03/02/2018

LA FRANCE AU SENEGAL

Olivier Serot Almeras, consul général de France à Dakar : « 50% des Français recensés au Sénégal sont des binationaux »

fa14aa17dfa5ec35920318935a71ff1f_XL.jpg

La communauté française, toutes origines, racines et parcours confondus, est bien intégrée dans le tissu sénégalais.
25 000. C’est le nombre de Français établis au Sénégal. 20 000 sont exactement inscrits aux registres consulaires. Ce chiffre, en augmentation constante, ne prend pas compte les nombreux Français de passage au Sénégal comme les hommes d’affaires et les touristes. « Il s’agit véritablement de la première communauté française de l’Afrique sub-saharienne », précise le consul général de France à Dakar. Olivier Serot Almeras fait remarquer par ailleurs que « 50 % des Français inscrits au Consulat de France » sont des binationaux. C’est un chiffre qui entre dans un contexte bien particulier. En effet, la communauté française, toutes origines, racines et parcours confondus, est « remarquablement bien intégrée » dans le tissu sénégalais. Deux facteurs, selon Olivier Serot Almeras, expliquent ce solide ancrage au Sénégal. D’abord, dit-il, il y a trois siècles d’une histoire commune avec ses évolutions, ses rebonds et ses cercles concentriques. Ensuite, l’amour qu’ont les Français de la terre du Sénégal. « Un Français qui arrive ne s’installe pas par hasard au Sénégal. Il y vient pour nourrir un projet et développer un lien », poursuit le consul général de France à Dakar. Aujourd’hui, rappelle-t-il, il y a toute une génération de Français ou de Franco-Sénégalais élevés en France, éduqués en France et qui rentrent au Sénégal afin de participer au développement et à la croissance de leur pays d’origine. Ces Français qu’Olivier Serot Almeras qualifie de « courageux, volontaires et passionnés ». La très grande majorité de ces Français vit dans la région de Dakar. On les retrouve aussi le long du littoral, à Saint-Louis, à Podor à Kédougou et à Mbour. Plus précisément à Saly, zone balnéaire, qui se positionne pour être le premier abri des Français au Sénégal. On y a recensé près de 2.000 Français. Un nombre qui ne cesse de croître. « Notre communauté établie à Saly croît de façon significative, pour avoisiner les 2.000 personnes, dont bon nombre de retraités, qui ont fait le choix de la douceur de la Teranga », confie le diplomate Almeras. Saly bénéficie ainsi de l’appel d’air opéré par l’ouverture de l’Aéroport international Balaise Diagne (Aibd) et du prolongement de l’autoroute.
« Le maillage de la communauté française sur le territoire sénégalais s’explique assez facilement par la diversité des secteurs professionnels dans lesquels elle opère, de l’industrie aux services - je pense ici au tourisme, très en pointe, avec son volet écologique et durable - en passant par l’agronomie et l’éducation », détaille le consul Olivier Serot Almeras qui salue « le courage, le volontarisme et la passion » de ces Français. Tous, dit-il, participent à cette grande dynamique de mobilité croisée entre nos deux pays, « que nos autorités appellent de leurs vœux ».
Abdoulaye DIALLO/lesoleil.sn

Commentaires

Il faut sortir un peu plus des sentiers battus Mr le Consul,pour voir la réalité en face!!!!!

Écrit par : eddy | 03/02/2018

Répondre à ce commentaire

on peut aussi remarquer que ces chiffres baissent fortement si l'on soustrait les Libanais à multiples nationalités

Écrit par : stephane | 03/02/2018

Répondre à ce commentaire

Ce monsieur Serot Almeras est le type même du haut fonctionnaire diplomatique français qui vit dans un bureau climatisé, qui assiste à des réceptions avec petits fours et champagne, qui fait un petit travail tranquille avec le gouvernement du pays où il exerce sans faire de vague et qui est complètement coupé de la réalité.
Les problèmes essentiels du Sénégal sont ignorés, les talibés par exemple, et l'accueil des ressortissants français et sénégalais dans l'ambassade est déplorable et méprisante. Le sort de ses compatriotes l'indiffère et il pratique un langage diplomatique hypocrite plein d'auto suffisance.

Écrit par : Tiocan | 07/02/2018

Répondre à ce commentaire

Tout a fait d'accord, ce consul français Serot Almeras pratique à un niveau exceptionnel la langue de bois diplomatique pour ne pas se faire virer d'une bonne place au soleil et au bon salaire...
Au contraire de l'avant-dernier Ambassadeur (blanc toubab à moustache) des Etats-Unis au Sénégal qui a osé dénoncer l'exploitation, l'esclavage et le trafic négrier des enfants talibés au Sénégal pendant un interview sur une radio locale à Dakar...
Aussitôt remercié sur demande du Président sénégalais Macky Sall au Président américain Barack Obama, ce courageux Ambassadeur a du faire ses valises illico presto et il a été remplacé par un Ambassadeur (noir américain) des Etats unis au Sénégal qui ferme sa gueule sur le problème des talibés au Sénégal et les problèmes rencontrés par les ressortissants occidentaux toubabs dans les administrations sénégalaises corrompues, corruptives, méprisantes et généralement incompétentes...
Ils appellent çà : de la diplomatie... Les gens du peuple appellent çà du : lèche-cul !

Écrit par : issa gibb | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Un ambassadeur est responsable de la partie politique ,il est chargé des bonnes relations en passant les petits fours ,et, utilise la langue de bois comme de coutume
Le conseil général s'occupe de la partie administrative et se doit de rester dans la ligne de l'ambassadeur en utilisant aussi la langue de bois !
Attention ceci est vrai pout tous les pays ...........
aussi pourquoi voulez vous qu'ils parlent de ce qui pourrait facher et qui pourrait etre pour eux une ingérence ,comme les talibés ou les pots de vin ?
bonne place au soleil et bon salaire pour ne pas prendre un risque de se faire rappeler comme déjà deux ex ambassadeurs de deux pays ......
bref rien de neuf !

Écrit par : oyster | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Ce qu on appelle la Diplomatie...

Écrit par : linlin | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

"Près de 25.000 ressortissants français vivent au Sénégal, soit « la principale communauté française » de l’Afrique au sud du Sahara, a révélé mardi l’ambassadeur de France au Sénégal."

Et bien! On est gentil mais va falloir un jour ou l'autre réguler tout cela, un quota limite s'impose!

Écrit par : Ndiaye | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Je vois que la connerie ,elle ne se régule pas,les Français amènent des devises le contraire des Sénégalais a qui il faut tout donner

Écrit par : ?? | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

A tous, il vous faudra apprendre a ignorer les provocs de Mr Ndiaye. Il se fatiguera de ses monologues et post a la noix.

Écrit par : linlin | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

En effet ,je pense qu'il faut boycotter ce sire et ignorer ss provocations ININTERESSANT

Écrit par : eddy | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire