28/03/2018

ENCORE UN NUL

Face à la Bosnie, le Sénégal teste un système B pour le Mondial 2018

7516844336_img_0833_0.jpg

L’équipe du Sénégal a fait match nul 0-0 face à celle de Bosnie-Herzégovine, ce 27 mars au Havre, en match de préparation à la Coupe du monde 2018. Une rencontre qui aura surtout servi à tester une nouvelle fois un schéma tactique en 3-5-2, avec trois défenseurs centraux, trois milieux de terrain, deux arrières/ailiers et deux attaquants.
Le sélectionneur Aliou Cissé avait prévenu : ces matches des 23 et 27 mars face à l’Ouzbékistan (1-1) et à la Bosnie (0-0) devaient servir de tests en vue d'une Coupe du monde 2018 (14 juin-15 juillet) durant laquelle l’équipe de football du Sénégal affrontera la Pologne, le Japon et la Colombie (groupe H).
Résultat, le coach a persisté avec un nouveau schéma tactique. Un 3-5-2 qui a surtout prouvé que les « Lions de la Téranga » disposent de plusieurs bons défenseurs centraux, malgré la blessure du capitaine Kara Mbodj, et un gardien de but solide…
Sans plusieurs parades d’Abdoulaye Diallo (4e devant Edin Dzeko, 13e face à Edin Visca, tir de Sead Kolasinac à la 60e, un centre-tir de Visca à la 73e) et quelques interventions du trio Papy Djilobodji-Salif Sané-Kalidou Koulibaly, les Sénégalais auraient peut-être bouclé leur stage sur une mauvaise note.
En effet, seule une reprise de demi-volée de Moussa Sow, suite à une déviation de son compère d’attaque Mame Biram Diouf, a mis la sélection de Bosnie-Herzégovine en difficulté (29e).
Une animation offensive à revoir
Le meneur de jeu Sadio Mané a eu du mal à jouer simple. Quant aux latéraux Youssouf Sabaly (à droite) et Armand Traoré (à gauche), ils ont peiné à faire la différence, que ce soit en défense ou dans l’animation offensive.
Bref, pas sûr qu’Aliou Cissé ne revienne pas à son habituel schéma en 4-3-3 durant la phase finale du Mondial 2018. Il a toutefois encore trois rencontres de préparation (31 mai face au Luxembourg, 8 juin face à la Croatie et 11 juin face à la Corée du Sud) pour trouver un système B efficace en Russie, face à des adversaires bien plus forts que ces Bosniens non-qualifiés pour la Coupe du monde.
Aliou Cissé, le sélectionneur du Sénégal :
« Le bilan est plutôt positif dans la mesure où, déjà, on n’a pas eu de blessés. Et j’ai pu faire jouer tous les joueurs sur ces deux rencontres-là. Il y a aussi ce schéma que j’ai voulu mettre en place durant ces deux matches. Il y a eu de très belles choses réussies. Nous allons continuer à peaufiner tout cela. C’est vrai qu’on ne maîtrise pas bien ce nouveau système de jeu. Mais, dans l’ensemble, les garçons ont répondu présents. Ce n’est pas un schéma figé. J’ai souvent joué en 4-2-3-1 ou en 4-3-3. On a déjà des acquis par rapport à ça. »
Kalidou Koulibaly, défenseur du Sénégal :
« C’est dommage qu’on n’ait pas gagné. Mais on a montré de bonnes choses dans un système où l’on n’a pas trop l’habitude de jouer. On a fait un match plutôt correct. […] La Bosnie est une équipe trop forte. Ils ont mis la Belgique en difficulté lors des éliminatoires. Donc, il n’y a pas de regrets à avoir. »
Miralem Pjanic, milieu de terrain de la Bosnie-Herzégovine :
« On sait que le Sénégal a de bons joueurs, qui sont en train d’émerger partout en Europe. Ce n’est pas pour rien qu’ils sont à la Coupe du monde. Je suis content pour eux. J’en connais pas mal. Sadio Mané est là. Mais il y en a plein d’autres. Il y a Kalidou Koulibaly en défense ou Diafra Sakho. Ils ont pas mal d’individualités qui pourront réussir une bonne Coupe du monde. »
David Kalfa/afriquefoot/RFI.fr

Écrire un commentaire