25/12/2017

BOOSTER LE TOURISME CULTUREL

Des universitaires sénégalais appellent à subordonner l’offre touristique à la demande culturelle

cercles-megalithiques-senegambiens-bou-el-mogdad.jpg

Les professeurs Hamady Bocoum et Ibrahima Wane ont appelé, samedi à Louga, en marge de la 10e édition du festival national des arts et cultures (Fesnac), à subordonner l’offre touristique à la demande culturelle.
Selon Hamady Bocoum, directeur général du Musée des civilisations noires, "les sites et monuments culturels dont certains sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, sont des produits d’appel importants pour le tourisme".
M. Bocoum qui intervenait lors du colloque du Fesnac sur "la culture et l’émergence des territoires" a fait remarquer que "le tourisme est moribond malgré les efforts de l’Etat, nous avons un tourisme saisonnier".
Le directeur général du Musée des civilisations noires propose des circuits touristiques à travers les sites du patrimoine matériel du Sénégal à offrir aux tours opérators.
"Ce sera un circuit de découverte de Dakar et ses régions allant de la géologie de la presqu’île du Cap-vert vers les Aéropostales à Saint-Louis en passant par les pays Bassari, le kankourang à Ziguinchor et Mbour, et aussi l’île Carabane, le Delta du Saloum, etc.", a-t-il expliqué.
Pour M. Bocoum, les acteurs, les élus locaux et l’administration doivent y travailler.
Le professeur Ibrahima Wane de la faculté de Lettres et Sciences humaines de l’UCAD a lui appelé à "réveiller" le patrimoine immatériel comme les "fanals", les "kassak", etc.
"Il faut mettre en valeur les figures incarnant le patrimoine immatériel comme Kocc Barma, Samba Diabaré Samb, etc.", a-t-il souligné.
Mais Ibrahima Wane a également insisté sur "la transmission de ce savoir".
Pour sa part, le gouverneur de Louga, Alioune Badara Mbengue a invité les détenteurs du savoir traditionnel à "écrire pour facilité cette transmission du savoir".
PON/APS/Fatou Kiné Sène

Commentaires

Encore des doux rêveurs, les professeurs Bocoum et Wane, dans leurs bulles universitaires, n'ont vraiment rien compris aux problèmes du tourisme au Sénégal, tout en reconnaissant son agonie...
Comment "subordonner l'offre touristique à la demande culturelle" et faire découvrir le magnifique du Sénégal aux touristes comme le fleuve Sénégal, le pays Bassarri ou le delta du Saloum, en sortant de la liste, Dakar, trop grouillante, trop sale, polluée et trop contaminée de mendicité et de corruption...

Alors que le tourisme au Sénégal a été ruiné par le comportement même des sénégalais envers des touristes... La cherté de la destination qui n'est pas pas à la hauteur de l'accueil des touristes, avec des plages dévastées, des ordures omniprésentes dans tous les coins, s'ajoutant au non-respect et aux harcèlements incessants des touristes, avec des petits escrocs à la semelle et les paroles anticoloniales et racistes qui sont légions...Plus, la vision de l'abjecte traite négrière des enfants talibés, petits mendiants esclaves d'une soi-disante culture socio-religieuse qui ne trompe plus personne et qui classe le Sénégal comme pays esclavagiste d'enfants, indigne à fréquenter...

Auxquelles s'ajoutent, les bras cassés, les politiques et les ministres successifs du tourisme qui ont eux aussi, ruiné le tourisme...
En commençant, par Madame Viviane Wade et sa volonté de chasser les touristes du Sénégal pour des raisons encore inconnues ??? Suivi par l'absurde Visa de Youssou Ndour très vite démissionnaire pour repartir chanter, mais la mesure a fait un très grand mal au tourisme qui aura du mal à s'en relever, malgré son retrait... Il y a eu, la trop fière Ndoye Seck, incapable de se concerter avec les professionnels du secteur touristique et qui n'a géré le tourisme que par décrets...Avec son énorme mensonge des 1 million 600 000 touristes au Sénégal en 2016 qui en a énervé beaucoup... Puis, est arrivé en 2017, le poète du tourisme, l'as de l'enfumage de masses, Mame Mbaye Niang... Personnage politique ignorant la géopolitique, la géographie et les capitales africaines ??? Qui vend la destination Sénégal pour sa grande variété d'animaux sauvages ??? Et qui veut assainir le tourisme au Sénégal, sans hôtels 5 étoiles ??? Sauf à Pointe Sarène, pour détruire cette réserve naturelle avec l'aide de la Sapco et son pdt Bocar Ly qui s'est montré incapable à sauver le fort potentiel touristique de Saly et le ré-ensablement des plages, depuis des années, malgré les enveloppes internationales prévues à cet effet, en 2012, 2013, 2014, 2015, et 2016...Où comment le fric disparait dans l'inutile Sapco ???

Enfin, on ne peut plus ignorer la radicalisation galopante du Sénégal et la volonté des marabouts et des religieux confrériques arabisants musulmans du Sénégal, qui espèrent la fin du tourisme étranger et le départ des derniers résidents toubabs du Sénégal... Avec leurs accueils, des rigoristes frères musulmans égyptiens qui ont fui la répression du Général Sissi en Egypte et les Wahhabites et Salafistes saoudiens qui construisent des mosquées à chaque carrefour pour embrigader la jeunesse et voiler les fillettes à partir de 3 ans dans leurs écoles coraniques où on enseigne la haine du mécréant infidèle occidental, responsable de la misère du Sénégal ??? Le plus malheureux, c'est que les pauvres gosses sénégalais commencent à les croire et s'enfoncer dangereusement dans la radicalisation...

Oui, pour le pays Bassarri ou le delta du Saloum... Mais avec le non-respect des touristes, la politique hypocrite inexistante gouvernementale, la radicalisation du Sénégal et sans changement de comportements de l'ensemble des sénégalais envers les touristes étrangers, les professeurs Bocoum et Wane peuvent toujours rêver d'un tourisme culturel au Sénégal...
Et on rêvera avec eux, à ces perles du Sénéga ... Ailleurs, moins cher, tranquilles, respectés et sans petits talibés esclaves... La Honte du Sénégal !

Écrit par : issa gibb | 25/12/2017

Répondre à ce commentaire

D'accord, Issa, nous savons tous ça, ici.
Mais il faut reconnaître que l'idée est intéressante. La clientèle de cette niche est différente de celle du tourisme de masse. Ce qui fait que dans le cas(...) où cette idée se concrétise, il n'y aura pas foule. Mais ça pourrait amorcer quelque chose.
Il y a d'ailleurs d'autres initiatives, des gens qui viennent dans des eco - villages.
Enfin, comme dans les 2 cas on est loin du tourisme populaire de masse, ça restera confidentiel, si on peut dire.

Écrit par : rico | 25/12/2017

Écrire un commentaire