07/02/2018

L'EXCISION: UN COMBAT

le combat des grandes sœurs contre l'excision

video-l-unicef-denonce-l-excision-par-un-mannequin-challenge.jpg

Au Sénégal, la nouvelle génération de femmes se mobilise pour éduquer et sensibiliser les femmes et leurs familles à l'excision. Dans la région de Kolda, près d'une femme sur deux a été excisée pendant sa jeunesse.
Signe d'une prise de conscience, les femmes ont décidé de prendre la parole à Kolda, au sud du Sénégal. Dans cette région, près d'une femme sur deux a été excisée pendant sa jeunesse. L'excision est illégale au Sénégal depuis 20 ans, mais donne rarement lieu à des poursuites judiciaires. Aussi le club des jeunes filles de Kolda veut conjurer cette réalité.
Libérer la parole
Les jeunes femmes ne se contentent pas de réunions entre elles. Elles partent plusieurs fois par semaine en groupe faire du porte-à-porte pour informer la population. Elles parlent à toute la famille, au père notamment. Souvent, cela permet de créer la discussion et de libérer la parole des jeunes filles. Comme Aissatou Baldé, 19 ans : "J'ai été excisée à l'âge de six ans, je ressens encore les douleurs. J'ai perdu beaucoup de sang. J'ai très mal pendant mes règles et j'ai peur de ce qu'il va se passer quand j'accoucherai". Un peu moins d'un quart des femmes sénégalaises sont excisées aujourd'hui. Un chiffre en recul et qui va continuer à baisser grâce notamment au travail de fourmi des jeunes filles de Kolda.
Francetvinfo.fr
VIDEO: https://www.francetvinfo.fr/societe/droits-des-femmes/sen...

Commentaires

Très bonne initiative,vous etes courageuses,mais ça nous le constatons tous les jours!!!!!!

Écrit par : eddy | 07/02/2018

Répondre à ce commentaire

Bravo, jeunes filles, vous allez y arriver !

Écrit par : Girondot | 07/02/2018

Bravo, jeunes filles, vous allez y arriver !

Écrit par : Girondot | 07/02/2018

Répondre à ce commentaire

Hop ! hop ! hop ! Attention !
Tout d'abord, ceux ne sont pas des femmes qui sont excisées, mais des fillettes innocentes à qui on a rien demandé, qui sont excisées de force et qui deviendront des femmes adultes excisées.
Ce n'est pas la même chose, qu'une femme soit excisée volontaire, ce qui est très rare... ou une fillette excisée de force, dans des conditions d'hygiène et de douleurs dignes de la préhistoire. Il faut appeler un chat, un chat ou une chatte, une chatte pour les plus tordus...

En fin de commentaire, on lit : "Un peu moins d'un quart des femmes sénégalaises sont excisées au Sénégal aujourd'hui"
=> qu'il y a encore entre 20 % à 25 % des femmes qui sont excisées au Sénégal.
Sur une population de 15 millions 400 000 habitants en novembre 2017 => 7 million 700 000 femmes au Sénégal à la louche X 22 % d'excisées = 1 million 700 000 femmes excisées au Sénégal en 2017-2018... çà fait beaucoup quand même pour un pays qui se dit civilisé et où la loi sur l'interdiction de l'excision a été voté depuis 1999... Et donc, naturellement non appliquée, à la vue des chiffres ci-dessus et malgré les appels à l'émergence ???

Dans un rapport en 2012, de l'Association Toscan qui lutte contre l'excision dans 13 pays africains, qui avoue que leurs actions pour lutter contre cette mutilation inutile et dangereuse pour les fillettes, sont vaines au Sénégal... Au contraire, d'autres pays africains où la pratique de l'excision a été éradiquée.
Toscan dénonce que malgré le coût de la création de micro-métiers ou micros-magasins pour les mères exciseuses pour abandonner leurs pratiques rétrogrades de l'excision... Malgré leurs campagnes d'information avec encore des aides financières aux femmes villageoises en contrepartie de l'abandon cette pratique de l'excision...
Dès le départ de l'Association Toscan, un imam ou un marabout du coin se pointe et décrète la colère d'Allah (Dieu?) sur le village et de mauvaises récoltes à venir si les fillettes ne sont pas excisées... Et les fillettes sénégalaises sont de nouveau excisées...Comme dans un panier sans fond pour l'Association Toscan face à la connerie humaine, à la superstition imbécile et à la soumission religieuse obscurantiste au Sénégal !

En 2015, un article titrait : " Augmentation de 8 % des excisions à Dakar" ... Où on nous expliquait que la migration des populations des campagnes pauvres vers la capitale sénégalaise pour fuir la misère, dans l'espoir du vie meilleure, entrainait avec elle, les coutumes de l'excision dans la grande ville surpeuplée ???
En oubliant de dire que les religieux musulmans rétrogrades de Dakar à l'affût de ces nouveaux fidèles migrants, trop souvent ignorants et superstitieux, ont profité du contexte pour glorifier la pratique de l'excision comme un acte religieux....
En première ligne de cette aberration religieuse, le Khalife omarien de Dakar, Madani Tall Mountaga et son frère Imam de la Grande Mosquée omarienne de Dakar, Seydou Nourou Tall qui ont fait l'apologie de l'excision en parlant de l'acceptation de cette pratique sur les fillettes dans le Saint Coran et de la "Volonté de Dieu (Allah ?)" qui toujours bon dos pour s'en prendre aux enfants au Sénégal (pour l'excision des fillettes jusqu'aux assassinats des enfants talibés par des marabouts sadiques ???)...Et en accusant le gouvernement de vouloir dépénaliser l'Homosexualité par le même coup, dans une totale hypocrisie d'une fausse accusation... Mais l'Hypocrisie des religieux au Sénégal ferait le sujet d'un autre énorme débat !

Pour en mettre une autre couche, à la même période, le regretté Khalife de Pire décédé en juin 2017, Moustaha Cissé déclarait que l'excision des fillettes était compatible avec l'Islam et aussi, il demandait le rétablissement de la peine de mort pour les homosexuels au Sénégal en même temps... Entre l'appel à la mutilation des fillettes sénégalaises, la discrimination des minorités et l'appel à la mort de citoyens même si ils sont des adultes sodomites consentants... La religiosité de ce Khalife décédé, n'était pas d'un très grand niveau de charité humaine et il s'approchait plus des fatwas de la dictature chiite iranienne envers les homosexuels que de l'Islam tolérant soufie du Maodo Malick Sy, son guide spirituel tidjane ???

Au XXIème siècle, nombreux sont ceux qui défendent encore l'excision, en revendiquant des coutumes ancestrales... A part, peut être dans le pays Bassarri qui n'a pas été encore intoxiqué par l'obscurantisme et la radicalisation ... L'appropriation religieuse de l'excision au Sénégal ne trompe plus personne, c'est une arme d'escrocs religieux pour tenir les populations ignorants dans la soumission, la superstition pour garder leurs privilèges éhontés... Tout comme, ils se servent de l'apprentissage du Coran pour mettre les grçons innocents dans l'esclavage de la mendicité forcée.. Les Saints Hommes en robe du sénégal ?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Dans un pays qui se dit civilisé et qui a voté la loi pour interdire la pratique de l'excision en 1999...
Quand on lit que le chiffre des excisions est en recul ??? çà laisse perplexe !
A Kolda peut être, il y a un recul perceptible grâce à ses courageuses femmes citadines...
Mais à Dakar et dans tout le Sénégal??? Il y a un gros doute pour un recul des chiffres de l'excision au Sénégal...
Le radicalisme intégriste est très à la mode auprès de la population pauvre abandonnée par les politiques aux religieux
et ces mêmes politiques se foutent de l'excision des petites filles sénégalaises comme de leurs premières chemises, malgré la loi !
Est ce que ce pays est civilisé ??? What's the question... Ces graves problèmes, talibés, excisions, misère, détournements, corruptions ...
Perdurent, perdurent, perdurent et perdurent encore... comme dans un tunnel sans issue... comme dans un puits sans fond....

Écrit par : issa gibb | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Nieme article sur le sujet....

Écrit par : linlina | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

C'est exact linlina,mais quand des gens se mobilisent pour dénoncer cette pratique il faut en parler et les encourager !!!!

Écrit par : eddy | 08/02/2018

Répondre à ce commentaire

Absolument ! d'autant que l'excision n'a strictement rien à voir avec "la religion" quelle qu'elle soit... C'est une pratique ancestrale, barbare, et archaïque, qui ne devrait plus exister depuis longtemps. Bravo à ces jeunes filles de Kolda pour leur courage et leur persévérance ! Vous avez toute mon admiration !

Écrit par : Xx | 09/02/2018

Écrire un commentaire