13/01/2018

QUI A DEZINGUE AÎDAR !!?!

Salif Sadio denonce: « Ali Aïdar a été limogé , parce qu’il protégeait la forêt Casamançaise »

1024-PMAD-MALI.jpg

La dilapidation des ressources forestières en Casamance évolue et sans répit en dépit de tous les effets d’annonce du gouvernement du Sénégal de juguler le mal par la racine.
Une situation de désolation indescriptible de l’agonie des forêts casamançaises ne dédouane ni les Autorités étatiques ni le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC).
Même si ces derniers se rejettent la responsabilité, ils doivent avoir conscient que la « Verte Casamance » flirte désormais avec le désert qui est aux portes de la Gambie.
La destruction des ressources forestières en Casamance a atteint le seuil de non retour. Toutes les nuits des centaines de charrettes entrent dans la forêts et en ressortent avec des troncs d’arbre sous le regard impuissant des populations. Et malgré l’incinération de 120 charrettes à Diarone sur la route nationale numéro 5 en présence des autorités locales et des Ministres des forces armées, de l’intérieur et de l’environnement, la situation n’a point évolué.
Ainsi la quasi-totalité des réserves forestières casamançaises sont menacées de disparition. La « Verte Casamance » flirt désormais avec le désert qui est aux portes de la Gambie.
D’après une universitaire américaine, spécialisée dans la surveillance de l’évolution des forêts, la forêt casamançaise est passée entre 2010 et 2015 de 40.000 ha à 30.000 ha soit une perte de 10.000 ha en moins de 5 ans.
Des statistiques qui font froid au dos et qui ont poussé l’État à impliquer l’armée dans la bataille. Dans son interview, le Lieutenant des Eaux et forêts de Bignona, Younouss Diédhiou a salué la décision du chef de l’État d’impliquer l’armée dans le combat, de recruter 200 forestiers dont 15 pour Bignona. « C’est précisément au nord de Bignona où on note la recrudescence de ce phénomène.
Cette zone est contrôlée par des bandes armées qui sont fortement impliquées dans l’exploitation du bois créant ainsi des zones inaccessibles », fait savoir le lieutenant Diédhiou.
Mais une thèse balayé d’un revers de main par le chef de « Atika » de la branche armée du MFDC, Salif Sadio. « Le MFDC ne peut pas lutter pour la sauvegarde des intérêts de la Casamance et parallèlement entreprend un programme de destruction des richesses de la Casamance. C’est abject et ça n’a pas de sens » rétorquera-t-il à ceux qui accusent les combattants du MFDC de pillage des forêts casamançaises. A l’en croire, « C’est à l’État du Sénégal de fournir des explications aux populations ». « Je m’en veux pour preuve l’affaire des camions de Caparan.
Le chef de ce village avait arrêté des camions chargés des troncs d’arbres en partance pour la Gambie et il était allé avertir l’armée basée à Tendième qui a réagi aussitôt. Mais au bout de quelques heures, l’ordre est venu de Dakar les ordonnant de libérer les camions immédiatement », a dénoncé Salif Sadio.
Et le chef de « Atika » de dire, »Dites-nous si c’est le MFDC qui a ordonné la libération des camions ». « Pourquoi le ministre Ali Aïdar a été destitué, parce qu’il fait un excellent travail en Casamance », révélera M. Sadio. Pis, alertera l’ancien de l’Environnement Ali Aidar, « Tous les jours ce sont des dizaines de camions qui quittent la Casamance pour Dakar ou la Gambie sous la bénédiction des gens placés au plus haut sommet de l’État ».

Malamine SANE/BIGNONA/senpresse.net/setal/net

Commentaires

Qui a dézingué Haîdar El Ali ?
Ceux sont les mourides qui ont eu la tête de Haidar El Ali, courageux Ministre de l'Ecologie qui dénoncait depuis plusieurs années, la déforestation de la Casamance...
Haidar El Ali dérangeait le trafic du bois des mourides pour la mafia chinoise pour les bois rares, pour faire toujours plus de fric, au détriment de la Casamance.
Les rebelles de Casamance pratiquaient aussi ce trafic pour alimenter leur rébellion avec la protection du dictateur gambien Yaya Jammeh qui profitait aussi de pots de vin sur ce trafic de bois rares ... Un gros trafic bien huilé et bien hypocrite avec un Etat sénégalais bien silencieux sur le trafic mourido-chinois d'un côté qui ont eu la tête du ministre Haidar El Ali et la rébellion casamançaise aidée par le dictateur gambien de l'autre, pour faire chier Macky Sall.
En 2016, quand les dégâts de la déforestation de la Casamance sont apparus sur les photos et les vidéos avec vues du ciel, dans un journal anglais et sur Internet, l'Etat Sénégalais qui avait déjà viré Haidar El Ali s'est enfin indigné ??? Face à la réaction des écologistes mondiaux pour cette déforestation sauvage de la Casamance...
Il a envoyé le ministre des armées, Augustin Tine en Casamance, constater bien tardivement les dégâts... Un peloton de militaires sénégalais pour la surveillance des forêts en Casamance a été déployé et les contrôles des camions transporteurs de bois ont été, quelques temps, contrôlés...
L'arrivée au pouvoir du nouveau président gambien Adama Barro a fait croire aussi à un sursis pour la déforestation de la Casamance voisine...Mais le dictateur Yaya Jammeh est parti avec la caisse gambienne et le pays est ruiné, le trafic du bois de Casamance est reparti...
En 2017, L'Etat sénégalais est accusé, à son tour dans un article, d'être parti prenante du trafic de bois rares de la Casamance, de toucher de belles enveloppes pour fermer les yeux ou de signer trop facilement les transports de bois ou de fermer les yeux dans toutes les strates de l'administration sénégalaise en touchant des pots de vins sur le trafic mourido-chinois, au passage...
Mais de l'autre côté, les rebelles de Casamance voient leurs ressources diminuer, leur protections se détruirent et le trafic mourido-chinois est devenu un concurrent direct et plus hypocritement, un vol de leurs ressources avec destruction de leur région, alors qu'ils font la même chose pour financer leur rébellion et pour survivre...
Résultat de la situation : Parce qu'on n'a pas écouté Haidar El Ali à temps, on se retrouve avec 14 morts et 5 blessés dans le camp des trafiquants de bois de la mafia mourido-chinoise tolérée par l'administration sénégalaise... Les assassins sont traités de simples "Bandits" par les autorités sénégalaises pour ne pas entraver la bonne marche des pourparlers de paix en Casamance ??? Incapables d'appeler un chat, un chat... Après l'Hypocrisie de tous les protagonistes du trafic des bois rares en Casamance, nous voici, dans le mensonge d'Etat :
Car on n'envoie pas l'armée avec des armes lourdes pour arrêter de simples "Bandits", on envoie la police ???
Des rebelles ne tuent pas des jeunes qui ramassent du bois pour faire la cuisine et manger ???
Ceux sont les rebelles-trafiquants de Casamance qui ont tiraient et tuaient ces 14 jeunes sénégalais en train de couper du bois pour le compte de la mafia mourido-chinoise avec la complicité silencieuse de l'administration sénégalaise corrompue à laisser détruire les forêts de Casamance... Par leur triste tuerie, les rebelles de Casamance ont mis un terme à la déforestation de leur région, pour un moment... En défendant leurs ressources de leur rébellion, ils ont peut être inconsciemment avec Leurs meurtres, alerté le Monde que la déforestation de la Casamance continuait avec la bénédiction cachée de l'Etat Sénégalais, corrompu à détruire son propre pays ???
Qui sait ??? What's the question ??? With 14 murders !

Écrit par : issa gibb | 14/01/2018

Répondre à ce commentaire

Merci, tout est dit....

Écrit par : Capskir | 14/01/2018

Il faut que AIDAR soit au gouvernement !

Écrit par : oyster | 14/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire