre à ce commentaire

C'est tout à fait çà, les mêmes situations me sont arrivées au Sénégal... Tu offres des cahiers, des stylos, des crayons, des craies et des ardoises à l'école où tu as un ou plusieurs filleuls scolarisés et tu apprends la sale nouvelle que les professeurs revendent aux élèves, tes dons offerts gratuitement... Corruption, qu'en tu nous tiens !
La même histoire m'est arrivée en Tunisie, dans l'école du petit village perdu de Chenini... et au Maroc, les guides se gardaient tout, pour leurs gosses au lieu de le porter à l'école...

Aujourd'hui, j'envoie par colissimos, à chaque rentrée, le matériel scolaire aux enfants que je soutiens, en payant aussi les frais de douanes aux parents pour retirer les colissimos à la poste...
çà me coûte la peau des fesses...Mais, je suis sûr que les enfants ont leur matériel scolaire pour aller à l'école,
Surtout les filles qui iront à l'école si elles ont le matériel scolaire... Sinon elles restent à la maison pour aider les mères...
Et les enfants me disent qu'ils ont reçu leurs sacs à dos et leurs affaires scolaires au téléphone, ils me racontent leurs rentrées et le nom de leurs maîtres d'école... pour être bien sur qu'ils sont scolarisés et les cadeaux ne soient pas revendus par les parents, à leur tour... Chat échaudé, ne se fait pas prendre deux fois !
Par contre, les remerciements sont inexistants, il faut leur rappeler pour les obtenir, à chaque fois ??? Je n'ai jamais compris çà... Pour eux, recevoir des cadeaux ou du matériel scolaire pour aller à l'école... çà tombe du ciel et c'est normal... donc, aucun réflexe du "Merci"... Curieuses gens, curieuse éducation, curieuse civilisation ???

Quand au niveau scolaire : Au lieu de : "Bonjour, c'est moi Cheikh", je me retrouve avec un : " Bon jou, chiez moi Cheikh" dans une lettre de 3 lignes... par Cheikh, 14 ans en CM2.
Du grand niveau de l'Education Nationale Sénégalaise qui est en déliquescence permanente depuis l'Indépendance... Comme une non-priorité volontaire des gouvernements successifs (une jeunesse instruite se révolte) et aussi...avec une grosse partie des religieux et musulmans arabisants qui souhaitent la disparition du français et de l'enseignement du français au Sénégal...
Mais, c'est un autre sujet, pourtant bien réel et qui prend de l'ampleur dans la radicalisation du Sénégal, comme dirait l'autre !

Écrit par : issa gibb | 09/12/2017

Envole dans une école privée à la somone les dons de fournitures sont distribués au enfants gratuitement sans aucune contre partie

Écrit par : joelle | 08/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire