09/01/2018

N'AYEZ PLUS PEUR D'ALLER EN CASAMANCE

Attaque meurtrière à Baffo : Mame Mbaye Niang rassure les touristes et accuse une «bande délinquants » (communiqué)

26731137_864888543681995_8763768642990905581_n.jpg

Le samedi 6 janvier 2018, vers 16h30 locales, des populations de l’arrondissement de Niaguis, Département de Ziguinchor dans la partie Sud du Sénégal (855 km de Dakar), ont fait l’objet d’une attaque armée dans la forêt de Borofaye.
Cet acte d’une rare barbarie a occasionné la mort de treize (13) jeunes hommes et sept (7) blessés par balles, dont un grièvement.
Une semaine avant ce drame, le président de la République avait lancé un appel solennel pour une paix définitive en Casamance, sans vainqueur ni vaincu.
Et depuis juillet 2015, dans le cadre de la relance des activités économiques dans la région, plus particulièrement le tourisme, une loi permet aux entreprises du secteur établies dans la zone de bénéficier d’exonérations fiscales et douanières.
Preuve du retour effectif de la paix, la Casamance n’est plus classée zone à risque par la France, premier pays pourvoyeur de touristes au Sénégal, depuis octobre 2016.
L’assassinat de 13 de nos compatriotes samedi dernier est un acte isolé, dernière convulsion de bandes de malfaiteurs, délinquants de droit commun, voulant semer le chaos pour s’adonner à toute sorte de trafics.
Nous ne sommes pas en présence d’une rébellion, mais d’éléments isolés s’adonnant au grand banditisme et qui seront bientôt appréhendés et traduits devant les tribunaux.
Se joignant à l’ensemble du Gouvernement pour demander à ne point céder à la peur, le Ministère du Tourisme rassure les populations, les professionnels du Tourisme, les tour-opérateurs et les amoureux étrangers comme locaux de cette magnifique région.
L’ordre et la sécurité y règnent et continueront d’y régner afin que les privilégiés qui la visitent, accueillis par l’hospitalité légendaire des habitants, puissent toujours y contempler, en toute quiétude, la belle diversité qui a fait sa réputation.
Ministère du tourisme

Commentaires

La différence reste dans le fait que le gouvernement SENEGALAIS peut mettre la main sur ces assassins ,et, qu'ils ne peuvent plus venir sous la protection de YAYA !

Écrit par : oyster | 10/01/2018

Répondre à ce commentaire

S'ils ne peuvent plus se réfugier en Gambie, il reste qu'ils pourront toujours aller en Guinée Bissau très près de la zone du massacre.

Écrit par : zeyna56 | 11/01/2018

M. Le Ministre n'a toujours rien compris. Il faut arrêter de parler de rebelles, à l'heure actuelle les gens qui ont perpétré ce meurtre sont plus dangereux que les anciens membres du FMDC. D'autre part M. Le
Ministre comme beaucoup d'autres hommes politiques sénégalais, n'a toujours pas compris que détruire la forêt casamançaise fera mourir le tourisme. Sans forêt plus de couvert végétal, plus de verdure, plus de pluie = la Casamance n'aura plus aucun attrait puisqu'elle ressemblera au Nord du Pays

Écrit par : DALLA POZZA | 11/01/2018

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord avec vous.
Ne plus avoir peur d'aller en Casamance?
Entre le sud de la Casamance qui est en train de redevenir une zone instable et au nord le projet d'exploitation du Zircon qui va bousiller les plages, c'est sûr que les touristes ne vont pas se précipiter.

Écrit par : zeyna56 | 11/01/2018

De toutes façons toutes les zones ou règnent la contrebande que ce soit le bois l'ivoire ou l'or sont des zones très dangereuses ou il ne faut pas se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

Écrit par : zeyna56 | 11/01/2018

Répondre à ce commentaire

Qu'ils arrivent tout d'abord à arrêter ces "malfaiteurs délinquants" (mots un peu faibles) , plutôt : ces bandits assassins ou ces trafiquants meurtriers ou ces rebelles tueurs...
Et on reparlera plus tard, du tourisme en Casamance... parce que çà ne donne pas envie d'y aller... en Casamance....
Quand à la déforestation de la Casamance, il ne faut pas que la mort de 13 jeunes sénégalais tourne à l'hypocrisie du "on ne savait pas"
Depuis des années, Haidar El Ali dénonce la déforestation de la Casamance et le trafic de bois rares par la Mafia Chino-Mouride avec la bénédiction du dictateur gambien Yaya Jammeh.
L'année dernière, le Ministre des Armées, Augustin Tine est venu en personne, constaté les dégâts de la déforestation en Casamance et une force de surveillance des forêts avait été annoncée, avec tous les convois de bois contrôlés... Combien de temps, çà a duré ???? L'arrivée au pouvoir en Gambie d'Adama Barro avait donné un espoir, vite émoussé et déçu....
Aujourd'hui, avec 13 morts assassinés, on redécouvre l'existence la déforestation de la Casamance, le trafic des bois rares et les groupes armés de trafiquants ???
L'Hypocrisie a un tel niveau quand il y a 13 jeunes morts assassinés, est à gerber, de la part des autorités sénégalaises...
Les pourparlers de paix pour qu'il n'y ai ni vainqueur, ni vaincu, paraissent bien dérisoires quand on se retrouve avec 13 morts et 6 blessés, en Casamance
Trop habitués à enfumer les électeurs, les masses et le peuple sénégalais, ils ne savent plus quand on doit se taire ou dire la stricte vérité... Triste et Lamentable !

Écrit par : issa gibb | 12/01/2018

Répondre à ce commentaire

Sans moi

Écrit par : linlin | 12/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire