24/12/2017

LE TOURISME DES LOCAUX

La promotion du tourisme interne "reste faible" au Sénégal

dyn005_original_600_450_jpeg_2520752_bd58cf842864e02d6af7be50204f568f.2.jpg

DakarLa promotion du tourisme interne est "encore faible" au Sénégal a soutenu, samedi à Dakar, le directeur général de l’investissement et de la promotion touristique (DIPT), Amdy Sène.
"Les retombées du tourisme local au Sénégal tournent autour de 32,6%, celles du tourisme international sont de 54% et celles du tourisme d’affaires à 63,8%", a dit M. Sène qui intervenait à un panel sur le thème : "le Sénégal à l’heure de la promotion du tourisme interne", à la Foire internationale de Dakar (FIDAK).
Selon lui, le patron de la DIPT, "le Sénégal présente plusieurs atouts aux plans climatique, économique, social, culturel, politique et infrastructurel, favorables au développement de l’activité touristique".
"La décentralisation et la territorialisation des politiques publiques sont également des opportunités certaines pour le développement du tourisme" a analysé Amdy Sène.
Parmi les nombreuses stratégies nécessaires au développement du tourisme local, M. Sène a listé la promotion d’une politique de distribution à travers la baisse du coût des factures de production durant la saison.
"Pour une bonne relance du tourisme interne au Sénégal, il faudra surtout mieux organiser le développement du tourisme social et associatif en impliquant les écoles et la presse également", a-t-il fait valoir.
M. Sène a noté que "la promotion du tourisme suppose un dialogue permanent entre les secteurs privés et publics qui sont appelés à apporter des solutions durables".
"La demande potentielle pour le développement du tourisme interne est réelle. Il faut un recentrage de la communication de manière à inciter les résidents", a-t-il ajouté.
Pour sa part, le directeur général de l’Agence nationale de promotion touristique, Bamba Mbow a estimé qu’""il faut changer la perception que les concitoyens ont sur le tourisme interne".
Pour M. Mbow, "il est impérieux d’amener les citoyens sénégalais à s’approprier du tourisme local en menant des actions permanentes et non sporadiques".
AMN/PON/aps

Commentaires

On compte : 32,60 % pour le tourisme local + 54 % pour le tourisme international + 63,80 % pour le tourisme d'affaires = 150,40 % ???
Toujours, le problème des chiffres, du fonctionnement des pourcentages et des statistiques, pour les journalistes au Sénégal...

Quand au développement du tourisme local au Sénégal ???
A part, les nouveaux riches ou les mafieux de Dakar qui viennent se pavaner dans leurs 4X4 rutilants d'arrivisme, au Casino de Saly et dans les beaux hôtels de la Petite Côte où ils ne saluent fièrement personne... Le peuple sénégalais entre 90 à 95 % dans le seuil de pauvreté, avec encore des cas de misère extrême au XXIème siècle, ne peut avoir accès au tourisme local, trop occupés à survivre, ne faisant plus qu'un seul repas par jour, pour de nombreuses familles et envoyer péniblement 1 ou 2 enfants de la famille à l'école, faute de tout...

Par la faute, des religieux Cadillac milliardaires qui tiennent leurs fortunes des colons qui leur ont laissé toutes les industries arachidières, huileries, pêcheries et transformation du poisson, phosphates et cimenteries, à leur départ... Tous leurs patrimoines, reçus gracieusement par les colons qui sont aujourd'hui honnis pour expliquer la misère du peuple, sont des revenus sans partage par quelques familles religieuses arabisantes soufies et entretenus avec l'exploitation esclavagiste des enfants talibés, dans et en-dehors du pays dans une abjecte traite négrière d'enfants, en toute impunité...
Par la fautes, des politiques et des gouvernements sénégalais successifs laxistes et irresponsables, indifférents aux souffrances des enfants talibés et à la misère du peuple sénégalais, trop occupés à leurs enrichissements personnels, le plus rapidement possible, par des pots de vin affairistes, dans le détournements de toutes les aides et les subventions internationales et dans une corruption généralisée de l'administration sénégalaise que même l'Office de la lutte contre la corruption sénégalaise reconnait et à laquelle, elle donne la Palme d'Or de la corruption en Afrique...
Avec en prime, le jeu favori des policiers et des gendarmes sénégalais qui passent leur temps, à racketter leurs propres frères et les derniers touristes, sur les routes du pays...

Alors, dans ces conditions, le tourisme local pour le petit peuple, les "sans dents" de la misère et de l'immobilisme africain, a encore de très longues années à attendre, avant de se développer...Tant qu'une poignée d'individus monopolise toutes les ressources du pays et exploite la majorité des pauvres laissés volontairement dans la misère, l'ignorance et la soumission religieuse et tant que la corruption restera endémique au Sénégal....
Quand au tourisme étranger, comme ils disent.... On a très bien compris, que ce n'est plus une priorité gouvernementale... Qu'il y a une volonté de chasser les toubabs du Sénégal, liée à une radicalisation galopante du pays... Que les interventions des politiques sur le tourisme ne sont que des enfumages annuels répétitifs pour ne rien faire et cacher le problème de la radicalisation du Sénégal... Ou comment, le Sénégal s'est tiré et continue à se tirer des balles dans les pieds !

Écrit par : issa gibb | 24/12/2017

Répondre à ce commentaire

D’accord sur quasiment tout, il y’a quand même une petite classe moyenne, non mafieuse et gagnant honnêtement sa vie, sans compter la diaspora qui séjourne régulièrement au pays, qui peuvent se payer quelques semaines de vacances, comment développer une classe moyenne sans entrepreneurs locaux? Vous résumez parfaitement les maux sénégalais tenus par l’abrutissement religieux, une Mafia religieuse, qui tient à ses privilèges mais qui reste un rempart efficace contre l’extremisme islamique notamment. Ce peuple est maintenu dans l’incrédulité religieuse et l’ignorange, même si tout le monde fait semblant de croire, il y a beaucoup d’hypocrisie .
Le plus cynique est l’exploitation des talibés depuis si longtemps dans l’indifférence générale!!!! Les élites qui méprisent leur peuple, un peuple amorphe qui perd ses meilleurs fils et filles chaque génération !!!
On dort depuis trop longtemps !!!

Écrit par : Mbodienois | 25/12/2017

D’accord sur quasiment tout, il y’a quand même une petite classe moyenne, non mafieuse et gagnant honnêtement sa vie, sans compter la diaspora qui séjourne régulièrement au pays, qui peuvent se payer quelques semaines de vacances, comment développer une classe moyenne sans entrepreneurs locaux? Vous résumez parfaitement les maux sénégalais tenus par l’abrutissement religieux, une Mafia religieuse, qui tient à ses privilèges mais qui reste un rempart efficace contre l’extremisme islamique notamment. Ce peuple est maintenu dans l’incrédulité religieuse et l’ignorange, même si tout le monde fait semblant de croire, il y a beaucoup d’hypocrisie .
Le plus cynique est l’exploitation des talibés depuis si longtemps dans l’indifférence générale!!!! Les élites qui méprisent leur peuple, un peuple amorphe qui perd ses meilleurs fils et filles chaque génération !!!
On dort depuis trop longtemps !!!

Écrit par : Mbodienois | 25/12/2017

Bravo !!!
Comme bien souvent ,extrêmement bien résumé Mr Issa
Et pour faire encore plus court :
Quasiment tous pourris !!!!

Écrit par : Yvesbzh | 24/12/2017

Répondre à ce commentaire

Oui Issa a parfaitement raison. Et on ressent très fortement la radicalisation religieuse. Il n'y à qu'à "énerver" Un peu une simple connaissance en lui parlant des Marabouts ou du problème des Talibés pour s'entendre traité de colonialiste qui vient ici pour exploiter les gens et s'envoyer en l'air avec toute les Sénégalaises. Et l'instant d'avant il vous disait "on est ensemble " j'ai entendu ce langage maintes fois. Oui ce pays se radicalise rapidement sur le terreau de la misère de l'immense majorité de la population

Écrit par : Le chaman | 24/12/2017

Répondre à ce commentaire

Ils font croire qu'ils font ce qu'il faut pour le tourisme ,pour toucher des rhalis en fait c'est bien de l'enfumage,mais sans aide de l'extérieur ils retourne 50 ans en arrière

Écrit par : eddy | 24/12/2017

Répondre à ce commentaire

Les familles qui vivent tant bien que mal au jour le jour n'ont sans doute jamais envisagé de faire du tourisme local ! Certains jeunes gens, filles et garçons, nés et vivant près de Mbour, n'ont jamais mis les pieds à Dakar !!! pour eux, c'est déjà le bout du monde...

Écrit par : Xx | 25/12/2017

Répondre à ce commentaire

Comme résident j'aimerai visiter le Sénégal en dehors des chemins battus mais c'est mission impossible,nous ne sommes pas tranquilles, toujours des casse-pieds a nos basques,et les flics nous racket,on ne peut donc pas du tout compter sur eux pour la sécurité,pourtant nombre de petits villages seraient content de voir la couleur de nos khalis,cela ls aideraient surement plus que pour ces foutus antiquaires,et ces foutus guides bidons qui nous harcèlent

Écrit par : maie | 26/12/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire