10/02/2018

THIES ET LE VIOL D'ENFANTS

Viol d’enfants : Cette région du Sénégal qui bat le record !

viol-congo-696x392.jpeg

Au Sénégal, la situation des enfants victimes de viols inquiète. Le Cadre de concertation pour le développement de Thiès, (CCDT), a tenu un dialogue communautaire. Dénommé « Face aux Thiessois », cette première édition a vu la participation d’Alioune Sarr, Point focal du Cadre départemental de la protection de l’enfance.
Sur place, ce dernier a fait des révélations alarmantes. Il confie « Thiès enregistre le plus fort taux de viols d’enfants déclarés».
Cette révélation, assez alarmante, concerne les cas de viols déclarés. Cependant, Alioune Sarr pointe du doigt les parents des victimes. «Si vous regardez les enfants victimes de viols, vous verrez que la plus grande part de négligence revient à leurs mamans».
Des cas de viol pas signalés
Cependant, le point focal se désole que certaines familles règlent les viols à l’amiable. Selon lui, les parents ne veulent souvent pas ébruiter l’affaire.
«Nombre de ces cas de viols perpétrés dans les maisons sont toujours réglés en douce. Est-ce que le fait de ne pas dénoncer ces crimes odieux vaut la peine de sacrifier la vie d’un enfant qui a été violé par un proche parent ?»
Le problème des enfants de la rue négligé
En marge de cette révélation, le Point focal a abordé le sujet des enfants de la rue. Selon lui, «à Thiès, il y a des urgences sur la condition de l’enfance». Il lance ainsi un appel aux autorités.
La mesure prise par les autorités pour retirer les enfants de la rue n’a pas été respectée à la lettre. Pour en venir alors à bout à ce problème, Alioune Sarr croit dur comme fer qu’il faut une volonté étatique pour régler ce problème. Cela, parce qu’un enfant n’a pas sa place dans la rue, encore moins à tendre la main.
«Malgré la décision du chef de l’Etat, en juillet 2016, de retirer d’urgence les en­fants dans les rues, sous peine de sanctions contre les parents fautifs, le nombre d’enfants de la rue a augmenté de manière exponentielle à Thiès.»
afrikmag

Commentaires

que faire.....explosion aussi des enfants de la rue à Saint Louis.....
il faut faire quelque chose en Urgence......
quant à punir les parents sachant que le plupart ne sont pas Sénégalais....
Ce travail doit passer avant les problèmes environnementaux.....

Écrit par : d | 10/02/2018

Répondre à ce commentaire

Les parents sont effectivement souvent en cause. Mais seul l'Etat peut améliorer la situation par une vraie politique de sensibilisation, de prévention et de répression

Écrit par : Josiane | 10/02/2018

Répondre à ce commentaire

A partir du moment où les viols d'enfants sont monnayés, qui va porter plainte ? Faut pas toujours mettre la faute sur les mères mais parfois regarder vers les responsables qui se remplissent les poches.

Écrit par : Aminata Lô | 10/02/2018

Répondre à ce commentaire

"Malgré la décision...en 2016... de retirer d'urgence les enfants dans les rues... le nombre d'enfants de la rue a augmenté de manière exponentielle à Thiès " Tout pourrait être dit... et nous sommes 2018. Mais, le sujet étant le viol des enfants... non avoués, cachés et étouffés dans les familles et pas que par les mamans, les papas ont eux aussi honte de dire que leurs gosses, filles ou garçons ont été violés, Monsieur Alioune Sarr, tient des accusations imbéciles et sexistes au sujet des mamans sénégalaises bien méritantes ! Pas sur les hommes ???

Et pour les risques de la rue... Encore moins ou par lâcheté, Monsieur Alioune Sarr n'ose pas citer ceux qui mettent les enfants dans les risques de la rue, à mendier pour s'enrichir honteusement sur leur dos...
Ceux sont les marabouts esclavagistes des enfants talibés, Monsieur Alioune Sarr qui exposent leurs élèves talibés aux risques de la rue, en les faisant mendier du matin jusqu'au soir, tous les jours, dans les rues, proies faciles à tous les risques à Thiès comme à Saint Louis, à Dakar et dans tout le Sénégal... Quand ils ne livrent pas, eux mêmes, leurs talibés à la prostitution pédophile pour faire encore plus d'argent comme ce maître coranique (que de nom) violeur et proxénète Cheikh Diop à Diourbel, qui a été condamné à 10 ans de prison en décembre 2017 pour viols et actes contre nature sur 6 de ses talibés de 8 ans à 14 ans, pour détournements de mineurs de moins de 13 ans, pour avoir livré 3 de ses talibés âgés de 14 ans à 17 ans à un réseau de d'adultes pédérastes contre rétribution financière... encore une grande preuve de la religiosité d'un marabout sénégalais qui est censé apprendre la morale du Saint Coran à ses élèves talibés et qui les prostituent pour faire de l'argent ??? Le système de l'apprentissage du Coran devient de plus en plus abject, au Sénégal et les marabouts dépassent d'idées pour continuer à s'enrichir sur le dos de leurs talibés en ignorant toutes les règles morales, religieuses et humaines...
Vraiment ce pays, le Sénégal ne fonctionne que dans le mensonge et s'éloigne de plus en plus de la Civilisation: Esclavage, maltraitances, viols, prostitution et parfois assassinats d'enfants !
Jusqu'à quand, la Communauté Humaine doit accepter cela ??? l'Abject !

Écrit par : issa gibb | 11/02/2018

Répondre à ce commentaire

Hélas ça n'est pas pret de changer,tant que la population sera maintenue dans la peur et l'ignorance!!! Les parents devraient etre sanctionnés fortement. Les Sénégalais(es)vivent dans l'hypocrisie ,personne ne doit savoir ce qui se passe dans les familles on se cache,on trafique la nuit venue,il faut les sanctionner avec ce qui les touche le plus L'ARGENT

Écrit par : eddy | 12/02/2018

Répondre à ce commentaire

exactement Eddy/

Écrit par : linlin | 16/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire