19/12/2017

LES CHIFFRES DU PAIN

8 millions de baguettes de pain consommées par jour au Sénégal

pain.jpg

Au total 8 millions de baguettes de pains sont consommées par jour au Sénégal, révèle le Directeur du Commerce extérieur, soulignant que ce chiffre montre à suffisance l’importance du pain dans la vie des Sénégalais.
Dans des propos rapportés par l’Observateur de ce lundi, Ousmane Mbaye explique que le Sénégal importe environ 600 000 tonnes de blé par an, rappelant la nécessité, pour l’Etat, de réguler la filière boulangerie, ‘’vecteur de cohésion et surtout de stabilité sociale’’.
Avec un chiffre d’affaires estimé à plus de 500 milliards de FCFA, avance-t-il, la filière boulangerie contribue de manière efficiente à booster l’économie du pays.
A cela, ajoute le Directeur du Commerce extérieur, la filière contribue à la création d’emplois indirects chiffrés à environ 40 000 dans tout le pays.
Les dernières statistiques montrent qu’il y a 1 797 boulangeries au Sénégal, dont près de 683 à Dakar, la capitale, et 200 dans la ville sainte de Touba (Centre) indique-t-on.
Mbaye déplore toutefois ‘’l’anarchie totale’’ notée ans le secteur de la boulangerie au Sénégal qui fait que les lois ne sont ni appliquées, ni respectées.
‘’Avec 150 frs l’unité, les boulangers payent les intermédiaires, donnent 45 frs aux vendeurs et se retrouvent avec 10 frs de bénéfices’’, explique Mbaye, rappelant qu’il y a des normes à respecter pour ouvrir une boulangerie.
Les acteurs de la filière boulangerie, organise les 18 et 19 décembre un conclave pour trouver des solutions pérennes aux difficultés de la filière boulangerie
Apa/africatime.com

Commentaires

Le riz, le pain : héritage coloniale.
faut faire avec

Écrit par : Ndiaye | 19/12/2017

Répondre à ce commentaire

Il y a le pain de singe aussi, typiquement "local"... Pas sûr que le riz soit un héritage colonial ! vérifiez vos infos...
Quant à manger du sable, bientôt il n'y en aura plus non plus, vu l'érosion côtière... Reste l'arachide et la noix de coco ! faudra faire avec ! Mais avec les revenus du pétrole et du gaz, vous pourrez vous rabattre sur le foie gras.
C'est de l'humour, évidemment...................

Écrit par : . | 20/12/2017

Bientot vous mangerez du sable ,il faudra faire avec

Écrit par : ?? | 19/12/2017

Répondre à ce commentaire

un peu de culture général..

"APERÇU HISTORIQUE
Traditionnellement, ce sont les cultures de décrue qui étaient pratiquées dans la vallée du fleuve
Sénégal, et non la riziculture irriguée.
Les germes des grands aménagements hydroagricoles, qui deviendront le prototype de la mise en
valeur de la zone sahélienne et canaliseront la majeure partie de l'aide internationale dans cette
zone, remontent au siècle dernier'. En effet, les premières expérimentations de riziculture irriguée
sont menées entre 1824 et 1826 par le jardinier-pépiniériste Richard TOLL, dans le cadre de la
mission de colonisation agricole du baron ROGER. Mais la priorité est alors donnée au
développement des cultures d'exportation, coton, indigo et surtout arachide, qui bénéficient de primes
à la production. Ce n'est que plus d'un siècle plus tard que le gouvernement colonial commence à
se pencher sur le potentiel céréalier de la zone."

"Le Sénégal est historiquement le premier pays de l'Afrique de l'Ouest à avoir importé des quantités
importantes de riz. Ces importations, que l'administration coloniale pouvait se procurer à faible prix
en Indochine, sont clairement liées au développement de la culture arachidière pour l'exportation."


https://agritrop.cirad.fr/326769/2/document_326769.pdf

Écrit par : Ndiaye | 20/12/2017

Répondre à ce commentaire

Etonnant l'importance qu'a prit le pain dans l'alimentation sénégalaise pour un pays qui ne produit pas de blé.

Écrit par : Tiocan | 20/12/2017

Répondre à ce commentaire

C'est la faute des colons,faut faire avec n'est ce pas!!!! ou alors fermer la frontière pour qu'enfin ils puissent vivre HEUREUX

Écrit par : chees | 20/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire