09/02/2018

NOUVELLE PLACE A GOREE

Une nouvelle place pour Gorée

img_2550-3658c.jpg

La place du marché des jeunes filles sur l’île de Gorée vient d’être ouverte. Un nouvel espace rénové qui permet de redonner un cadre de vie harmonieux aux occupants et de contribuer à la sauvegarde du patrimoine paysager de l’île.
La place publique située au croisement de la rue l’hôpital et de la rue Boufflers, à l’ouest de l’île de Gorée, est un bel espace de 700 m2 environ qui avait besoin d’être réhabilité. Bordé par des maisons et immeubles d’habitation, il est en partie occupé par de petites échoppes. Au centre de la place se trouve un baobab remarquable.
En réhabilitant la place de l’hôpital, tout en lui conservant sa tranquillité, le souhait était d’en faire d’en faire un espace qui retrouvera une réelle présence dans le paysage goréen.
Reconstruire les boutiques avec des matériaux adaptés au climat et au paysage de l’île ainsi qu’aux usages quotidiens a permis de reconsidérer les modes d’occupation actuels de l’espace par les petits marchands dont les activités participent de la vie de quartier.
La réhabilitation du site a pris la forme d’une installation légère, facilement réversible et évolutive, qui s’inscrit dans un registre paysager et mobilier, plutôt qu’architectural.
Les huit échoppes sont constituées d’un structure métallique qui supporte une large toiture formant auvent permettant de s’abriter du soleil et laissant l’air circuler. Le bâti est de briques fabriquées au Sénégal et les volets sont en bois rouge foncé. Les boutiques accueillent des vendeuses de légumes, de souvenirs, un tailleur et un boucher.
Ce projet a été mis en œuvre par le designer Bibi Seck et son agence Birsel+Seck, à l’issue d’un concours organisé par la Fondation Dapper, en partenariat avec la mairie de Gorée.
Pauline Sarr/http://www.au-senegal.com/une-nouvelle-place-pour-goree,1...

Commentaires

bien laid !

Écrit par : oyster | 09/02/2018

Répondre à ce commentaire

Pour moi, c'est le grand palais blanc du gouverneur de Gorée, qu'ils pourraient rénover et en faire un hôpital ou une école ou un lieu touristique ou un bâtiment utile à l'Île...
Au lieu de le laisser à l'abandon et à la destruction du temps parce ce que c'est un bâtiment colonial... "Un pays qui ne respecte pas son passé, n'a pas d'avenir" !

D'autant plus, que le mensonge est partout sur l'Île de Gorée :
La "Maison des Esclaves" rénové à coups de milliards de fcfa, n'a jamais été un haut lieu d'emprisonnements pour les esclaves de la traite transatlantique.
C'est une idée farfelue d'un médecin militaire français Pierre André Carriou qui a inventé le mythe de la "Maison des Esclaves" de Gorée en 1940 dans un roman jamais publié.
A l'affût de l'idée, c'est le Président Léopold Senghor à l'Indépendance du Sénégal, pour lancer le tourisme sur l'Île de Gorée, avec son complice colonel Joseph Ndiaye
devenu conservateur du site, qui ont repris ce mensonge littéraire, très bien entretenu et enseigné aux élèves sénégalais et aux touristes en visite à Gorée...
On estime que 500 à 700 esclaves sont passés par Gorée sur les 12 millions d'esclaves sur la période de la traite transatlantique
car il était trop difficile de garder sur cette petite île, sans eau et sans ressources alimentaires, des esclaves destinés aux Amériques ???
De plus, les rares esclaves à Gorée, étaient enfermés dans le petit fort portugais à la pointe de l'Île, près du port où débarque les hardes de touristes....
Ce fort portugais qu'on visite en tant qu'autre musée de l'esclavage sur l'Île, mais où on oublie de dire qu'il a servi de prison aux opposants politiques à Senghor, pendants des années...

La fausse "Maison des Esclaves" à Gorée appartenait à une famille signare, les Colas Pépin qui avait des esclaves domestiques pour leurs affaires commerciales.
Les fausses cellules d'esclaves étaient des entrepôts de marchandises pour la gomme arabique, les peaux et les cuirs, les outils pour la réparation des bâtiments et les bateaux.
La famille Signare était contre la traite négrière et les chaînes d'esclaves présentées par les conservateurs successifs, ont été importées d'autres lieux de souffrances humaines.
La porte du '"Sans Retour" servait à jeter les déchets à la mer, les bateaux ne pouvaient pas accoster à cet endroit à cause des rochers et il existait une muraille jusqu'en 1780...
Tous les touristes qui se font photographier là, se font berner, de François Hollande à Barack Obama... C'est la porte du 'Mensonge Historique" de Senghor, illustre écrivain et académicien.

Loin de l'idée de détruire le rôle de devoir de mémoire de l'Île de Gorée sur l'Esclavage qui est un Crime contre l'Humanité, la vérité historique ne nuirait pas à ce lieu de mémoire....
D'autant plus que le Colonialisme qui n'est pas un Crime contre l'Humanité, comme ceux qui veulent le faire croire, a aboli l'Esclavage, construit et modernisé des pays comme sur l'Île de Gorée où on laisse des bâtiments magnifiques se détérioraient, dans la volonté d'un pays de nier ou d'oublier son passé...Où des enfants appelés talibés sont mis à nouveau, dans l'esclavage de la mendicité forcée pour enrichir des marabouts adultes, au XXIème siècle, en toute impunité... Comme si, le Crime de l'Humanité de l'Esclavage aboli par le Colonialisme n'avait pas servi d'exemple au Sénégal...
Servi à rien ! Qu'à mentir et à se mentir !

Écrit par : issa gibb | 10/02/2018

Répondre à ce commentaire

Bien dit, ça s'appelle "remettre les pendules à l'heure", merci !

Écrit par : Dany | 10/02/2018

Bien dit, ça s'appelle "remettre les pendules à l'heure", merci !

Écrit par : Dany | 10/02/2018

... tres beau commentaire et une analyse objective et lucide ... Un très bon résumé de la situation des Talibes en peu de mots .. qui donne enfin envie de lire les commentaires jusqu'au bout...

Écrit par : michel | 10/02/2018

Répondre à ce commentaire

Quand on a mis une race entiere en esclavage avec femmes et enfants pendant 3 long siecles on a pas de leçons de moral à donner

Écrit par : Ndiaye | 10/02/2018

Répondre à ce commentaire

Reste que "ON" est un pronom indéfini ,et, que l'erreur serait de croire que les torts soient d'un seul coté ,dans tous les cas ce que tout homme doit considérer comme étant" l'inacceptable " interpelle le visiteur de la vrai ('ou fausse) villa aux esclaves de GOREE .
et cela fait mal !

Écrit par : oyster | 11/02/2018

Répondre à ce commentaire

merci Issa !
je connaissais la vraie histoire de Gorée , mais il est bien en effet que tu l'expliques pour ceux qui ne savent pas !
Ndiaye , il n'y a qu'une race , la race humaine ! et en ce moment de par le monde et surtout au Sénégal , des milliers de gosses sont mis en ESCLAVAGE , donc oui "on " peut faire la morale !
de plus je ne me sens pas responsable de la colonisation , ni de l'esclavage mis en pratique par les Européens , les Arabes avec l'aide de beaucoup d'Africains il y a 2 siècle ...
le passé on ne peut rien y changer , mais qu'il soit une réflexion pour un avenir plus positif !

Écrit par : gandet francia | 11/02/2018

Répondre à ce commentaire

"- Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
- Je n'en ai point.
- C'est donc quelqu'un des tiens"

Écrit par : Ndiaye | 11/02/2018

Répondre à ce commentaire

Certains s'enferment obscurément dans l'obscurantisme du passé... Hélas, ils ne présentent aucun intérêt pour le présent et l'avenir de leur propre pays, ils n'ont même aucune idée à proposer pour leur avenir personnel. C'est bien triste ! Et c'est peut-être ton frère, ou l'un des tiens, qui a participé aussi au marché des esclaves... qui sait ?

Écrit par : . | 11/02/2018

Quand on a que la haine a donner en partage,il faut bien trouver des boucs émissaires .Et la vie semble plus facile quand c'est la faute des autres.

Écrit par : eddy | 12/02/2018

Répondre à ce commentaire

SVP, ne repondez plus a Ndiaye.

Écrit par : linlin | 16/02/2018

Répondre à ce commentaire

J'ai l'impression qu'ils sont 2... au moins ! C''est un patronyme très commun dans ce pays-ci, comme ailleurs Durand ou Duc... euh non ! Dupont... :)

Écrit par : Xx | 17/02/2018

Mauvaise impression; n'importe quoi!!
A chacun ses convictions et sa liberté d'expression, certainement pas politiquement correctes pour certains esprits formatés condescendants depuis des siecles! qui ne supportent pas d'etre brocardés "par les autres" peuples et croyant avoir le monpole de l'impertinence qu'ils appellent imbues : "provocation".

Écrit par : Ndiaye | 18/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire