15/02/2018

IL N'Y A PLUS D'EAU

La ville de Thiès manque d’eau depuis 12 jours, Dakar également touchée par la pénurie

18f82f58a25d5f9f33ff7121bc5394cb_L.jpg

Certains villes du Sénégal et même certains quartiers de la capitale Dakar manquent cruellement d'eau depuis quelques jours
Assoiffées depuis une douzaine de jours, les populations de Thiès, l’une des plus grandes villes du Sénégal, s’indignent et dénoncent « la désinvolture des autorités » face à la récurrente pénurie d’eau qui guette aussi certains quartiers de Dakar, la capitale du pays.
Pénurie d’eau au Sénégal ! Certaines villes du pays et même des quartiers de la capitale Dakar, sont touchés par la ‘’sécheresse’’. Thiès, l’une des plus grandes villes du Sénégal, située à 70 km à l’Est de Dakar, la capitale, est la plus grosse victime de la pénurie d’eau, au pays de la Téranga. Selon le confrère Le Quotidien qui rapporte l’information, cette ville est privée d’eau depuis 12 jours. Assoiffés et remontés contre les autorités, certains habitants crient leur colère. « Depuis 12 jours, pas une seule goutte du liquide précieux ne s’est exfiltrée des robinets », dixit Abdou Aziz Diop. Un autre, habitant de Mbour III, dénonce l’inutilité du château implanté dans leur quartier. « Le château d’eau implanté dans notre quartier est presque inutile pour les populations qui l’assimilent à un meuble ou une décoration. Pourtant, lors de son inauguration, le Premier ministre nous avait rassurés publiquement que jusqu’en 2025, il n’y aurait plus de problème d’eau dans ces quartiers. Malheureusement, tel n’est pas le cas et la situation a empiré », dénonce-t-il.
Selon le site senenews.com qui cite Le Quotidien, la direction régionale de la Sénégalaise des eaux (SDE) a mobilisé des camions citernes pour essayer de soulager les populations, en attendant de trouver une solution durable au problème. Le site rapporte qu’en mars 2017, la promesse faite par le Premier ministre d’approvisionner plusieurs quartiers en eau n’a pas été respectée. « En mars dernier, avec l’inauguration d’un château d’eau, la promesse faite par le Premier ministre Mahammed Dionne d’approvisionner plusieurs quartiers en eau n’a pas été respectée selon les habitants de Thiès ».
Certains quartiers de Dakar touchés par la pénurie d’eau
La ville de Thiès n’est pas la seule victime de cette pénurie du liquide vital. En effet, selon le site dakaractu.com, une partie des habitants de la capitale Dakar vivent le même calvaire. « Depuis 3 jours, le réseau d’eau potable cause des soucis à une partie des habitants de Dakar. Hormis certains quartiers périurbains sans eau depuis le week-end, les robinets crachent une eau noirâtre et nauséabonde. Dans des quartiers comme la Médina, Gueule Tapée, ou Ouakam, les administrés qui n’osent même plus se mettre sous la douche ou boire cette eau », écrit le site avant de rapporter des propos d’un habitant d’un quartier. « C'est à chaque fois pareil ! D’un seul coup, l’eau devient noirâtre et ça ne s’arrête plus », s’insurge un habitant de la Gueule Tapée. « On ne peut ni la boire ni faire quoi ce que ce soit d’autre avec » ajoute-t-il, désabusé.
Selon dakaractu, l’eau ne coule plus ou coule rarement depuis 72 heures dans certains quartiers de Dakarn notamment les Parcelles assainies, Grand Médine, Cité Keur Damel, Patte d’oie, Cité Soprim.
Face à cette situation, rapporte dakaractu, le directeur de l’exploitation de la SDE, Diéry Ba, a fait une sortie pour donner quelques explications. Selon ce site, il « assimile cette coloration au fait que l’eau distribuée à Dakar provient des forages de Pout et de Dakar qui ont une forte teneur en fer. À cela s’ajoutent des fuites dans les conduites d’eau venant du lac de Guiers ».
Adolphe Angoua/linfodrome.com

Commentaires

Dans la zone de saly mbour, j ai souvent signalé à la SDE , réactive, je le précise, des fuites dans les rues et chemins. L État, c est une chose, mais nous, habitants, soyons citoyens et responsables.

Écrit par : Brun | 15/02/2018

Répondre à ce commentaire

Promesses, promesses.....elles n'engagent que ceux qui y croient.

Écrit par : Tiocan | 15/02/2018

Répondre à ce commentaire

C est comme pour tout
ZÉRO entretien préventif
Anticiper n existe pas pas le dictionnaire SENEGALAIS

Écrit par : Yvesbzh | 15/02/2018

Répondre à ce commentaire

Que les sénégalais se révoltent un fois pour toutes... Qu'ils prennent en mains; leur destin
Qu'ils cassent tout, défoncent tout, dégagent tous les pourris incompétents
Et ils auront l'espoir de voir reconstruire du neuf et du fonctionnel
sinon, ils continueront à se faire baiser pendant encore, plusieurs millénaires
Révolution est la voie de la vrai émergence : "De la sueur, des larmes et du sang" disait Churchill !
Et, il a gagné sur les pourris de nazis...

Écrit par : issa gibb | 15/02/2018

Répondre à ce commentaire

Il est facile de démolir ,mais plus difficile de reconstruire......

Écrit par : oyster | 16/02/2018

Tout casser,tout dégager!!!faut - il encore s'en prendre aux bonnes personnes,là je ne suis pas sur du résultat...Quand on sait que tout est de la faute des Français.

Écrit par : eddy | 16/02/2018

Répondre à ce commentaire

Appeller à la révolte un pays avec 7 ou 8% de croissance, c'est vraiment être un anarchiste

Écrit par : Ndiaye | 16/02/2018

Répondre à ce commentaire

Et à qui profite la croissance ? au Sénégalais lambda ? je ne crois pas qu'il s'en rende compte dans son quotidien, surtout quand l'eau potable vient à manquer...

Écrit par : . | 16/02/2018

Le pourcentage de croissance seul, ne veut rien dire. Il vaudrait mieux parler du pourcentage de scolarisation, du pourcentage d'accès à l'eau, à l'électricité, à l'assainissement, à la santé, aux transports, à la culture, etc... Bref, tout ce qui fait qu'une population vit mieux.

Écrit par : bill | 17/02/2018

Les Sénégalais ont besoin d'eau pour cuire leur riz....
Pas les moyens d'acheter une barquette de surgelés ou un plat préparé....
L'accès à l'eau est la base de toute civilisation "Emergente"...
Si la population n'émerge pas, elle coule.... comme le pays !

Écrit par : Abdul | 16/02/2018

Répondre à ce commentaire

"Il vaudrait mieux parler du pourcentage de scolarisation, du pourcentage d'accès à l'eau, à l'électricité, à l'assainissement, à la santé, aux transports, à la culture, etc..."

Ok! comme certains ne comprennent pas visiblement la notion de taux de croissance de 7% (notion fortement corrélée aux investissements publics).

Parlons du taux de scolarisation : il évolue en moyenne de 7% par an.
Parlons du pourcentage d'accès à l'eau : il évolue en moyenne de 7% par an.
Parlons du pourcentage d'accès à l'électricité : il évolue en moyenne de 7% par an.
Parlons du pourcentage d'accès à la santé : il évolue en moyenne de 7% par an.
Parlons du pourcentage d'accès aux transports : il évolue en moyenne de 7% par an.
Parlons du pourcentage d'accès à la culture: il évolue en moyenne de 7% par an.

Déjà pas mal non..

Écrit par : Ndiaye | 17/02/2018

Répondre à ce commentaire

Merci d ignorer Ndiaye.

Écrit par : linlin | 18/02/2018

Répondre à ce commentaire

Tous vos commentaires hors sujet ne ramèneront pas l'eau.....

Écrit par : Abdul | 18/02/2018

Répondre à ce commentaire

Tous vos commentaires hors sujet ne ramèneront pas l'eau...

Écrit par : Abdul | 18/02/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire