04/01/2018

LA SAPCO CHANGE DE TÊTE

Jeu de chaises musicales: Bocar Ly n’est plus le directeur de la Sapco

26195959_1653597101350573_8810550348099186680_n.jpg

La société d'Aménagement et de Promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal a un nouveau directeur général. Maître Aliou Sow, avocat, remplace Bocar Ly à la tête de la Sapco. Mr LY est nommé président du conseil de surveillance de l'Agence sénégalaise pour la promotion touristique (ASPT).
nianinginfo.com

Commentaires

Son sourire va probablement être d’une aide au retour des touristes.

Écrit par : Reyser | 04/01/2018

Répondre à ce commentaire

Peu convaincant à la SAPCO, il est nommé Président du conseil de surveillance de l'ASPT ! mazette !

Écrit par : Xx | 04/01/2018

Répondre à ce commentaire

Normal que Bocar fasse la tête sur la photo :
La liberté et la suprématie de l'incompétence magnifiée s'arrête, ainsi que la baisse du salaire de Président de la Sapco pour celui de Président de l'ASPT avec des contrôles incessants du jeune bouillonnant ministre du Tourisme Niang qui le tiendra responsable de la non-relance du tourisme au Sénégal dans tous ses rapports au Président Macky Sall quand ce dernier s'inquiétera de cet état de fait, malgré les efforts de construction du nouvel aéroport AIBD et les autoroutes...
Un cadeau empoisonné par Bocar...Finis les pots de vins, les passe-droits, les postes et les enveloppes pour les copains... Adieux les dessous de table pour la destruction de Pointe Sarène... Adieux les détournements des subventions internationales pour les digues et la restauration des plages à Saly et ailleurs... Pour arrondir ses fins de mois difficiles ???
Relégué à la promotion du Tourisme... Bonjour les emmerdements, si le tourisme ne repart pas... Il pourra toujours demander à Youssou Ndour de chanter gratuitement en souvenir de ses largesses passées pour les concerts du chanteur-conseiller de la Présidence.... Ou demander aux marabouts de remuer leurs gris-gris et cracher sur des cailloux pour faire revenir les touristes...
Pas de quoi faire la gueule ! Il y tellement plus de misère au Sénégal... Mais, je peux le comprendre... La roue tourne !

Écrit par : issa gibb | 04/01/2018

Répondre à ce commentaire

Ah Issa comme ces choses là sont bien dites et partagées par bon nombre d'entre nous. Oui la roue tourne! Elle ne fait que touner d'ailleurs. Jamais elle ne s'arrête pour se poser des questions et voir la bonne direction. Mais une roue tourne sur elle même!

Écrit par : Le chaman | 04/01/2018

Répondre à ce commentaire

depuis des années, Sapco et Mairie à Saly ne font rien de bon Saly est indiscipliné et sale, le code la route n'y existe pas ,phares cassés avant et ou arrières bouchon du réservoir, un chiffon ou un gobelet et autres détériorations, sur ces voitures, il n'y a pas de controle technique, chauffeur au téléphone..des voitures garées sur les trottoir, des dépassements par la droite ou dans les carrefours Dans Saly, ordures et débris de construction partout? des routes ou morceaux de route ne sont pas balayés ou le sable balayé est versé sur le bord de la route et non évacué.La propreté et l'ordre sont loin d'être EMERGENT, le mot très à la mode au Sénégal.

Écrit par : jacobus | 04/01/2018

Répondre à ce commentaire

"La roue tourne" .....
Effectivement une erreur est toujours possible ,mais le changement des ministres et sous ministres devient une plaie pour ce pays ,car comment expliquer la valse des "erreurs de casting" sans que cela ne finisse par affaiblir .....son chef ?

Écrit par : oyster | 05/01/2018

Répondre à ce commentaire

Si chef il y a ,il ferait bien de se prendre par la main et de venir constater par lui meme la dégradation de Saly,ce n'est pas en faisant des visites officielles et en faisant confiance a ses sbires qu'il fera avancer les choses!!!!ils ne savent que blablater et se montrer et bien sur se remplir les poches...Et la mairie de Saly est inerte,il est grand temps de changer de personnel,trop longtemps qu'ils magouillent tous ces gens qui ont les postes clés de la mairie

Écrit par : eddy | 06/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire